( 23 décembre, 2008 )

Ol é in beû qui z’ou a dit

Version française disponible ici : andrapf2.gif

En thiés les jhours qu’ol é point les jhours d’anneu , o s’trouvi t’ in paybâtier que l’monde châfriant : « Nocent »

Quaziment in drôle, in jhène beuyio , pas chéti bouneghens . A thiés qui z’y mandiant l’portement, y rabousinai les nazelles le pius jhâ qu’o s’peuvait et o finissai por ‘z’y sailli d’la goule in : iiiiiiiiii qu’ol s’ri bein impossibye d’en feire saiyi oute chouse .
Quanque o y était pimé son châfre , paures’ enfants , ol l’était teurjhou thieu rabouzinaghe de nazelles por teurcher quéri soun’ entend’ment et thieu : iiiiiiiiiiiii que l’monde, qui queneu pas d’bonté, fazait seugre d’in « Nocent » point trop crétien . Et l’monde se tapiant sus les thieuses . A crère qu’ol qu’ol é don bin finassou !

 iiiiiiiiii nocent !

Les fames melouniant : «  thiytté le eite , thieu paure drôle ! É t’y pas aquabacé à sufisance sans qu’o seye le yâbe qui l’batise ? Les fames n’avant point oupousé que peur teutous et peur torjhau ,  « Nocent » a rasté Nocent . Et coume o s’ra seugnifié t’ à la fine fin de thielle cont’rie , o s’en trouvéra de thiés les moquassous , peur thiytté le bounet et s’piégher d’vant l’y, en fazant des «  Mossieu Nocent »

En thiés jhours qu’avant rein d’sembiabye en cont’ les jhours d’anneu , Nocent s’en vint in soére de Nau , touquer la porte à Bireauton . Touquer ine porte coume o s’doèt d’feire les rabaloux , pasque déjhà , en thiés temps , les outes monde peuviant entré en dizant : « A tout thieu qu’in? » Thielle porte s’trouvit jhameis barré ! Mé les rabale barne et les pime-misère se deviant de cougner et de bader sus l’seuillet .
Bireauton saiyi en rabalant les galoches : « Tais ! vouéla Nocent , rente te vit’ment, qu’o feit un fret a quartagher les piarres! » La Bireautoune torchait déjha ine assiette amprés sa dorne , en la pousant de conte le valet , al seugnifia : «  assite te don Nocent , ol é la Nau , thiette neu , o s’dira pas qu’les Bireauton t’avant thiyté d’hior ! »

Thielle séré là , Nocent s’é bin calé l’jhabot , fan de loup . Min-me que Bireauton z-y a dounné ine godaille et que , por que l’vin rôghe z’y cheyisse point sus la pire , y z’ou a accoté sus ine grousse louché d’soupe grâsse avec in biâ mouçiâ d’couane ! Ol é point por thieu que noute Nocent a oyut grous d’vocabulère en mé ! Thieu cot le  « iiiiiiiiiiiii » qui brâmi s’trouvi d’eite , m’en doute , thieu là de març iiiiiiiiiiiiiiii ! Avant qu’o seiye mineu et que les meites de meison se rendiant à la meisse , le pére Bireauton a chareuiyé l’valet qu’éti fin t’aviné et nout’ Nocent qui valait yière meux , enteur les beûs , dans l’éthiurie vour que la paille s’trouvi d’eite neu, parc’que , empour la Nau , faurait eite chéti por feire dormi l’bétiaire à min-me l’ formoghau .

Les Bireauton qui s’rendiant d’z'eu pé à l’égyise, n’aviant pas torné la croé dau quat’route que les ronfieu’ments de z’eux pensiounaires avant reveuillé toute la cheunasse dau pays .
Vous z’ou créyié p’t'ête pas , pasque thiés les jhours n’avant pus reun à voére aveuc de ce que jhe queuneussons de thiés temps , mais la neu d’la nau , pendant la meisse de mineut’ , o faut pas d’ouvri ine éthiurie , avour que les bétiaux causant enteur z’eux à thieu moument là ! Le thiuré z’ou intardi et si parait qu’o porte les maux que de teurcher à savouére ce qui disant . Le valet et pis Nocent , z’eux n’aviant reun teurché et y saviant min-me pas vour y s’étiant chet quant’ «  Sampré » le pus jhène des beûs disit’ à « Biton » soun’ émis de jhouc :

— «   Peuvons nous causé , asteur qui nous avant appoué thiès les beurdindins enteur nous ? «  

Et Biton , en s’émouchayant et en se ghensant les thieusses avec sa quoue piâcré de morelles, rinque por habitude , pasque vous songhez bein que les mouches bouines , por la Nau , sont yière allante , d’in cot d’corne , a t’éralé ine arantelle du pianch’trâ en tiragnant sus ine goulé de feunache .

— «  Voué tu pas coument y sont mis thiés les sotrâs ! In qui sait point songhé , l’oute qui sait point causé et les deusse nighé de vinasse. T’othiupe pas d ‘zeux , jh’avons yière de temps por les barjhodries! L’darnier côt , tu contais que Pélaro , le merchand d’piâ d’lapin , éti musé t’à l’espère , de ralette le grous roc, por prenre les éthius quand les quioches soun’riant ?  »
Ol é , bouneghens que dans thiès jhours, qu’étiant out’chouses que nos jhours des maux-creyiants d’aneu , les piarres, les chails et pis les rocs , alliant s’trempé dans l’ève le temps des sounailles de la nouvelle an-née ! A mineu dont , qu’o seye dans la Chérente , dans l’Anténe vour dans la Sonoire , al thiytiant z’eu piace, por pionghé et gassouiyé , al aliant se déjhobré des beurnes pounues por les osiâs sus z’eu charcoi de jhanvié t’a décembe . De c’qui feit que les trésors d’érghent , d’or et piarres faramines qu’al couant sous z’eux grousses feusses se trouvant de thieu temps à teurleusé souc la chandelle de l’étéle dau barghé !

L’ merchand d’piâ , thielle neut là, n’en a rempyi  son sac , mé les ghormands s’creyiant jhameis d’eite geudés, y n’en a bauré ses pouches , son jhabot d’ ch’mise et y n’en saquait en ses chausses , quanque, au darnier balan de la quioche , le grou chail z’y a chet sus l’chagnon d’l'échine l’écrabouiyant coume in grapiâ .

Ol é de min-me que Nocent, qui disait jhameis reun, mé qu’avait de bounes ourales a queneussu le segret des grous rocs , sayi des goules de Sampré-Biton qu’avant bavassé tout au long d’la meisse de mineut’ et qu’avant tapé z’eu losse por le rastant d’l'an-née .

Créyiau que noute Nocent a feit , de rang , quand que les beûs avant céssé la parlouére ? …. Qu’étou créyiau ? hein ? Qu’étou don ?

Ol é là que n’on voé que thiés les jhours sont pas sembiyabes de thiés temps … à moinsse qu’o seyisse les ghens qu’avant changhé !!!….. Nocent’ a dormi coume in jhésu enteur les deus beûs à Bireauton , tout l’rastant de thielle neu d’ Nau ! Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Por la fin d’l'an-née , Nocent n’a point touqué l’ porteau de peursoune . Y l’ a rasté en l’nègue , sus les bârges de la Chérente , la vour é appoué le «  grous roc » à l’adret de l’ile gougnon ,  au Solençon . Y l’était dont acoté sus thieu grous roc qui s’ébougheait point mé qu’in chail se doét d’z'ou feire . O feit yière fret thieu l’hivar en quession , mé o brumasse et l’ève sourdi de peurtout, de quoé chopé le queurvasson à bader sans s’ébougher . Nout’ Nocent, voyéant’ , à la méchante chandelle d’in lunâ qui peuvi pas peurcé , qu’o faurait asperé la mineut’ encoére tout’ in moument , cougna son bot sus les ortughes qu’étiant moiétié meûlées , acabasées ,au bas dau roc , o cheyi t’ine cagouille pis deusse , pis troés .  Al étiant parché* d’azar , à thielle seisson !  Coume s’en trouvit peurtout d’encruchté , Nocent n’en fazit’ in carnaghe et n’en rempyi t’ in grand pien pochon , thieu grand pochon qu’y l’avait porté aveuc l’y peur ….. bouneghens !

Mineut’ tarzant à v’ni, ol é caniché dans sa grousse pél’rine que Nocent s’a thyité feurmé les euils , jhuste por ine dormitoére de reun , in p’tit abrié souc’ ine de thiés yieuse qui poussant  jhustement en thiel endret .
D’in randon , en in grand bru , d’in cot pé au thiu sarvi por in ghéant Nocent monti en l’ar et cheyit’à bas coume in baluchon d’sotise . Sus sa goule , à la pendille, in’ harboulaghe d’ ève z’y coulait dau yiâ en l’garguena . Des veurdons dansiant la ghigue entour de l’y et la piarre s’agoûtait en fazant in grous gabot . Iiiiiiiiiiiiiiii  que la poure z’y fazi feire! . Le grous roc napi d’ève s’avait trempé et l’y t’avait dormi ! . Ol é là que, manghé peur le dépit , Nocent , le peurmier cot d’sa cheune de vie , disi ine chouse : iiiiiiiiii Marde ! (sauf vout’ raspect!)

Ol é aveuc in pochon de cagouilles sus l’épale que Nocent se rend au villaghe et asteur sa goule n’a pus d’cesse : « Al sont lourdes , sont’ al dont bein lourdes » . L’monde s’avant apeurçu qu’ol avait oyut in miraque ! Songhez : Nocent qui cause et qui ronchoune que son sac é trop pien !!!
Le brut s’é enrolé peurtou entour les masureaux , dans les vilaghes , à l’éghuise, jhusqu’au chateau , le brut n’en silait d’ine boune fame à l’oute , y ronfiait à la forghe dau maréchau et au mitan des chais à vin , dans les éthiuries et min-ne chez monsieur nout’ thiuré :

— « Nocent a ramassé les piarres précieuses , l’érghent dau grous roc , thiette neu et asteur y cause !!! »

—  “Bin sur que non qu’o gueulait Nocent en d’ouvrant l’pochon ! ol é des cagouilles ! Rinque des cagouilles!!!”

Le monde sont cabochard , ol avait bin oyut dau sorcelaghe pisque Nocent causait , asteur !!!
Veurait’y feire des acrèires aveuc thiés les affeires de cagouilles dau peurmier d’l'an . Ol a pas oyut d’cesse por Nocent avant d’thyitté la coumune . Ol é a cause que parsoune a reune vu , quanque, son drigaille en ésselé et son sac de cagouille à l’épale  y l’a foui de thiau villaghe  d’envioux!
A de c’qui paraît…. qu’ol en a …..qu’auriant apeurçu Nocent a ine échoppe , en pienne ville de jharnat . Le mérchant z’y dounait troés goussets piens d’éthius encont’ ine cagouille jhaune coume de l’or . Thieu l’houme qu’étit out’ foués son voésin l’ a thiyté monté sus in ch’vau por s’en raller et quant’ Nocent z’y a garoché ine mounaie sus les bots , l’ vouésin d’out foés a feit sarviteur,  en ar’marciant  Mossieu Nocent qu’a chauri a pienne goule              iiiiii-iiiiiiiiiiiiiiiiiii     ma cont’rie é finie  .

Joélleux ( por in cot  pisqu’ol é fête)  joéyeux Noël et boune an-née à vous ôtes !

 * Cagouille parchée = fermée de l’opercule de peau pour l’hibernation  (parchemin

Version française disponible ici : andrapf2.gif

 

 

 

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Ol é in beû qui z’ou a dit ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|