( 2 avril, 2009 )

les parapuies bieus

 

Les parapuies bieus   -  (sur l’air du complet gris de Line Renaud)

Quand jh’étais drôle ol a bin longtemps
Anvec ma veuille grand’mère
Tous deux jhe menions les vaches aux champs
Dau coûté d’la riviére
Et peur nous z’abeurier dau soulail, dau grand vent
Al avait tout l’temps
In’ enghin épatant
Peur les beurghères d’antan
Qu’n’on vouet pu d’thieu temps.

Darriére son grand parapuie bieu
Sûr que jh’étions pas malhureux
Et quant’ o mouillait coume vache qui pisse
Nous sacquions darrière la grande palisse
Le vent peuvait teurjhou bûfer
Y risquait pas d’nous dérangher ,
Qu’o mouille ou beun qu’o fasse grand fret
O y avait pas d’meilleur endret.

Ol avait otout des mouments
Qu’ peur soulagher leus méres
De toutes jhènes drôlesses de thyinze ans
Alliant faire les beurghéres
Et peur les faire bisquer, tous les drôles bin souvent
Bin vite s’ameniant
Darriére thiés parapuies
Ol était l’paradis
Dans tout nout’ pays.

N’en a tout’ oyu des amoureux
Darriére thiés grands parapuies bieus
Ol é là qu’jh’ai qu’neussu ma beurghére
Al était la pu belle de la terre
Et si l’temps s’tornait au fret
Jhe la serrai d’in p’tit pu prés
Jh’en avons fait, bin des envieux
Darrière son grand parapuie bieu.

Mais les temps avant bin changhé
On ne vouet pu d’ beurghéres
Thiés paures drôles avant biâ teurcher
Y a pu qu’des fils de fer
Et bin moué, voyez vous
Y m’en mets s’en d’ssus d’ssous
Thieu diabe de progrés !
Pace qu’o fait des an-nées
Qui raballe sans arrêt
Les chouses que jh’aimais.

Jhe regrette nous biâs parapuies
Anvec leu beurghéres si jholies
Dans les prés quand o s’am’nait l’printemps
Ol était coume des fieurs dans les champs
Astheur, tout thieu, ol é bazi
Disparus thiés biâs parapuies
Mais sûr qui trouv’rant jhamais meu
Que thiés les biâs parapuies bieus.

Astheur, tout l’été t’à Rouéyan
Eparées su la piaghe
Al s’grâlant l’darriére et l’d’vant
Ol é un vrai carnaghe
Al sont coume des toumates
Melées coume des patates
Nègues coume des taupas
Coume o leu manghe la piâ
Al s’graissant d’la poumade de su tout l’charcois.

Nous z’autes jh’avons thieuque chouse de meu
Jh’avons noute grand parapuie bieu
Et su l’sabye quant’ o s’met à grâler
Sous soune ombe, jh’sons benézes bin au frais
Si vous v’lez v’ni nous z’y r’trouver
Vous z’arez pas besoin d’teurcher
Pace que de thieu long à sept yieues
Ol’ a pas d’autes grands parapuie bieu.          

    jhustineguychartier.jpg   Jhustine , alias Guy Chartier

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ les parapuies bieus ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|