( 16 mai, 2009 )

La lune rousse

Ol é la peurmiere  lune amprés les Pâcques . Portant , ol é b’sur , coume z’ou dit la léghende , que si thielle  » tête de feusses » teurleuse dans la neu dau mois d’mai, ol é bin sur que les pousses qu’avant débaurées , qu’o seiye des veugnes oub’ des  poumentares,  seiyant thieutes por le yiâ , quanque le jhour se leuve  . 
Jhe disons, en biâ français que « la lune les a roussis », de vour thieu châfre de : lune rousse . La mouveise, qu’ol é  thielle lune là ! Pisque n’on vouet rinque  sa goule en la neu et à  l’aubette , jhustement o min-me moument où les jhènes ghitounes sont mises à bezat por le yiâ !!!! Songhez , in biton, sortant des bâlins t’à la prime , acabassé d’vouére que  les patates sont melées, gavagnées : y teurche le salopiaud  qui z’ou a feit et qu’étout  qui vouet : La jhau , qui teurleuse :  la Lune !  La chétie!!!  Y teint la coupabye.
Ol aboute beun , o peux pas s’dédire , mais  étou la poule qu’à pouné l’eu oub’ l’eu qu’a douné ine poule ? Si la lune se vouèt, ol é  qu’o y a pas in nuaghe ! et que  quant’ ol a pas d’nuaghe , la neu s’ afrédzi , pas de courtouére  sus la chaudroune por garder l’châ , pas de « couvarte ».  Le yiâ vint d’ là,  et :  a-yieu  les  ghites de prom’loghes.  O peurait tout aussi beun se faire t’au moument d’la nouvelle lune, si la neut’ é  dégaghée , et bin que jhe la vouéyissons point, thielle lune ! O pourait b’ se faire  otout o moé d’Mars dans thiés les conditions,  mais o risque pas , pasque pasqu’o l’a reun de débauré . 

Alors fasez pas d’arfliéction sus la lune,  bande de mau-disants  et fasez putou fiamber in ciarghe por que les nuaghes rastant sus vos patates, les neus d’la peurmiére lunaison amprés les Pacques.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La lune rousse ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|