( 7 décembre, 2008 )

Le Mérinos

  Le p’tit pouste se met à hucher ine chansounette de Gheorghe que jhe n’avi point jhameis ar’marqué : Reun a vouére aveuc « quanque jhe songhe  à Feurnande »… non pas ! Mé ine affeire vour qu’ol é quession d’in béitiaire bein à la mode de thiés temps . Thieu gâs d’Brassens grougnait sus in are à feire ponde les grapiâs :

Oh non ! Tu n’es pas à la noce
Ces temps-ci, pauvre vieux mérinos,
On veut te mettre le fardeau
Des plaies d’ l’Egypte sur le dos.
On te dénie le sens civique
Mais calme, fier, serein, magnifique,
Tu traites tout ça par dessous
La jambe. Et puis baste ! Et puis zou
!

Jh’é rinque oyut l’darnier coubiet , et jhe m’seus dit : « Thielle rigouène cause dau Mérinos et ol en é bin quession de thiés temps en Saintonge, dau mérinos , si jh’é la comprenouére d’apion le biton de Brassens nous seugnifie que l’enghance châfré Mérinos se quitte aller por l’d'souc de la jhambe » Thiellés simagrées d’houme poulitique qu’ol é que  thieu langaghe !!. In saintongheois, sans torné amprès la chaudroune te z’ou ari t’envoyé :   Le Mérinos é à min-me pisser .

Mé o feit comb’ de cot que thieu «  mérinos » chet dans les bavass’ries et teurjhau y pisse !. Y doét avoére des enneus d’boudingue. O va fallouère queuneutre qu’étout thieu bétiau . Sus l’dictiounnaire à Piv’teau , o n’en dit :  « pa in frojhe at étai trovai. » Ol aghide tan-répon ! boune ghens !
Tant meu pasque les expiyques de min-me cheyiant tout dret dau roéyaume des stratérestes. Ol arrive en beurné oub’ en misaye, é coume n’on sait point coument qu’ol é v’nu o vaut meu z’ou thiytter por les ghénérations t’a v’ni . Déjha qui l’aurant ine pianette bein gavagnée o vaut meux qui z’éyiant des mots d’oûte part por n’en causer :  Les z’ ouralles nous subyeront rède moinsse en l’purgatouére .

Vouai, mé v’la qu’asteur , in autonomisse Poét’vin châffré Brénne Os ( Brenne o feit méricain creyiez vous pas? ) conte que, à la mairerie de soun’endret, y se trouve marqué en émolé « Bernard Inos » fis de la mère in’os et  y déquiâre que Mére in’os, ol é dau poetevin-séntunjhaes ! Si ol é d’min-me, y n’avant qu’ la thiytté pisser chez eusse , en Poétou , la mére in’ os .
Ol a des espécialistes qui causant otou de la Mérine ! Mé thielle que jhe queuneussons teurtou , en Saintonge ol é o thielle à Nastasie , al a reun à vouére aveuc thieu bétiaire !

Savau de c’qu’al n’en dit…. Larousse : Por al , o s’rait ine ouéye thieu mérinos et ol vré possibye , pasqu’o pisse , ine ouéye !!  Ol a jhustement l’émit Beurnard Maingot qu’a saqué in émolé sus son biog vour qu’ol é point quession qu’o s’trouve dau Mérinos enteur Loire et Gironde ( quasiment pas créyiable , argardez vous min-me: http://angely.over-blog.com/categorie-10376485.html ) mé, rinque de l’ouéye  de race Vendéienne.

De c’qui feit que l’Mérinos pisse bein , vouai , mé pas chez nous ôtes ! Mérinos Saintongheais seugnifiri t-ou imigration quiandéstine ? De quoué n’en avoére des imaghes de sorcelaghe la neu dans les bâlins !!

merinosa.pngLa Cagouille en Saintonghe
                         Le mérinos out’ part !

Jhe sont pas racites nous ôtes, mé ol a des en-mardeurs à suffisance en nout’ endret !

Jh’avons comprenu , asteur que l’Mérinos est un beurlau d’espagne. O s’trouve qu’ol l’a rinque le mâle qui seyisse encorné de bin jholi magnière, coume si les castagnettes étiant pas déjha beun’ assez mirolantes ! , l’ouéye, al n’a point tout thieu l’enriboulaghe sus sa teite d’ouéye , mé o veut pas dire charrette !

Va t’en t’feire foute Pinâ , ol a des Mérinos en Saintonge  et ol é pas des ouéyes .
 O s’peut qu’ol en ayisse chez vous voésins , dans voute coumune, en l’pays bas oub’, cheu l’gabaye, en Aunis tout coume peurtout et jhusqu’ sus les iles, dau dépeu qu’ol a des ponts ! Le Mérinos de Saintonghe ol é in ghoret ! ( aveuc oub’ sans l’raspect ) In ghoret aveuc dau grand poél ! In ghoret t’engora ! , bin jholi mé pas yière grous ! ….. in Couique !!!!, in ghoret d’inde ! Ine aspèce de couique copé por Monsanto oub’ rendu tout dret dau ghénie ghénétique. In couique aveuc dau poel d’ine lonyieure qu’ol l’en a qui peuriant avouére des tresses ! O vous en tape la goule, à vous ôtes otout ! Le Mérinos de Saintonghe s’rit dont in cobaye et jhe vous en doune ine portraiture pasque vous z’ou crériez point, sans thieu , v’la l’bétiau . Y l’a l’oeil bin vissé , paré ! :

merinos.jpg

Tout thieu qu’avant oyut des couiques savant qu’o pisse bell’ment otou et qu’o l’ésame pas teurjhou t’a bon . O feit qu’ les saintongheais avant l’dret de déquiarer :

Le Mérinos va encouère pissé ! Y pouriant’ ajhouter: envouéyez la since !!

Pas de commentaires à “ Le Mérinos ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|