( 27 octobre, 2008 )

Les fornigheats

 Cont’rie de noun’ endret : 

Dans la grande foret aux châgnes vieux coume l’monde , ol at bin dau mystère. Les ghens de mon pays y allant quan-qu’o poussent thiés les biâs champignons ou bin por y teurcher d’l'ayant por nos ghorets.( sauf vout’ raspect )  Y n’y allant point coume y allant au veugnes : O faut, por thiel endret savouére se protégher ! Les sarpents y avant zeu roéyaume et por qui s’éyant peurdus , o faut meitte en sa pôuche ine grouse gousse d’ail qu’a t’in biâ sentiment. Voéla de c’qui peut , à ine lieu à l’entour , les appouranti . Si tu risques pus reun aveuc thiés les sarpants , o faut t’garder otou des brigants ensauvés. Y s’cachant des ghens d’arme au pius profond dau boués et y n’en sortant la neu por teurcher à mangher. Mais le jhor, o vaut meu avouére in bon robillou, des cots qu’ol en aurait in ou deus sus ton ch’min .

O y at otou thiés leus qui mangheant les chrétiens, de conte thiés beitiaire, o faut pas t’en sauver : Mé qu’tu cours et pius qu’y t’attaquant ! Vaut  meu avoére coppé ine trique qu’a t’ine cafôrche et qui ne piéghe pas. Gosses les buts de thielle fôrche en les appointuchant por que les deus euils dau loup queurviant en in min-me cot.
Ne va point ‘en les boés si t’as reun a y feire ! L’endret é trop casuel.  Raste sus les routins et ne vas pas t’saquer en thiés les tailles trop bourrus, thiés les grousses palisses qu’ol é ine sargaille d’épines nègues et d’ariantins, là vour qu’les viornes s’enrollant sus les branches et que l’frégon fait queurver la palenne.
Tu t’éral’rais la piâ, tu te queurv’rais les euils, min-me in cheun paurit point n’en sorti.
Et si ol é de min-me, ol é pas por reun !!
En thiés les mitans vivant ine aspéce de créatures d’ine ôte endret. Y sont grous coume reun, avant les fesses coume ine gouse d’ail, le bezol bin renfyé é grous autant qu’ine peurne, z’eu têtes sembye t’ine nouzille ! Ha, sont pas embarassants ! O s’ paurait de n’en t’nir in coubye dans ine main.  S’fasant des galoches dans des nâ de peurnelles, zeus thiulottes sont coppées en d’la piâ d’langrotte et zeus p’tits ghilets t’en feuille de yierre peut point jhameis  leu cacher in’embouraille qui bronze sus la ceinture. Z’avant sus l’calas in bounet qu’é troés foés trop larghe et qui zeu raballe l’épale. Les bounes feumes s’arnachant dans d’pius jholies gueneuilles : des cotyions en piumes de jhacot et des corsaghes d’ales de papillons qu’al’cousant aveuc dau fil d’arentelles, et pis des couéffis !! qu’al’ sont des fieures de tréfye. Thiés les êites s’ap’lant des fornigheats.  S’fasant des loghes en pilos d’boés pauri  et y vivant sans enneuiller peursoune dans thiés les ronsiers.
Si o s’trouve que thieuqu’in vint les éffouraché en zeu roéyaune, malheur à l’y. Y pourra pu s’en défeire. Les Fornigheats se cranpounant à ses chauses, se saquant dans ses bots, dans ses pouches, se mussant’ en son cagouet et grattes te – secoues te, y voulant pas t’lâcher !
Y t’labourant la piâ à grand cots d’épine négue . Ol est point qui seyant des chéti  créyatures, non ! Ol é pas por piaisi qui t’fasant dau mau, y sont en peutrasse quand o s’trouve in de nous ôtes por gavagner zeu endret. Vaut meu les thyiter eite !
Aveuc tes grous bots, si t’ébouye ine maison de thiés les fornigheats , thiés les là qui z’y rastant vinront logher chez toé et por les foute de hior , tu peux teurjhou auber . Y mangh’ront  ton fricot, por dormi dans ton lit  y t’pouss’ront dans la v’lène ! Y reveuil’ront ta feume o pien mitant d’la neu en z’y pinçant l’grous bout. Y chatouye’ront  tes drôles por l’d’souc des pieds et y pass’ront la neu à ghiguer sus la tabye,  menant in grand raffut et bouévant ton potét.
Quan-que l’soulail vinra et que les jhaux huch’ront, dans l’cabinet t’à linghe, zeus y s’endormiront. Toé, por embaucher, tu s’ras pas bin allant ! O dur’ra pas troés jhors avant qu’tu seiyes vassé. Coument feire asteur por s’en débarasser ?

Vouéla de s’qu’o m’a dit in houme a qui ol’é arrivé et qu’a oyut dau mau por pouvoére les chasser :

Quan-qui sont v’nus chez moé, jhe creyiais de v’nir fou et jh’é tout ésseuyié por les appourantir, jh’les ai coursé tôte ine neu à cots d’manche de ghensour . Jh’ai gavagné mon meubye sans jhamais les joinde, jh’ai queumé la pendule, ésquinté l’cabinet’!  Thiés les fournigheats avant l’yiabe en la piâ. Y coursant, y sautant, à créire qu’o les amuse. Si jh’en avis as’ment empougné in, jh’l’ari t’éssarti.  Ine de thiés les veurmines s’é bein saqué sous l’lit a  feire la pantomime, jhe m’seus mis d’croup’ton aveuc ine trique por le décanigher. O s’en a trouvé quate ou cinq por se jhucher sus m’n’échine et m’enfoncer d’in cot des épines négues dans les jhottes dau bas.
Jh’é teurché in moyen por les faire s’arracher d’chez moé et jh’y seu t’arrivé ! Qui qu’o faut feire ?

Feis mangher à ta borgheoése des monghettes à châ r’pas. Quan-qui vinront, la neu por z’y pincer les feusses, m’en doute qui s’arrach’ront si y v’lant pas étouffer !
Couche tes drôles aveuc zeux chauses , et dau temps qu’les fornigheats s’ront là , o faut surtout pas qui s’déjhobrant les pieds . D’ici a pas long temps o devrait s’dégagher in de thiés sentiment …… o les f’ra bin thiuler !
Quan-que tu vas teurché à bouére, tirre dont dau vin peuté ou bin dau vin eigeurzi, y s’ront bin moins gormand !
Le jhor quan-qu’y dormant, va quéri l’violouneux et feis z’y d’jhouer des ghigues tote la jhornée. A thieu branle, o va les soubrer, y tinront pas long temps. Les fornigheats f’ront coume chez moé, y s’en iront sans reun dire à peursoune .
Torjhour, le meu, o l’est bin sur de pas aller les provoquer.
Quan-que tu vas dans les boés, seugue  beun les routins  et ne vas point t’saquer en thiés tailles trop bourrus, thiés les grousses palisses, qu’o l’est ine grande sargaille d’épines bianches et d’ariantins…………… et  mon histouére é a sa fin !

                                                                                           Céléstin Beurdassou 1983

Pas de commentaires à “ Les fornigheats ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|