( 5 mars, 2009 )

La cagouille

Gaston Navarre dit Boun ap’tit

 

bounaptit.jpg

Le plus  charentais (16)  des bardes de saintonge .

    A un point tel , que , vous l’entendrez dans son « monologue » ci dessous , pour lui , il y a : les Charentais et …. les Poitevins ! Ce qui n’empêche absolument pas les unions et la descendance partie vers la capitale  .

 Vous allez découvrir Biâ-beso (Joli ventre) le charentais , sa poitevine d’épouse la Biâ -besote* et les « cagouilles grises » . Tout ce petit monde voyage vers la capitale  et vous découvrirez « coment’in pezan charentais cope le subiet a n’in monsieur » Ce qu’il résume  dans un humour bien traditionnel   » as tu entendu siffler ce merle « 

Un témoignage ou nos patoisants d’universités trouveront au moins autant de vrais enseignements que dans l’élaboration de cartes ,  les tracés de frontières , l’invention de graphies . Cette  belle page de notre folklore  est réalisée grâce à la prise de sons  de R. Carmin   et  du fond sonore offert par Mc Key . Le montage est de C Rabistoque .

 

Pour trouver  une cassette audio de Boun ap’tit , reinseignements à :
 k-gouille@live.fr

* Beso,  pour ventre  se trouve aussi sous la forme enfantine de   »bezou »  et aussi «  bezol »  (le l  final étant souvent muet) . voir les fornigheats et bien sur « besot » ce qui explique « biâ-besote »

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La cagouille ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|