( 13 octobre, 2008 )

Manghez dau ralirons !

campagnols.jpg
Photo  P Péronneau avec son aimable autorisation

 Pour profiter  du texte , cliquez sur l’ illustration . Pour revenir:    alt+ fléche gauche

Voici une petite chanson anticléricale de Goulebenéze créée en 1905 à l’époque de la mise en place de la loi de séparation des églises et de l’État. Elle est dédiée à Émile Combes, le maire de Pons instigateur de cette loi, ami de la famille Poitevin : Marc-Eugène Poitevin, le père de Goulebenéze, était Vice-président du Conseil Général de la Charente-Inférieure, le Président étant Combes. Et Goulebenéze et son père étaient dans le camp des « mécréants », bien entendu.
Dans cette chanson, sur l’air de Cadet Rousselle, les curés sont comparés à des « ralirons » (des campagnols) et les bonnes sœurs à des souris blanches. Il se trouve qu’à cette époque il y eut une invasion de campagnols dans les champs de notre pays charentais.

Cette chanson finalement n’est pas bien méchante, et tous les curés d’un certain âge que je rencontre au cours de mes pérégrinations saintongeaises me font part de leur admiration pour mon grand-père. Ils ne lui tiennent pas rigueur de ses positions laïques, anticléricales et républicaines.
Je suis désolé pour les nostalgiques de la soutane et de la messe en latin (j’en connais au moins un) qui risquent de grincer des dents. Je leur promets de réciter deux « ave » et trois « pater » pour me faire pardonner. Quant à Célestin, qui a ouvert son blog à cette chanson, il y a longtemps que les flammes de l’enfer lui sont promises.

Pierre Péronneau (Maît’ Piârre)

Pas de commentaires à “ Manghez dau ralirons ! ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|