( 9 avril, 2009 )

Barbezieux , le chatiâ

barbezieuxsthilaire.jpg

Thieu é l’rastant d’in biâ chatiâ qu’ol a t’oyut déjhà en thiel endret t’au onzieme siéque , I ne fut pas bin long à dev’ni ine fort’resse , et aveuc 100 an née de mé , quate grousses tours qui sarviant d’loghera étiant aux encoinssons et troés pourteaux feurmiant thieu renfeurmi . Ol a rinque la pourte d’Archiat qui n’seyisse point abrassée jusqu’à pu reun . Thielle qui sarvait d’cachot était la Chavaroche , le chat’let ,de vour qu’o raste quasiment pus reun , dounait sus l’villaghe .
Dans les années trente (onze cent ! Pardine ), en thielle piace, in chéti pointu châfré Alduin III , qui s’trouvi d’ en eite le coumendant , é athiulé peur in gas d’cougnat : thieu biton de Bardon . Tout thieu pasque le chenassier d’ Barbezieux  z’y a pris sa fame en ine ésselé , et au grandésime gallop , l’a empourté chez l’y . O coumençait beun !!!
En thiès temps déjhâ , les enghyais lorgniant sus l’ bâti , ol oyut point d’cesse , a c’qui preniant la benasse et sans feire enchéri l’prix , pisque ol eux  z’a suffi d’foute le peurpriyétaire dehiors, a grands cots d’sâbe
En quatorze cent dix set, les états d’Saintonghe , assembiés t’à Pons , se foutant en peutrasse et envoéyant in biton d’ Saint Jhean d’Angel’y aveuc ine dozaine de gouyats , le désit Barbazan peur abrasé les enquiots . O fut vit’ment torché . A de c’qi paraît que , en thiés temps , les foussiés des douves sarviant de cémentieres peur enrochir les ghens chopés peur la peste.
Les Larochefoucauld alliant’en dev’ni les maît’ dépeu la yière de cent ans et ol é dans la tour de la pourte d’Archiat qui fazant t’in loghera .

La gabelle déquianche in charivari pas possibye , les sangs dau monde ghiquiant coume d’ine yichouére . Le va-d’vant des révoltés , Bouchard (in gas d’Puymoreau ) n’en aura , quieuque temps amprés le cagouet copé et le monde dirant que Bouchard é débouché !
Les ghens de la r’lighion réformée aviant in tempye en 1550 à Barbezieux et y foutant à bezat l’éyise Saint Mathias.
Sus la fin de thieu sièque , les croquants avant l’d'sus des ghens d’armes dau chatiâ , qu’y sont teurtout seugnié t’a bianc coume des cannets .

Vouéla t’ine conterie de l’istouére de thieu biâ chatiâ , qu’ol é d’azard qu’in ragaton ( in pourteau ) de la piace forte de Babezieux . Si o vous peupine d’en queuneutre in p’tit de mé voyez dont ithy :

Peur les affeires de gabelle =     [acache me dont ]
Peur l’histoére historique du chatiâ =     [
acache me dont ]
Peur vouére jholiment de cartes poustales sus Barbezieux =   [
acache me dont ]

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Barbezieux , le chatiâ ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|