( 22 août, 2008 )

Les temps avant changhés


 voturesp.jpg

(oub’ la vouéture sans peurmis)

Les temps avant changhés et je sons teurtous fous !
Out’foés , por se dépiacer , ol avi reun du tout ,
le monde rastiant chez eusse oub’ y marchiant de z’eu pié .
Ol éti dont’ hureux d’avoére in véloce aveuc in pédayier !

Les temps avant changhés , asteur que les mécaniques
avant tout teurviré et qu’ol a thienze bauriques
rinque dans in moteur à produits peutroliers !
Raste tout thieuque chouse de point motorisé ?

Les temps avant changhés , les vieux sont syndiqués,
y pouvant s’artrouvé dans n’ine salle à l’esprés !
Des quiubes dau troésième âghe a de c’qui n’en disant ,
peurtout, de nous villaghes , teurtous y s’y rendant .

Les temps avant changhés , la Léa otout al s’a moudarnisé
al a volu s’y rende al aveuc , en thiés les assembyiées !
Vouéla dont la biâle mére toutes les s’maines à me pimer
por que jhe l’empourte , misère, arjhoinde thielle compagnée !!

Les temps avant changhés pisqu’o se feit des charrettes,
pas des autos qu’ol é , quasiment des poussettes ,
al z’avant des moteurs qui peutant , mes émits
al fazant disse à l’heure ,  et o faut point de peurmis !

Les temps avant changhés , min-me la Léa , fan de loup
al qu’aime point  dépensé , a manghé tout ces sous
por ine de thiés baurouettes , qu’al apprend bisque râghe
à conduire sensément por s’ rende au troésième âghe .

Les temps avant changhé pisque le gouvarnement
avant mis des éstop por chaque d’in des croésements,
vour qu’o faut s’areuter à cause que les autos
avant priorité et …. y roulant , thiés sots

Les temps avant changhés, asteur  les ghens des villes
por se désenneuyer, coume des canets t’à la file
fazant de la beurciquiette sus les routes dau pays.
Dedans sa peutrolette , la Léa les porsuit !

O se trouvi dont là, qu’à la crouéssé des ch’mins
la Léa s’areuta , in vélosse ciquyiste qui se créyait malin
sans meite le pié à bas  , s’apoue sus  soun’ auto !
O veursa , mon yieu !  Y z’aviant dont l’ar sot !

Le gâ éti don cheit et …. l’outo en l’ foussier !
La biâle mère Léa en vouéyant l’aive monter
sans bin trop’ savoére de c’ qu’éti arrivé
brayi coume in ghoret qu’auri la qoue sarrée :

« Ah thieu marchand’feuraille,  jhe cré qu’y ma volé
Areugne de mécano ! Moé que jhe sais pas nagher !
Marchand d’ beûs oub’ d’outo vous changh’rez dont jhameis !
Jhe va nigher bintôt – le rayiateur é peurcé !!!!!!! »

 C. Beurdassou  1986

Pas de commentaires à “ Les temps avant changhés ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|