( 25 mars, 2009 )

Zidore oub’ la soutane

 

Ine histouère de r’lighion de Maît’ Piârre

I s’app’lait Zidore, mais le monde, au villaghe, l’appeliant « La soutane ». Quant-il était drôle, il était teurjhou saqué à l’éyise, et dépeux thieu temps, o y at pas passé : tous les dimanches, et minme dans la s’maine, i va-t-à la meisse. O faut dire que l’ vieux thiuré est d’ l’ancien temps, i porte encoère la soutane et dit la meisse en latin.
Zidore disait qu’ol était jholi in thiuré en soutane, qu’ol était coum’ in uniforme et que coum’ thieu ol était éisit à r’queuneutre. In biâ jhour, le vieux thiuré partit-t-à la Maison de r’traite de Voiville, à coûté d’ Saintes, et o n’en arrivit in nouviâ : in grand gâs, qu’avait jhoué d’aut’ fouès au Stade Rochelais, qu’était jhât coum’ le popyion dau père Lagrolle et larghe en proportion. Mais i l’était en civil, i l’avait pas d’ soutane, in thiuré moudarne m’en doute ! O zi fazit pas piaisit-t-à Zidore, mais i décit reun, i l’avait pour de thieu grand biton.
Mais à la meisse dau dimanche, ol était ine aut’ affeire, finis les dominus vobiscum et les pater noster, le thiuré causait pointut ! Et thieu, Zidore i zou supportait pas. Le latin i zou compeurnait pas beun, mais ol avait pas d’importance, ol était en latin qu’o fallait dire la meisse, et pas auteurment. I disait :
« Avant jh’avions l’agnus dei, jh’étions contents de zou entendre, asteur ol est quession de l’ignâ ! O m’ fait penser à des côt’lettes ! ».
Le dimanche d’amprès, le thiuré couminçait à fare son sarmon
voure ol  était quession de l’ève qu’avait été teurvirée en vin, et qu’ol’ intéressait les pézants qu’étiant là, qui se d’mandiant coument Jhésus avait pu fare ine affeire de minme, quand le pourtau de l’éyise duvrit anvec in grand brut, et Zidore apparut, habeuillé d’ine soutane, et huchiant des Deo gratias et des Dominus vobiscum, au grand étounement des ouailles. Le thiuré partit d’in randon, attrapit Zidore prr’ la soutane, et le foutit dhoère, voure thieu paur’ sabiâ fazit-t-in éparit su la piace dau villaghe. O fait qu’ les bitons qu’étiant  à minme de bouère au café dau père Utrope (qu’a l’ pu bon vin bian dau canton, in sauvignon qu’est néssu dau couté d’ Brr’ville), sortiant prr’ vouère thieu drigail. Ah ! mes paur z’enfants ! Zidore à piat ventr’, la soutane rel’vée su son caleçon-t-à fieurs … Ol est dépeux thieu temps qui l’avant baptisé « la soutane ». Asteur, i va pu à la meisse au villaghe, i va-t-à la chapelle Saint Martin, dau couté de Jhuicq,  là voure les intégriss’ causant en latin et s’habeuillant-t-en soutane  !
Le nouviâ Pape, Benoît XVI, piaisait à Zidore. Il  était pas coum’ thiéllés-là d’avant, des arbigheois qu’aviant pas l’air bin catholiques ! Thieu-là, il  aime beun les intégriss’, mais il aime pas les préservatifs ! Ol est-t- in bon chrétien.

O faut vous dire que Zidore avait marié la Mariette, et qu’en dix ânnées , i z’aviant fait onze drôles : les dorniers étiant des beussons.
« Les préservatifs, qui disait, jh’en veux pas, ol est interdit prr’ l’éyise, et les pilules otout ! Les drôles, i v’nant pac’ que l’ Bon Yeu les a voulus ! ».
O fait que l’ monde disiant qu’i l’était « bon-t-à reun », sauf à fare des drôles. Mais la Mariette en était r’saziée de thiellés « gueurnes d’en-neût » qu’arriviant tous les ans.   Al était ine jholie drôlesse aut’ fouès, asteur a  r’sembiait au fanâ d’Ébion, qu’est pu groû dans son mitan que dans l’ jhât et dans l’ bas. Peur se rajhèn’zi , a portait des cotyons au-dessus dau  jh’neuils, et a se fazait deux jholies tresses su l’calâ, qui descendiant le long des oum’rolles. Mais o la rendait pas mé agralante !
A s’était mis à prend’ la pillule, et dépeux troués z’ans, o naissait pu d’ drôles. Tout le villaghe zou savait, excepté Zidore. Et quant’ le monde, prr’ se fout’ de li, li d’mandiant coument-t-il avait fait prr’ arrêter d’avoèr des qu’nailles, i répounait : « Jh’ai in segret ! ».
In biâ jhour, Émile, Ernest et Natole, troés chétis mau-créants qui créyant en reun, qu’allant jhamais à la meisse, qu’avant teurjhou la pire salée et qui sonjhant qu’à mangher et à bouère, invitèrent Zidore chez le père Utrope, et amprès quat’ à cinq vârres de vin bian d’ Brr’ville, i li d’mandant : « Allez, dis nous ton segret ! ».
« Eh beun vouélà qu’o répounit Zidore. Quant jh’ fazons nous p’tites z’affeires avec Mariette, ine foés prr’ semaine, le sam’di au sèr sitoût baguezon cheit (1), que  jhe sons saqués dans les bâlins, que jh’ nous sons accoubiés et qu’ol aboute bin coum’ o faut, dès que jhe sens qu’o coumince à bouillit là-d’dans, jhe zou sors peurcipitament , avant qu’o bronze ! Les savants dizant qu’o s’appeule le coïtus interruptus. O peut pas êt’ mauveis pus qu’ol est dau latin ! Ol est ine méthode efficace ».
Les z’aut’ se copiant le vent’ de rire. Ernest, qu’est le pu chéti des trois, li répounit : « Vouais, ta méthode a l’est coum’ le Pape … al est infaillib’ ! »

 (1) Sitoût baguezon cheit : vieille expression saintongeaise pouvant être traduite par crépuscule.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Zidore oub’ la soutane ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|