( 21 août, 2009 )

La perote et le jau

bdm.jpg
Burgaud des Marets
suivant l’oeuvre de Devéria en 1856

 

Jean henri,por thiés qui l’avant queneussu, mais o n’en raste pas jholi’ment , m’en doute . Songhez  : Néssu-natif de jharnat en 1806 , son paure charcois gît ‘à « Mouillethiu », in cémentière de Jharnat dau dépeu 1873
Sa fabye que vous paurez entende si vous accachez sus le bitouniau qui va beun, se trouve d’abouter coume o faut , anneu t’encouére. Céléstin Beurdassou à fait dau meu possibye peur point n’en gavagner la parlanghe et ol ‘é yière aisé . Voéla don « la perote et le jau » de Jean henri Burgaud des Marets

Quelques formes verbales ou mots peuvent surprendre . Ils sont expliqués dessous le lecteur Mp3

Suite aux nombreuses réactions par couriel à ce billet, les commentaires sont exceptionnellement ouverts aux internautes , pour des observations constructives …..

Arat smadi quin jôr = Il y aura 15 jours samedi  / Nulsifrotte = Nul ne se mesure au porteur de ce nom / Se cotiyan = se donnaient des coups  /tansman = seulement / batrie = bataille  et/ou, extraction des grains en battant les épis /  L’é-t-à-cause de pas’que , agare ! =  La cause en est : parce-que, voyez vous ! / Ampéroux = Empereurs.

Les amateurs qui eux, disposent de 154 euros pour acquérir le livre de C Beaulieu » Vie et travaux de Burgaud des Marets »  de 1920, état dit « neuf  », peuvent suivre ce lien [Lien]

Attention !! Plus qu’une semaine pour répondre au jeu ! Fin des envois le  30 aout  à minuit !!!

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La perote et le jau ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|