( 1 juin, 2016 )

Charentais’ries juin 2016

Publié dans Articles par
Commentaires fermés
( 18 juillet, 2012 )

Le Biton , chanson en hommage au grand Simounet’

Image de prévisualisation YouTube

LA NINE POULLIGNAC 2012

 

LE BITON  pastiche de la chanson LE FACTEUR

Compositeur : Bradtke Hans

Expression patoise Célestin

 

 Nout’ biton est peurti
de thiés Chérentes tant’ aimées

 Nout’ patoué s’est envolajhé
Qu’étout qui vinra nous l’ conté
En copant o travers des târes
o pien mitant d’la benase de Saint Piâre
Y pataujhe asteur la chenau
enfâgné aveuc l’émit Goule de bot

 Aveuc l’y ine chétie gouélette
thieu l’ oziâ tant aimé , la bianche fouéssette
avour qu’ soun’ âme nous a thiyté
o creux d’ soun’ épale, é v’nu s’appouée.

 Qu’étout qu’y fait l’grand Simounet ?
mais vour qu’y gallope, ou étou dont qu’y l’é ?
A t’y encruch’té aveuc l’y
tout les biâs mots de nout’ biâ pays ?

 Ol’a pus d’treille sus les meisons
peursoune beurdasse les Mornaçons
minme pus d’areugne dare les relojhes.
O raste des mots en nout’ endret
qui savant nous causé de toué
Les entends tu , la vour qu’tu lôjhe ?

 Vour dont étit thieu grand biton
qui nous contait si bin à sa façon
in biâ endret , o creux d’in sonjhe
vour qu’o fieuri le patoué de Saintonjhe ?

 

 

 

Publié dans Articles par
Commentaires fermés
( 1 avril, 2010 )

table 1

Vous trouverez ici les articles et billets récement enlevés de la page d’accueil , les liens sont toujours actifs:

 Vint don ma ghénie    Bravo au gagnant   Histouére de sorcier   Le moulin à calottes  Le vin muet    Le corbejheau d’ Balzat   Bave de sautrâ   Le moineau   Le counil  et le groliâ   moué, mon’ endret    Jhuste ine de Jhustine    La lune rousse   Les arbes de Provence   La poule à Colin   Le tortâ sous fiambe    Ol était in jherdrin    Le mârle nègue    Une journée particuliere   Barbezieux – le chatiâ   La perote et le jau   La mérine à Pascalounette   Le mariajhe de Sidounie et d’Arnés .    Les oumiâs t’a Simounet’   GAEC CPP   Le bitouniâ de boun’ ap’tit   Quelques sujets d’actualité  L’aritaghe du père La Beurtelle   Le branle bedoche    Note du weebmaster    La boun’ an-née    Jhabot d’ musset s’éboughe     la crise- qu’é tout ?  L’ébarghement d’ Charve     La saute des beûs   Ine lette à mon député    Les parapuies bieus     Zidore oub ” La Soutane”   Les âbes accoubiés   Chatiâ couvart    In gâs sérieux    Le retour des pue-pue      La Roche Courbon   Les cagouilles de Boun ap’tit    Créme au bié s’pagne    Les nouviâs chatiâs de la Loire   La véye Elie   Les cygnes de la Touvre   François ou bien Henri     Voir & entendre , c’est deux   Candidaturne  L’histouére dau peurzident   Dans la palisse   Bouillie garouyée   La pierre noire   Le ch’vau Pompon  La Geurnuche   Beugnes de garouille & Milla    La pierre a Nocent    Parlange ou patois   Les 2 z’émour en éstatue   Ol é in beû qui z’ou a dit   Un an déjà   La bel ouvraghe   Cendrille & binethiu   Virollet nijh’ra t’y ?   L’almanach du Charentais  In’ oziâ à pieumé : Le pivouéne.  Le temps des mitouardes   Les fornigheats  Manghez dau raliron  L’virautour dau beurdassou d’ Pironville   le milla de Josette  La gagnante du jeu   Réchaudure quymatique   Le deursaghe des beurgauds   La fiame dau souldat’inconnu   2 Beurdassou … Misère !    La gourfoulure à Nono   La vouéture sans peurmis   Le souvenir de goulebenéze   Jhenti d’la vargne    Le fanâ d’ Ebéon   L’éduque des émours    St Martin   Coeur de sorcier   Le millat 2eme buffée   La vermine est sur le patois    Veuille Cheneuye . Le taupas et les fum’rolles  Le revin du pére Lachanson .   La vieille du puits    Pps Noel Paybâtier     Le mérinos en Saintonge   Cadastre Napoléonien    Maît’ Piâre et la drôlesse    La grousse fouére    Le milla-quelques recettes    Nichoirs ou piéges    le capucin    Le ballet du père la chanson    Le jardin de gabriel    Le Biton 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 5 septembre, 2009 )

Lait de poule

Afistolée por le quart d’heure chérentais qu’ol a t’oyut marcredi , thielle histouére  conte  in  » dé-piaisis d’la goule » peurtant , in biâ lait d’poule  , feit coume o s’douet , se touve d’eite  de thiés les piaisis vour in biton peurait jhaboter :  O sembye la sainte viarge qui t’pisse en l’gargenâ !!!

 Les rafiéctions de la boune mémé  sus les roués Saint Louis et Enriquate sembiant feire peurtie dau  » légendaire  » de thiés les Monsieus . A creire que la boune Mémé a meuné les pirons aveuc z’eux .

Image de prévisualisation YouTube

Savau peurquoué étout que jhe vivoch’rais bin mé longtemps qu’vous ôtes teurtous ? Et savau peurquoué que jh’vivoch’rais sans jhameis malader ? A moinsse qu’o seyisse in accident qu’o paurit me mésariver , jhe f’rai in cent’naire , voyez vous !

Ol é a cause de ma boune mémé ! Ine dont bin boune fame si ol en a t’oyut !!

Tous les jhors d’hivar , thielle boune mémé me fasit prenre in chéti beurvaghe que les mondes dau pays ariant bin pu m’écimer les ins amprés les outes, y ne m’ariant jhameis opousé de dev’ni thieu si bel houme que jhe seus t’anneu !
In beurvaghe ? Ine dégoutation putout ! Ine affeire a m’enziré peur l’rastant d’mes jhors !
Amprés m’avouére bighé , ma veuille mémé disait : « grouille pas drôle, jhe t’preupare ton beurvaghe . »

All’ douvrait la tirette de la tabye et en rencassant all’ teurchait l’ rastant dau cala d’muscade et otou son coutiâ d’thieusine . Amprés all’ tirait deux grousses louchées d’lait dau siâ . Dau lait , encouére tout châ des teutines des beurqueugnes, veursé de rang dans n’ine casterole , sus la p’tite rouelle de la thieusiniere . Ol é là qu’aveuc le bout apointuché bin prime de son coutiâ , all’ gossait thieu cala d’muscade peur n’en feire de la poude qui cheyissait sus l’lait . Thielle muscade , o n’en rastait d’in bout ‘à l’oute de l’année , amprés la thieuzine de ghoret (sauf l’respect que jhe vous douet , bin sur !)
Ol é a thieu moument que ma boune mémé poquait in eû su la casterole et laissait chère l’jhaune et otout l’bianc , au mitan dau lait . All’ z’ou savait beun qu’o fallait rinque l’jhaune , mais qu’étout que vous veulez , all’ aimait point t’a gavagner ! Alors le bianc , piouc ! Quanque le lait s’trouvi in p’tit trop châ , minme en touyant bin vite et bin fort, o fazait coume de grands achets biancs qui naghiant dans ma bolée … Beurnentio
« Boé mon drôle, étout pas bon ? 
«Non mémé, o m’léve le thieur , peux pas z’ou prenre !
«Ol é m’en doute que jh’é d’oubyier l’suc !
Et all’ veursait’ in coubye de thiuyiérées d’suc en poude , O changhait reun songhez donc , les achets biancs etiant mé sucrés mé ol etait toujhours ine dégoutation .
— «Jhe peux point mémé , o veux pas couler
— «O faut z’ou bouére ! Veuri tu donc bazi coume le roué saint louis ?
— «Qu’étout thielle affeire , de quoué dont a t’y bazi ?
— «Y n’ a pas veulu n’en bouére ! Le jhor d’amprés , y l’étit peurti de thieu monde !
— «Moué jhe cré que si jhe z’ou bouévi, jhe peurais pas teni jhusqu’a d’main peur mouri,
— «Crés tu que t’as la goule fine ! Minme nout’ roué enricate y z’ou aimait , y n’en était ghormand ! Jhusqu’a n’en châffrer son ch’vaux bianc coume thieu . Son ch’vau bianc que l’monde savant teurjhou pas de thielle couleur qui s’trouve d’eite , y le chaffrait  « lait poule » , crés tu bin!
— «Pasque thielle beurnée s’rit dau lait d’ poule !! Tu f’ri meux de l’douner t’au laitier y n’arit pas grand mau à n’en feire dau feurmaghe ….. dau feurmaghe de poule!!

Ol é a pus prés à thieu moument qu’o me chéyissait ine main sus la goule et jh’avais pus yiere d’poussières dans les piaux por le rastant d’la jhornée.
Ma boune mémé , tu z’ou créri point si o t’étit dit qu’ asteur jhe n’en seus ghormand , dau lait d’poule !! Aveuc in p’tit d’cougnat oub’ de goutte, o z’ou aranghe beun et aveuc de la vanille , de c’qu’é bin meu que la muscade et pis …. d’azar , sans l’bianc d’eû !

Et ol é là qu’ol a teurjhou ine p’tite voé qui déssit : Et l’bianc que n’en fazez vous ? manghe benasse que vous eites,  y l’é pas peurdu d’azar ?

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 3 septembre, 2009 )

Vint don ma Ghénie

rosalie2009.jpg
Rosalie – Aliette Pelletier

 Rosalie  ( Aliette Pelletier ) donne cette chanson , « Viens donc, mon Eugénie » pour être une oeuvre de Goulebenèze,  crée sur l’air de la valse brune . Voici une belle illustration de la puissance de la transmission orale, puisque cette chanson nous est parvenue , de sa création aux premières années 2000 sans   trace graphique. Une charmante démonstration de «  l’oralité  » ancestrale  de notre patois et de la superficialité de la graphie, normalisée ou pas.

Merci à J M Caillaud pour la prise de son et à P Péronneau pour le cliché

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 31 août, 2009 )

Bravo au gagnant !

  Avant proposA la suite du jeu 2008  » veuille cheneuille » , un personnage indélicat s’était manifesté aprés avoir obtenu l’adresse couriel du gagnant , par l’envoi de pub, sous pretexte de félicitations  Ce spécialiste du sans gêne et de l’ingérence  n’était pas resté  anonyme et est malheureusement trop connu du monde patoisant .  Il est invité fermement à une plus grande réserve cette année .


Merci à tous le joueurs qui ont participé au jeu de l’été 2009 d’entre 16 et 17 .
Grand merci à nos donateurs qui , comprenant notre engagement de ne pas faire de publicité ont malgré tout largement et spontanément doté   notre jeu version 2009 ! Grâce à eux le vainqueur  sera reçu en chambre à la ferme , pour deux personnes , les 25 & 26 Juin , au plein coeur du vignoble Charentais et sera l’invité de ses hotes  aux Sarabandes  de la palenne qui se dérouleront à ce moment là , en pays Rouillacais ,

jprousseau.jpg Le gagnant 2009 est un Poitevin du pays Mirebalais : Monsieur     JP Rousseau  . 86 110 Mirebeau . Sa réponse  précise et complette  ( cliquez sur la vignette ) nous a été envoyée le 07/08 à 8h 07 .  C’est la seule bonne réponse reçue , mais de nombreuses propositions soumettant le nid de frelons sont parvenues ainsi que quelques autres plus affinées, de nid de frelons asiatiques . Mirebeau est dit  le pays des ânes et notre gagnant fait la preuve du dicton de la ville « Il en passe plus qu’il n’en reste  » !

Je vous invite a visionner la vidéo de J Marc Naillon ou vous verrez évoluer une reine fondatrice sur son nid  prenez le temps de parcourir son  superbe blog  . Merci à J Marc,  à son épouse et a son fils qui ont permis l’identification de notre nid .

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 28 août, 2009 )

Histoire de sorcier

Parce que , en cette fin de semaine , c’est la fête des « gosseux de gougnes » à Bréville dans le pays bas charentais , pays  d’enfance et de toute la vie de Guy Marquais , il me semble  le moment venu de vous offrir une oeuvre de BITOU ( Jhe m’expyique en Français peur feire piaisi à Google , histouére que thieu billet seyisse réfarencé coume o s’ faut et qu’la goule à nout’ Bitou seyisse bin à sa piace  sus l’arentelle )

 Vouéla dont ine histouére de sorcier que Bitou avait saqué sus soun’ uvraghe : La sauce de pire. Ol é in biâ morciâ si biâ qu’ol a falut l’coper t’en deus  ! O vous faura acacher sus l’out’ bitouniau quanque le peurmier n’en aura teurminé !

Si ol é pas conté coume o s’douét, o s’ra  à Beurdassou qu’o faura tiragner les um’roles, d’azar !

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 25 août, 2009 )

Le moulin à calottes

Le disque  » le molin à calottes  » est disponible ! Produit grâce aux moyens techniques de Kanentelos , ce recueil audio de  neuf contes et histoires est le fruit d’une démarche peu commune . En effet le disque n’est pas destiné à la vente . Il est offert , seulement aux  membres bienfaiteurs du collégial Kanentelos  qui en ont déjà pris connaissance et à tous ceux qui souhaiterons le devenir . Les neuf titres sont :

Coper les jhambes à la mourine ( pays bas charentais) La vie & la passion de Jésucriss( Chapelot - Angoumois) Frovide ou la romance du bouille biû  ( La Roche Courbon). Les cygnes de la Touvre (  Pays d’ Ambérac- Aigre ) Coridat ‘en Saintonghe ( farce en pays Buriaud ) . Foéssette ( Conte de Noêl - Pays des thius salés ) Le revin dau cémentiere dau Seure ( Quand le diable manipule un chasseur Pays Batier ) Mélina la Veuscouette   ( Goulebenéze – une superbe tranche de vie , la condition féminine à Migron ) Le chail à Nocent ( Conte de Noël en Cognaçais ).
Les seuls bénéfices attendus de cette réalisation sont la maintenance et la transmission de notre patois.

kanentelos017.jpg

Grâce aux moyens  mis à disposition par Kanentelos le coût de production  unitaire en micro série est de 6 euros . C’est donc un seuil minimum de 6 euros en don qui est nécessaire à chaque membre bienfaiteur.
 

Augiron Y , Hermand J et Porcheron F ont aimablement prété  » ine goule la mé pienne possibye » pour les enregistrements , qu’ils en soient remerciés ainsi que Noêl dit buf’fiame , le grand Simounet’ et les descendants et collatéraux des familles Condat , Ganachaud et Poitevin . Et bien sur le coup de chapeau aux petites mains féminines et roturières de Kanentelos qui se sont chargées bénévolement  de l’assemblage .
Pour contact:  k-gouille@live.fr 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 21 août, 2009 )

La perote et le jau

bdm.jpg
Burgaud des Marets
suivant l’oeuvre de Devéria en 1856

 

Jean henri,por thiés qui l’avant queneussu, mais o n’en raste pas jholi’ment , m’en doute . Songhez  : Néssu-natif de jharnat en 1806 , son paure charcois gît ‘à « Mouillethiu », in cémentière de Jharnat dau dépeu 1873
Sa fabye que vous paurez entende si vous accachez sus le bitouniau qui va beun, se trouve d’abouter coume o faut , anneu t’encouére. Céléstin Beurdassou à fait dau meu possibye peur point n’en gavagner la parlanghe et ol ‘é yière aisé . Voéla don « la perote et le jau » de Jean henri Burgaud des Marets

Quelques formes verbales ou mots peuvent surprendre . Ils sont expliqués dessous le lecteur Mp3

Suite aux nombreuses réactions par couriel à ce billet, les commentaires sont exceptionnellement ouverts aux internautes , pour des observations constructives …..

Arat smadi quin jôr = Il y aura 15 jours samedi  / Nulsifrotte = Nul ne se mesure au porteur de ce nom / Se cotiyan = se donnaient des coups  /tansman = seulement / batrie = bataille  et/ou, extraction des grains en battant les épis /  L’é-t-à-cause de pas’que , agare ! =  La cause en est : parce-que, voyez vous ! / Ampéroux = Empereurs.

Les amateurs qui eux, disposent de 154 euros pour acquérir le livre de C Beaulieu » Vie et travaux de Burgaud des Marets »  de 1920, état dit « neuf  », peuvent suivre ce lien [Lien]

Attention !! Plus qu’une semaine pour répondre au jeu ! Fin des envois le  30 aout  à minuit !!!

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 14 août, 2009 )

La Mérine à Pascalounette

Dare thieu châfre qui soune in p’tit la Provence , thielle mérine é bin ine Chérentaise ! Néssue et bazie t’à Cougnat . A la mairerie , al é en émolé sus les reghistres Madeleine Ranger-Chaillou .
Thieuques in avant m’en doute queneussu «  Les abeuilles dans le jhardrin (1972 ) et otout Célestin et Mélanie ( 1976 )

Vouéla ine agralante affeire qui fiatte les veugneurons Chérentais , vour ol é déjha quession de sub’ventiounajhes, mé point encouère de remboursaghe de sub’ventions ( Source : La tour de feu N° 138 – La Gloria Cognaçaise )

 LA VEUGNE

Zéphyrin Beurdasson et Ughène Finassou étiant compères , pisque la Zélie , la feille à Finassou , étit d’venue la nore à Beurdasson , dont l’ fieu étit l’mari d’la Zélie .

Par in beau matin d’Avrille y se rencontriant dans leus veugnes quiss-touchiant au mitan de thielle Grande Champagne qu’étit leus mine d’or.

Beurdasson avit son jhorneau à la main; y balancé la tête d’in couté et d’l'aut’ , argardant autour de li, argardant sont jhorneau….. Finassou s’apeurchit, li mit la main sus l épale et li dit : « qu’étout qui va pas , mon pov’ Beurdasson , t’as pas l’air d’ête dans toun assiette; qu’étout qui va pas pianghement à c’theure ?

—  Ah, mon boun émit , si l’bon yeu s’en mêle pas , jhe sons tous foutus !
— Pas si vite , moun émit ! Dis me c’qui t’ en-neut .
— Ol est rapport à la veugne . Rappeule- toé : y nous aviant peurmit ine belle prime, si jhe plantions d’la veugne; zou avons fét , avons pianté tant qu’jh’avons pu ; rappeulle toué , tielle belle récolte. Jh’avions l’tieur tou ébauzit, en r’gardant nous ranghées d’veugnes , qui crouliant sous leu charghes!
— Et beun ?
— On nous dit asteure qu’o faut les arracher , que jhe toucherions ine prime pour thieu , moué , o’me fends l’thieur, jhe pourrais jhamais zou faire ! Tiéllés belle veugnes qui faisant d’si bon cougnat !
—  Ol est pas encouère décidé ferme , o y aura p’tête beun in arranghement . O l’est pas possibye que jhe peurdions tout et que j’he mangherions la benasse ! Alors pour thieu jhe pourrions fère le châgne-dret , o n’sortirait pas grand mounaie d’nos poches ! Jhe pourrions dire que jhe sont d’bons répubyécains !
— T’as teurjour le mot pour rire , mon bon Finassou , et jhe me sens beun content d’taveir à mes coutés

Et les deux compères s’dirigieant veur la thieusine pour mangher la soupe .

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
12345...14
Page Suivante »
|