( 12 juin, 2009 )

L’ébarghement d’ Charves

chenel1.jpg

Jhe disons aneu Chatiâ Cheunél oub’ bin sur « Chateau Chesnel » . In biâ chatiâ , ine belle istouére , qui peurait se conter de min-me :
Dans les temps , in vieux chatiâ fort étit à min-me de chère à bas  , ol était l’chatiâ d’Piume Jheau  Le darnier peurpriétaire  se trouvit d’eite in dénoumé maît’ Charles Chesnel .  Jhe sais point si y fazit in pret à la banque dau moument qu’étit point encouére l’creudit fonçié, teurjhou étou qui fazit bâti . Ol était thieu, en les permières an- nées  mil six cents . Coume ol avait sus sa benasse, de conte Piume Jheau , in  bout d’tarre constructibiye , (ol avait point l’aduction d’éve ni l’alactracité , mé à l’épouque ol était pas d’obyigatouére !) y fazit maçouné in chatiâ neû . Sitout fait, y boutiqua in drôle à sa beurjhouése  . S’rit tout qui l’aurait chopé in cot d’pié d’barrique  quanque y l’avant pendu la queurmayére ?  Le peurnier néssut dau chatiâ  séyit dont Joziâ Chesnel et o n’en oyut bin d’outes amprés l’y . En thieu  moument  o fallait dire : L’hébarghement de Charve  .
N’on crérait qu’ol a pas d’chérpente sus thieu « masurau » , peurtant en l’dar les crénaux,  ol a beun in touét . Jhe sais pas s’qu’ol en é peur vous otes , moué  , y m’agrale , thieu  l’hébarghement, jhuché sus la barre de Charve et jhe veuris bin me yisser  en l’pus jhau des murs . Jhe vous fout mon billet que n’on douét y vouére mon pays bas tant aimé dans soun’ entier !!!

Retornons sus les piarres abrasées  dau vieux chatiâ de Piume Jheau , vour , dans in creux d’la sol , à l’encoinçon dau rastant des murs, étit enfouyi « le trr’sor de Charve » ! En 1896, le trr’sor é découvart . Ol a point de jhaunets ni d’érghent , mé dau  atirails antiques de thiurés : « Oubjets liturghiques » en thuivre oub’ en far, mé combin jholi’ment mirolé d’émaillerie : Ine quiochette,  des croués , des luminaires qu’étiant les abats jhour d’ot’foués . In de thiés chandeyiers  est décit « Jhérusalème çaléste » , o doét n’en ête in biâ ! De c’qui va faire bisquer nous cousins canayiens , ol é qu’ol a outout, dans thieu teursor, in tabeurnaque  . Le tabérnacle de Cherves !!! O m’sembye qu’o revint à mes oum’roles dau dépeu  les beurghes dau saint Laurent : Tabérnaque ! Les saintongheais avant in tabeurnâque ….. bisque bisque Râghe !

Dau dépeu qu’o s’é ébouillé chatiâ Piume Jheau,  en passant peut l’ébarghement d’charves ,  l’ chatiâ  Cheunel , le trr’sor éfeuné peurtout jhusque cheu les méricains  , et thielle songheance aux ghens dau Québec , la coumune de Charves  Rich’mont en a passé peur Charves de Cougnat et les Chérentais , z’eux , n’avant  point cessé de dire Charves ! Les outes disant Cherves  oub’…….. dissant reun !

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ L’ébarghement d’ Charves ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|