( 6 février, 2009 )

L’histouère dau peurzident

« A la manière de Goulebenéze dans « l’histouère dau cheun »)
Ref « Goulebenéze le charentais par exellence » page 352 

Qu’étit in peurzident, sans pareil souet disant,
O l’étit in câlin qu’âmait point trop les ghens.
In peute-bas d’reun du tout, pas pus groû qu’ine abiète
Et anvec ine fiyure mée melée qu’ine poum’ biète !
Il avait pas d’démain… coum’ son maît’ Machiavel
De toutes les chêtiv’ries, il avait la piâtrelle.
Peur la chasse aux fumelles, thieu, il était d’promière :
Qu’o seit ine Cécilia ou asteur ine Carla
Qand i l’était cothiu o l’foutait point à bas.
Car pour s’qu’est des ment’ries, mes bons zémits jhe creis
Que d’Vilpain à Bayrouth et d’ Jhoz’point à Chirat’
Pas in foutu bavoux peuvait zi feire la patte !
Fonctiounaire, arthisan ou paur’ pézant d’Beuriet
Anvec sa losse dau diâb’, jhamais reun le jhîn-nait.
Fazait minme thieuques proumesses à thiellés qu’avant reun
Peur ine foès en la piace les traiter coum’des cheuns.
Dame, anvec les mon-sieurs qu’aviant tout pyien d’beunasse
Les bols dorées, les agardères, marchands d’bouillasse,
Thieu peurzident étit bein mé précautionnoux
I zeu fazait la cour et des peurzents étout.
In matin — o l’agrâlait point trot thielle jhornée —
(et les sots coum’ les jhauds, ont point la goule feurmée)
Dans l’mitant d’in discours, vouélà l’promier miniss,’
Se peurnant m’en doute peur un ghenre de socialiss’ :
« Sarviteur, tout châptit, eskiusez la ricouène ! »
« Mes bons z’émits », qu’i dit « o y a-t-ine chouse çartaine,
Si o va d’thieu ballant, bintout jh’irons piens nut’s,
Jh’arons pus qu’des mouraines à nous saquer sus le thiu ».
O l’est b’sûr qu’à thieu cot, les caisses étiant pas pyieines
Et peurtant, l’peurzident avait pus ses migraines
L’État étit à bas, mais reun ne zi fazait
I veusiquait peurtout, teurjhous aux minmes dounait.
Tout d’un cot, i s’foutit dans n-ine peutrasse pas triss’
Et dézit aux vâlets d’quérî tous les miniss’.
O s’mettit à grouiller dans thieu govarnement
Vu qu’teurtous s’demandions si o l’irait piangh’ment.
« Vous eites sti, prêts t-à tout mais vous eites bons n-à reun,
Encruchés à vos piaces coum’ à sa toèle l’areugne »,
Qu’o dézit l’peurzident fiar coum’ in char à bancs,
« Pusqu’o l’est d’minme, ripez vos bots, et ranghément. »
Et peur qu’o seit mé quiair, les foutit teurtous douère
S’disant, m’en doute, qu’o s’rait point zeux qui l’feriant chère.
Dame asteur, l’peurzident s’trouva beun empené
D’eitr’ d’obighé d’cheurcher coument les rempiacer.

À thieu moument, dau pourtau, thieuqu’in tira l’pène,

Et b’savau c’qu’o l’était, zenfants ? ine Ségolène !

  jemachefert.png   jembanroyan.gif

banautrefois.gif


 

Dans les jours a venir , retrouvez Jacques Edmond Machefert sur les étoiles du patois

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ L’histouère dau peurzident ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|