( 8 juillet, 2008 )

La vermine est sur le patois

carpocapse.jpg 

La veurmine é sus l’patoé 
Les carpocapses .  (Traduit ci dessous)

Le vieux é a min-me de gossé ine peutoére por son p’tit fis. Le drôle bade la goule en l’ar’gardant feire saillir la boure de moéle d’in mourciâ d’seu, y l’a les euils qui beurtiyant.
- Bade la goule, t’ara ine alighe ! Si o s’en v int ‘à passé in parpayion, y vinra ponde dans ton garguenâ !
- Coume in carpocapse en n’ine poume ?
Thieu cot, ol é le vieux qui se met’ à badé la goule. Vour é tou vour que thieu drôle va quéri des chouses savantes coume thieu. S’ri tou possibye qu’o seyisse en quiase ? Les maît’ peuvant as’ment pas l’eu aprenre les létes é y z’méteriant en l’calas des châfres de parpayions que jh’en é oyu as’ment pas entendu causé avant mon temps d’sarvice ?
- Qu’étout que thielle affeire de carpocarses ? De vour z ’ou teins tu ?
- Ol é l’onqu’ Cadet qui n’en a choppé in et y me l’a feit bireuiller peur en d’sus et peur en d’souc . Y y’a dépeuniyé les ales, amprés, Cadet l’a t’écrabouillé aveuc sa goloche jhusqu’a ce qu’ol en raste pu reun !…. Y l’é ghenti moun’ onqu’ Cadet !
- Vouais, ghenti …. manqueri pus qui morde, thieu Rabistoque ! Faura pas conté sus l’y peur te feire la catachisse, mé peur de c’qu’ol é de dépeucé l’ bétaire y n’en queneu t’in râyon ! Que t’a t’y déçi d’oute, toun onqu’ le peurfésseur d’anatoumie ?

- Y s’a mis en peutrasse amprés les carpocapses, pasqu’y déci qu’ o s’en ameune tout pien de peurtout aveuc l’eu p’tite ale, des cent et pis des mile, et y v’nant pouné sus not’ thiulture….
- Ol é vré drôle, Cadet t’a pas conté de ment’rie, y pounant sus les poumes !
- Moun’ onqu’ Cadet déçi l’y qu’ol é sus les mot patoé qui fazant z’eu apou et qui pounant, qu’asteur, n’on voé quaziment tous les mots aveuc deus p’tites z’ale encrucheté, qu’ol é bein inserviabye des mots gavagné de min-me. Que thiéllé p’tite ale de carpocapse pounant in beurlo o mitan d’in mot, et que thieu mot é pardu, y veux pus rein déçi, pas mé en patoé qu’en françoué. In mot d’min-me, peursoune veura jhameis l’meite en sa goule !
- Conter des affeire de mein-me à son neveur !!!! Mammm*, drôle doune in mourciâ d’taupine Jh’allons éteurné thielle peutoére sus l’musiâ t’à Rabistoque ! Amprés jh’irons en yière de conte les carpocapses !!! Le var é dans les poumes ! Le var é dans les poumes !!!. les poumes sont pardu !

 

Une attaque destructrice carpocapse2.jpg  de carpocapses sur une
oeuvre du grand Yan Saint Acère ,  avec l’aide de la région Poitou Charentes !

La vermine est sur le patois 
 Les carpocapses

L’ancien fabrique une « peutoire » pour son petit fils. L’enfant a la bouche grande ouverte d’admiration en le voyant sortir la moelle d’un bout de sureau, il en a les yeux qui brillent.
- Garde la bouche ouverte et tu auras une alise. S’il passe un papillon, il entrera pondre dans ta gorge !
- Comme un carpocapse dans une pomme ?
Cette fois, c’est l’ancien qui ouvre grand la bouche d’étonnement. Où donc ce garçon apprend-il des choses aussi savantes ? Est ce possible que se soit en classe ? Les instituteurs ne peuvent même pas leur apprendre l »alphabet, et ils pourraient leur mettre dans la tête des noms de papillons dont je n’avais jamais entendu parler avant mon service militaire ?
- Dis moi, au sujet des carpocapses, où as tu appris cela ?
- C’est l’oncle Cadet qui en a attrapé un et qui me la montré sous tous le angles. Il lui a déchiré les ailes et après, il l’a écrasé avec son sabot jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien …. Il est gentil, mon oncle Cadet !!!
- Oui …. gentil, il ne manquerait plus qu’il morde le Cadet Rabistoque !! Il ne faudra pas compter sur lui pour t’apprendre le catéchisme, mais pour dépouiller les animaux, il s’y connaît !! Que t’a t’il dit d’autre, ton oncle, le professeur d’anatomie ?
- Il s’est mis en colère après les carpocapses, car il prétend qu’il en arrive de partout avec leurs petites ailes, des centaines et des milliers, et qu’ils viennent pondre sur notre culture ….
- C’est vrai mon garçon, Cadet ne t’a pas menti , ils pondent sur les pommes !
- Mon oncle Cadet prétend que c’est sur les mots du patois qu’ils se posent et qu’ils pondent, que désormais on peut voir presque tous les mots avec deux petites ailles accrochées dessus et que ces mots sont inutilisables ainsi abîmés. Que ces petites ailles de carpocapses pondent un asticot au centre du mot et que ce mot s’en trouve détruit. Il ne signifie plus rien, ni en patois ni en français. Un tel mot, personne ne le mettra jamais dans sa bouche !
- Raconter des histoires comme ça à son neveu !!!! Mammm* Enfant, donnes moi un morceau de taupinenbourg, nous allons essayer la « peutoire » sur le nez à Rabistoque ! Ensuite nous irons en guerre contre les carpocapses !!! Le ver est dans les pommes ! Les pommes sont perdues !

* Interjection exprimant l’incrédulité et/ou la résignation, semble être relative à Saint Marmet, en pays bas elle attirait souvent la réplique « les saint avant reun à feire la dan ».
boutons2065.gif
 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La vermine est sur le patois ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|