( 3 novembre, 2008 )

Pivoène

Por thiés qui z’ou aviant pas argardé sus le  ( défint ) site de beurdassou , vouéla ine série d’osiâ de chez nous ôtes . Jh’allons embauché por le pivoène .  Et por de c’qu’é roûghe coume ine pivoéne ol a Rabistoque sus SEFCO BLOG aveuc in rabistoquaghe  » La Penille roûghe «   é tout in’ anarchique ?

 

pivoene1.jpg  

Pivoéne – Rouviu - Grègue maréchau – Siffiot

Vouéla in jholi ozia !  Grous ghormand de borgheons et de gueurnes, ol’é in ozia thieusinier pasque y prépare ine beurnée de jhénes pousses d’âbe et de geurnes qui garde de châ couté d’son bét por abeucher sa portée.
Y z’ou fait otout por l’accoubiaghe , vour que thiau cot , ol’é por la fumel qui garde la beurnée . La danse des accoubiaghes é in vré quadrille de Saintonghe ( en 5 figures don, pisque les Saintongheais sont originaux) : 
 1 ere figure, admirez: le mâle gonfye son jhabot rôughe et abaisse ses alles por feire voére son courpegnion tout bianc. 2 eme figure attaquez: Madame fonce sus l’ mâle coume si a l’ voulait z’y passer ine étaussée, l’y boughe pas . 3 eme figure rapprochez : le mâle avance vers sa boune émie en pointant le bét dret sus elle et en piéghant sa quoue d’coûté , jhusqu’à qu’les deus bét se bisiant. 4 eme figure sautillez : l’y d’abord, pis amprés tous deus, thiés ozias sautillant sus l’couté en subiant  à la douce . 5eme et darniere figure, les salutations : Ol’ é là que l’mâle offre sa beurnée dans le bét à sa moétié. A l’fait des révérences en se penchant et a l’ torne à drète pis à gauche.
Le nic des pivoénes  é pas bin jhâ dans les palisses, pas mé d’in méte é d’mi. Ol’é in bin jholi nic qu’al’ fait la fumelle!  Y l’ é pas bâti saré , aveuc des beurchilles de reun et des p’tites racines  et  jholiment garni d’ poél et d’mousse. Tout thieu por pouner jhusqu’a six oeus bieu pâlichon peutassés de rouille. Thiés oeus s’ront coués en thienze jhors et o n’en faura thienze de mé por qu’les jhènes  sortiant d’zeux alles. Le mâle  et la fumelle , z’eux apportant t’a mangher de thielle beurnée vour qu’ol’a , por les p’tiots , des gueurnes et des inséques. O l’aura , de min-me, jhusqu’a troés portés, de mai t’a jhuyet.
Le pivoéne é in ozia calme et timide coume ine drôlesse , y subye min-me quant y vole .

Ol’ é grand domaghe qu’y fasse tant d’agât sus les borgheons des  frutiers . Quand on l’ r’gade feire , o met en peutrasse ! Y  s’pause o pus p’tit bout d’ine branche vour  qui pigoche les pousses à tail en dépiaçant vers le tronc. Chéti !
Jhe cré qu’o l’é l’ozia que jh’aime le meu et si o vous agrâle pas de l’voére copper vos borgheons , fassez coume moé, à la séson , dounez z’y dau bié , y gavagn’ra moins de verdure, jhe vous z’ou acertaine .

Pas de commentaires à “ Pivoène ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|