( 20 septembre, 2008 )

La fiame dau souldat’ inconnu

Le 6  de nouvembe 1921,  ine chéti t’argagnasse  fasi piâcré sus l’piron in émolé qu’éti parafé Henry Bottant. Aveuc in châffre de min-me  La Ribotte o l’agrâlait m’en doute . Maît’ Piarre méti le det d’ sus en 2008 et voéla thielle histoére  

Monsieu le thiuré de Saint Rouman en Saintonghe se trouvit tout deurnièr’ment de passaghe à Paris.
« Faut que jh’aille vouer la tombe dau souldat inconnu », décit thieu brave houme.
Coume y peunadait*  au jherdin des Thuileries, s’en trop savouer vour y l’allait, y d’mandit à ine jheune feuye qu’avait l’ar bein convenab’lle :
« Dizait-me dont le pu court ch’min si vous piait peur aller à l’Arc de Triomphe, jhe veuris vouer thieu pouélu inconnu ».

D’vinez dont ce que thielle drôlesse y a répounu :

« Si vous eites bin saghe, jhe vous zou dirai au promier d’ l’an ! »

Sarviteur

*Le Piron et peut être l’auteur, note « Coume y d’vallait au jherdrin »  . Peunader = se promener sans but, à rapprocher de notre adjectif penaud  &  d’vallait ( dévaller )  sortir de la vallée ( par monts et par vaux) Il y a en ce cas une idée de rapidité peu coutoumière aux Saintongeais… même curé de Saint Romain !

Beurnençiâ d’ gâs déçit Mamie Échauguette, a tout reun d’ôte por vous feire ricasser que thiellés istouéres de mauprope . De c’qui feit qu’ol é in patoé qu’al  a bein comprenu !!!
Mé thieu Henry Bottant , qui qu’o s’trouvi d’eite ?

Pas de commentaires à “ La fiame dau souldat’ inconnu ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|