( 14 août, 2009 )

La Mérine à Pascalounette

Dare thieu châfre qui soune in p’tit la Provence , thielle mérine é bin ine Chérentaise ! Néssue et bazie t’à Cougnat . A la mairerie , al é en émolé sus les reghistres Madeleine Ranger-Chaillou .
Thieuques in avant m’en doute queneussu «  Les abeuilles dans le jhardrin (1972 ) et otout Célestin et Mélanie ( 1976 )

Vouéla ine agralante affeire qui fiatte les veugneurons Chérentais , vour ol é déjha quession de sub’ventiounajhes, mé point encouère de remboursaghe de sub’ventions ( Source : La tour de feu N° 138 – La Gloria Cognaçaise )

 LA VEUGNE

Zéphyrin Beurdasson et Ughène Finassou étiant compères , pisque la Zélie , la feille à Finassou , étit d’venue la nore à Beurdasson , dont l’ fieu étit l’mari d’la Zélie .

Par in beau matin d’Avrille y se rencontriant dans leus veugnes quiss-touchiant au mitan de thielle Grande Champagne qu’étit leus mine d’or.

Beurdasson avit son jhorneau à la main; y balancé la tête d’in couté et d’l'aut’ , argardant autour de li, argardant sont jhorneau….. Finassou s’apeurchit, li mit la main sus l épale et li dit : « qu’étout qui va pas , mon pov’ Beurdasson , t’as pas l’air d’ête dans toun assiette; qu’étout qui va pas pianghement à c’theure ?

—  Ah, mon boun émit , si l’bon yeu s’en mêle pas , jhe sons tous foutus !
— Pas si vite , moun émit ! Dis me c’qui t’ en-neut .
— Ol est rapport à la veugne . Rappeule- toé : y nous aviant peurmit ine belle prime, si jhe plantions d’la veugne; zou avons fét , avons pianté tant qu’jh’avons pu ; rappeulle toué , tielle belle récolte. Jh’avions l’tieur tou ébauzit, en r’gardant nous ranghées d’veugnes , qui crouliant sous leu charghes!
— Et beun ?
— On nous dit asteure qu’o faut les arracher , que jhe toucherions ine prime pour thieu , moué , o’me fends l’thieur, jhe pourrais jhamais zou faire ! Tiéllés belle veugnes qui faisant d’si bon cougnat !
—  Ol est pas encouère décidé ferme , o y aura p’tête beun in arranghement . O l’est pas possibye que jhe peurdions tout et que j’he mangherions la benasse ! Alors pour thieu jhe pourrions fère le châgne-dret , o n’sortirait pas grand mounaie d’nos poches ! Jhe pourrions dire que jhe sont d’bons répubyécains !
— T’as teurjour le mot pour rire , mon bon Finassou , et jhe me sens beun content d’taveir à mes coutés

Et les deux compères s’dirigieant veur la thieusine pour mangher la soupe .

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La Mérine à Pascalounette ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|