( 27 avril, 2009 )

Le marle nègue

merleg.png

On dit marle nègue, portant o l’a rinque l’mâle qui seyisse nègue . La marluche é  gris brun  aveuc la gorghe et l’jhabot in p’tit mé kiaire . Le marle , l’y a t’in bet jhaune et ine lunette jhaune oranghé . Thieu bet l’y vint jhaune quant’y l’a in an, pas avant . O l’a in marle qué râl o l’é le marle bian , de c’qu’é ine mau formence, presqu’ine maladie . Le monde veuriant savouére vour qu’é thieu marle bian ; fazez m’y songher , o s’pourait que jhe  vous z’ou dise !
Thieu bétiau manghe sus la sol , y s’éboughe en courant et en fazant des saut’ries. O l’é in gormant  d’âchets et y teurpeugne por les feire sorti avant d’les chopper d’in cot bet , por les  sorti d’terre  y tirrâgne  à la douce , pyianghement  et o manque jhameis !! Le pius souvent les marles volant au ras dau sol et  sus des p’tits randons .  Y fazant leu nics en les palisses oussitoût qu’ les frets sont sus zeux fins .  La mârluche ( o s’dit otout mârlette ) va couer thienze jhors de temps , les  cinq-six oeus qu’a l’a pounu . Thiés oeus se trouvant d’eite bieu-vart et pijhassés d’maron . Le Marle la rempyiace por couer de moument t’en moument.
Les marluchons thyittant le nic amprés ine douzaine de jhors et y s’fazant abeucher troés s’maines . Amprés débrouille-te, pasque les marles pouvant feire  mé de troés portées por an.
Les marles sont coume les baignassous , y s’fazant  vrâler et creyez me qui z’aimant l’soulail ! Por thieu , y gonfiant les piumes,  min-me sus la tête vour qu’al sont d’bout , y restant tapés sus la sol aveuc les alles écartées et l’bec  badé .

Quand in marle s’appoue à découvert  y baisse les alles le mé qui peut et y garde la quoue deursée , torjho prêt à décanigher . Si y manghe des p’tites veurmines, y l’é otou gormand de fruits rôghes et pis d’geurnes .
O s’dit des provarbes à son sujhet : o va d’marles en bisses et de bisses en reun mé o l’é por dire o va de mal en pis .
On dit otout : Chantes biâ marle ! Et preuve que l’marle est in bon ghibier pisque la ricouène dit : à défaut d’marles mangh’rons des grives ! o s’dit , o s’dit, mé quétout qu’o s’dit pas ?

merled.png

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le marle nègue ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|