( 16 juin, 2009 )

La crise qu’étout ?

Suivant ine histouère qui se bourlingue sus le net

Les baignassous fazant pus vive le monde t’à Roéyan . Ol é la crise ! Les affeires n’allant pu…… Les mondes braminant d’faim Y z’avant dau crédit peurtout et chaque d’in chez teurtous ! Quand fénira tout thielle crise ?
Les Baignassous v’nant beun , mé y mangheant yierre , buvant d’léve et dormant sus l’sabye Dans les aubarges vour que n’ont peux dormi ol a peursoune . Pas in chéti baignassou et les puzes queurvant la panse athiuchées .
Aneu vouéla in touriste jhustement , à l’outéle « la neut des rêves », ol é pas trop tot . Thieu biton sembye n’en pouvouére mé .

—  »  Ine chambe et de rang moun émit , jh’é la dormitouére qui m’ chet sus les us !! « 

Thieu sauveur de l’écounoumie des thius salés apoue in billet de 100 uros sus la pianche , le patron z’y doune ine quié et vouéla les affeires qui rev’nant !!!! Aveuc thieu biâ billet sous son béret nout’ outelyier galope jhusque chez « Carnerôghe » le boucher,  pasqu’y z’y douet jhustement cent euros pil’poil .

« Carnerôghe » saute sus son véloce et se rend chez Rabistoque pasque l’darnier vedâ n’a point été payé compiet’ment et qu’o faut pas faire bâder l’producteur .

Rasbistoque se décit : ol aboute bin thiés cent uros , jhe va , pas pu tard qu’asteur les douner à l’émie « Traillette » qui veux pus reun me fourni. Al teint coumarce des ses feusses  l’émie Traillette, et coume al a doubiyié d’pounner peur la chambe ousque qu’al enmeune ses pratiques et vour qu’a z’eux fait des agass’ries , la vouéla qui se foure le biâ billet d’cent enteur les deux poumons et s’en vient …. Savau vour qu’al s’en vient : à l’outéle « la neut des rêves » et aveuc ine risette de berchue , al piâcre thieu billet là de vour y l’était peurti ! Quaziment peurti !!! dépeu que le baignassou l’avi apoué là !!

Mé l’ beugnassou , thielle chambe z’y agrale pas coume o s’devrit . Les puzes l’avant quaziment violenté !!! Y sort aveuc la goule d’ine pratique qui revinra pu jhameis . Jhuste au bon moument peur mette la pougne sus son billet et le fauré au châ, en son gousset . Peursoune n’a reun gagné , peursoune a reun pardu . L’outelyier de « la neut on rêve », « Carnerôghe » le biquayoux, « Rabistoque » et « l’émie traillette » avant peuyé z’eux dettes.

Vouéla coument n’on gârit les crises écounoumiques monsieurs les houmes poulitiques!!!  mé jhe cré qu’ol déjhà t’ in moument que vous zou savez , paré ? O m’sembye !

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La crise qu’étout ? ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|