( 10 juin, 2009 )

La saute des beûs

loencharriote.jpg 
L’usage de ce cliché  est interdit sans l’autorisation écrite de la famille.
Sus thielle jholie portraiture , Léo Ganachaud promeune les drôles et les drôlesses d’Ambérac . Marci à ses p’tits enfants dau prêt de thielle suparbe imaghe .

 

 

Cont’rie - En seuguant l’istouére écrissé en français  peur Léo Ganachaud dans les paghes souéssante t’à souéssante vuite de son uvraghe : Lée bitons Chérentais

Ol était , en infet, ine chouse bin étranghe , qu’arivait à des cots en nou fouéres et qu’ les vieux châfriant « la saute des beûs ». A thielle épouque , o s’passait jhamais ine an-née, sus les fouérailles des chérentes oub’ cheu nou vouésins, sans qu’o l’oyut thielle folie des bétiaux t’encornés . Ol était teurjhou o moument vour qu’ol avait le mé d’monde . Tous thiés les ringheurs* qu’aviant l’ar si bounasse et qui sembiant endourmis, se r’trouviant endominé d’in min-me cot por in sorcelaghe mystarieux et s’ensauviant en l’vant l’ thiu devars peurtout. Les p’tites ghens , les simpyes , disant qu’ol était l’sentiment d’ine poude éspéssiale qu’o l’éparait les beurdindins , des « z’ongroés* », qui peurfitiant d’thiau charivari peur croch’ter tout s’qui pouviant , à leu coutumes .

Les maux-créyiants et les chêts t’ instructiounés éxpiyquiant que : «  N’en considérant que thieu fénoumène des biâ-vidés* poqués d’la ghigue avait teurjhou yieu dau printemps t’à l’autoune, jhamais t’en ivar , l’étit dont l’uvraghe des tions oub’ des mouches qui fissiant’ ardi teint bon , au pius châ d’la jhornée »

Les bétiaus badant en pien soulail s’en r’trouviant vassés et coumenssiant à jhiber avant que d’l'ver l’thiu . Y s’ensauviant dans l’travers dau monde en déteurvirant tout ce qui s’ trouvi sus zeu ch’min. Le fouérail dev’ni pus rinque qu’in bromi d’fou peurdus, aveuc les fames qui siliant, les drôles qui beuliant et coume in ouraghe qui renvarsait tout à son passaghe dans in nuaghe de poussiére..

Qu’étout qu’était dans l’ vrai ? Les ptites ghens oub’ les vactarinaires ?
Thielle saute des beûs arrivait mé d’in cot peur an et bin des ghens teurjhau dau monde (encouére en 1945) l’avant queuneussu en leu jhène âghe, ale ne s’vouét pus asteur dau dépeu 1900 . D’asar, ol a t’encouére de la mouchaille et otou de grous assembieument de bétiaire encorné !
Thieu n’é point ine cont’rie d’fade ni ine istouére de sorcelaghe et o s’rait ureux que dans thiés les là qui ar’gardrons thiés  les écrivaghes , o s’en trouve peur douner ine éspiyque : peurquoué qu’o mésarive pu , thielle grande poure des beûs , sus les fouéres réghiounales.

Vouéla de c’qu’o s’é passé in 25 d’avrille 1892 , à la fouére de Mansle , d’amprés Léo  : Ol était sus les 2 heures dau tantôt . Le temps avait torné , o brumassait et à fine force n’ on s’trouvait napi jhusqu’à l’ou ! Tout d’in cot ma mére s’ébravaghit « Oh ! Mon yieu quétou qu’o y a ? Bin sur lés beus venant d’ sauté !!».

En infét,  in brû r’sembiant à thieu là d’ine troupe de cavayiers en grandéssime galop , venait sus nous. En moins de deux minutes , in cent d’beûs t’a déboulé dans thielle ruétte , la « rue des bouviers », de conte le champ d’ fouére . Moun’ émit Zidor qu’étit abrillé aveuc moué , a veulu t’aghidé sa grand’mère peur ar’méte d’apion le p’tit banc, avour al éparait zeu bazar d’affeires à quate sous . L’était vitré d’in sarau roughe à pezas bieus et , n’en doute , thielle penille fut la cause qu’in taureau ar’tardataire boula nout’ zidor et l’arit mis t’à beza si thièques mondes, aveuc des triques de fouére ne z’ou aviant empeuché. Peurmi z’eu , ol avait in dénoumé Jhoubert , y cougna tans’ment sus l’ musiâ dau beu que l’animeau n’en fut  tout’ ébaroui . En l’empougnant peur les cornes , y z’y torsa l’ cou  et le méti t’a bas.

Le monde qu’étiant là n’en melouniant d’raspect et l’apiaudissiant. Le drôle n’avait rinque des biéssures de reun , urusement .
Pôve Zidor peurtant , y s’trouvi marqué d’la poule nègue , y bazit à Bapaume , le 28 d’âout , n’ en  1914.

 * Ringheur, de ringher : ruminer
 * z’ongroués  : Tziganes Hongrois (Roms
)
 * Biâ-vidés : chanfroiserie pour rire du « parler pointu » des scientifiques , bovidés

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La saute des beûs ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|