( 15 mai, 2009 )

Jhustine au super marché

 Dépeu ma p’tite enfance, ol’a teurjhou eu des marchands peur nous z’apporter tout c’qu’o f’lait peur mangher. A châ p’tit, y sont teurtous bazis. Coume ol é pas quession que jh’aye m’trainer à St Jean en bicyquiette, jh’ai d’mandé à ma jhène vouésine si o la dérangherait de m’emmener faire mes coumissions en même temps qu’elle. Oh ! Al é bin gentille bouneghens et al m’a dis qu’o s’rait anvec piaisi. Jh’ai dis, de toute façon, jh’vous payerais ine portion d’l’essence qu’vous dram’rez.
Vous parlez d’ine expèdition ; jhe sont arrivés su ine grande piace anvec des autos coume jh’en avais jhamais autant vu. Jh’dis : » jh’arions meu fait d’veni pu d’boune heure, pace qu’avec in monde pareil, o va pu rester grand choûse m’en doute. » 

  »Oh, o risque reun qu’al m’réponds ! jh’allons coumincer peur prenre chaquine un chariot ».

M’ameune au balet et jh’coumince à tirer su ine de thiés beurouettes. Reun à faire peur la désencrucher ! jh’arriai emm’né tout l’pilot et l’ballet anvec ! Lolotte, ol é coume thieu qu’jhappeule ma voisine, s’rameune et sacque ine pièce d’in’ euros dans ine fente su ine aute beurouette et o vint tout seul. Jh’ai fait d’même, mais jh’dis:
«  Ol é bin biâ tout thieu, mais jh’ai reune ach’té et v’la déjha des sous d’partis ! »
«  Faut pas vous inquiéter qu’al dis, vous la r’prenrez au r’tour. Bon qu’al dit, quand vous z’arait fait vous empiettes, vous peurait r’veni vous mette dans l’auto en m’attendant,  jh’ai pas feurmé les portes. »

Fi d’ghiarce, jh’ai manqué en cheire de thiu quand jh’seu rentrée dans thielle usine. Quand jh’songhe à l’épiciére, quand jh’étais drôlesse, même les pastilles étiant cachées dans les tiroirs. Eh bin là, tout a portée des oeils et d’la main. En  un mitant, ol’avait au moins deux tomb’rées d’oranges ! Moi qu’en raffole, jh’en ai pris ine douzaine. Jh’cheurche peurtout, peursoune peur payer ! jhe d’mande à in gars qu’était à coûté ; qui dis, « on paye pas éthiy ». Là, jh’ai compris peurquoi o l’avait tant d’monde ; o d’vait ête ine jhornée bourse ouverte ; sans payer ! bin jh’ai dis, jh’fait coume les z’autes, jh’rempyi ma beurrouette. Vous peuvez pas vous imaghiner coument qu’ol é mal aghencé peur sorti d’thieu labyrinthe ! Peur  couminçer, jh’trouvais pas la sortie. Enfin, quand z’y seu arrivé, ol’ avait pien d’monde à la queu leu-leu qu’attendiant d’vant ine chattière. Jh’étais queurvée, et jh’avais pas envie d’attende piantée là pendant ine demi heure. M’v’là partie en songheant qu’o d’vait bin ête coume dans les palisses, o d’vait beune avouére ine musse. Pas manqué, à in’ endret, un passaghe avec peursoune peur ghéner. L’probiême, ol’était pas assez larghe peur la beurrouette, alors me v’là lancée à vider mon charghement peur l’passer d’l’aute coûté. Mes paures enfants, v’là in subiet qui s’déquianche à vous en peurcer les tympans. Jh’ai eu tellement pour que me v’là partie en courant. Jh’ai pas été loin ! o y a deux grands gars qui m’avant empougnée en m’traitant d’voleuse. Ol’ a fait  jholi, et tous les mondes qui r’guadiant. O n’en à f’lu des éspyiquations avant qui m’relachiant, mais ol’ a f’lu payer. Jh’ai décharghé la mouéttié de la beurrouette pace que jh’avais pas assez d’sous peur tout payer.
In cot dh’ior, astheur, pu moyen de r’trouver l’auto à Lolotte dans tout thieu pilot d’enghins. Trois tours de la piace que jh’ai fait anvec thielle salop’rie d’beurrouette qui v’lait jhamais torner d’au coûté que jh’v’lais. In cot trouvée l’auto, jhe mets mes affaires dans l’coffre et jh’me mets en devoir d’récupérer moun’ euro. Jh’ai eu bia tirâgner d’toutes les façons, gratocher anvec mon coutâ, reun à faire peur  sorti thiette pièce d’son creux. Ah, jh’étais pas d’bon pouél . Et dire qu’ol é thiés les là qui m’traitiant d’voleuse qu’imaghinant des pièghes de même. Heureusement qu’Lolotte est arivée peur attrapper ma pièce. Peur tout vous dire, jh’me d’mande encore coument qu’al a pu faire !

I sont malins quand même, thiés jhènes générations astheur ! ol a reun qui les arrête 

  Jhustine , alias Guy Chartier    jhustineguychartier.jpg                                        

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Jhustine au super marché ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|