( 12 juin, 2009 )

L’ébarghement d’ Charves

chenel1.jpg

Jhe disons aneu Chatiâ Cheunél oub’ bin sur « Chateau Chesnel » . In biâ chatiâ , ine belle istouére , qui peurait se conter de min-me :
Dans les temps , in vieux chatiâ fort étit à min-me de chère à bas  , ol était l’chatiâ d’Piume Jheau  Le darnier peurpriétaire  se trouvit d’eite in dénoumé maît’ Charles Chesnel .  Jhe sais point si y fazit in pret à la banque dau moument qu’étit point encouére l’creudit fonçié, teurjhou étou qui fazit bâti . Ol était thieu, en les permières an- nées  mil six cents . Coume ol avait sus sa benasse, de conte Piume Jheau , in  bout d’tarre constructibiye , (ol avait point l’aduction d’éve ni l’alactracité , mé à l’épouque ol était pas d’obyigatouére !) y fazit maçouné in chatiâ neû . Sitout fait, y boutiqua in drôle à sa beurjhouése  . S’rit tout qui l’aurait chopé in cot d’pié d’barrique  quanque y l’avant pendu la queurmayére ?  Le peurnier néssut dau chatiâ  séyit dont Joziâ Chesnel et o n’en oyut bin d’outes amprés l’y . En thieu  moument  o fallait dire : L’hébarghement de Charve  .
N’on crérait qu’ol a pas d’chérpente sus thieu « masurau » , peurtant en l’dar les crénaux,  ol a beun in touét . Jhe sais pas s’qu’ol en é peur vous otes , moué  , y m’agrale , thieu  l’hébarghement, jhuché sus la barre de Charve et jhe veuris bin me yisser  en l’pus jhau des murs . Jhe vous fout mon billet que n’on douét y vouére mon pays bas tant aimé dans soun’ entier !!!

Retornons sus les piarres abrasées  dau vieux chatiâ de Piume Jheau , vour , dans in creux d’la sol , à l’encoinçon dau rastant des murs, étit enfouyi « le trr’sor de Charve » ! En 1896, le trr’sor é découvart . Ol a point de jhaunets ni d’érghent , mé dau  atirails antiques de thiurés : « Oubjets liturghiques » en thuivre oub’ en far, mé combin jholi’ment mirolé d’émaillerie : Ine quiochette,  des croués , des luminaires qu’étiant les abats jhour d’ot’foués . In de thiés chandeyiers  est décit « Jhérusalème çaléste » , o doét n’en ête in biâ ! De c’qui va faire bisquer nous cousins canayiens , ol é qu’ol a outout, dans thieu teursor, in tabeurnaque  . Le tabérnacle de Cherves !!! O m’sembye qu’o revint à mes oum’roles dau dépeu  les beurghes dau saint Laurent : Tabérnaque ! Les saintongheais avant in tabeurnâque ….. bisque bisque Râghe !

Dau dépeu qu’o s’é ébouillé chatiâ Piume Jheau,  en passant peut l’ébarghement d’charves ,  l’ chatiâ  Cheunel , le trr’sor éfeuné peurtout jhusque cheu les méricains  , et thielle songheance aux ghens dau Québec , la coumune de Charves  Rich’mont en a passé peur Charves de Cougnat et les Chérentais , z’eux , n’avant  point cessé de dire Charves ! Les outes disant Cherves  oub’…….. dissant reun !

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 10 juin, 2009 )

La saute des beûs

loencharriote.jpg 
L’usage de ce cliché  est interdit sans l’autorisation écrite de la famille.
Sus thielle jholie portraiture , Léo Ganachaud promeune les drôles et les drôlesses d’Ambérac . Marci à ses p’tits enfants dau prêt de thielle suparbe imaghe .

 

 

Cont’rie - En seuguant l’istouére écrissé en français  peur Léo Ganachaud dans les paghes souéssante t’à souéssante vuite de son uvraghe : Lée bitons Chérentais

Ol était , en infet, ine chouse bin étranghe , qu’arivait à des cots en nou fouéres et qu’ les vieux châfriant « la saute des beûs ». A thielle épouque , o s’passait jhamais ine an-née, sus les fouérailles des chérentes oub’ cheu nou vouésins, sans qu’o l’oyut thielle folie des bétiaux t’encornés . Ol était teurjhou o moument vour qu’ol avait le mé d’monde . Tous thiés les ringheurs* qu’aviant l’ar si bounasse et qui sembiant endourmis, se r’trouviant endominé d’in min-me cot por in sorcelaghe mystarieux et s’ensauviant en l’vant l’ thiu devars peurtout. Les p’tites ghens , les simpyes , disant qu’ol était l’sentiment d’ine poude éspéssiale qu’o l’éparait les beurdindins , des « z’ongroés* », qui peurfitiant d’thiau charivari peur croch’ter tout s’qui pouviant , à leu coutumes .

Les maux-créyiants et les chêts t’ instructiounés éxpiyquiant que : «  N’en considérant que thieu fénoumène des biâ-vidés* poqués d’la ghigue avait teurjhou yieu dau printemps t’à l’autoune, jhamais t’en ivar , l’étit dont l’uvraghe des tions oub’ des mouches qui fissiant’ ardi teint bon , au pius châ d’la jhornée »

Les bétiaus badant en pien soulail s’en r’trouviant vassés et coumenssiant à jhiber avant que d’l'ver l’thiu . Y s’ensauviant dans l’travers dau monde en déteurvirant tout ce qui s’ trouvi sus zeu ch’min. Le fouérail dev’ni pus rinque qu’in bromi d’fou peurdus, aveuc les fames qui siliant, les drôles qui beuliant et coume in ouraghe qui renvarsait tout à son passaghe dans in nuaghe de poussiére..

Qu’étout qu’était dans l’ vrai ? Les ptites ghens oub’ les vactarinaires ?
Thielle saute des beûs arrivait mé d’in cot peur an et bin des ghens teurjhau dau monde (encouére en 1945) l’avant queuneussu en leu jhène âghe, ale ne s’vouét pus asteur dau dépeu 1900 . D’asar, ol a t’encouére de la mouchaille et otou de grous assembieument de bétiaire encorné !
Thieu n’é point ine cont’rie d’fade ni ine istouére de sorcelaghe et o s’rait ureux que dans thiés les là qui ar’gardrons thiés  les écrivaghes , o s’en trouve peur douner ine éspiyque : peurquoué qu’o mésarive pu , thielle grande poure des beûs , sus les fouéres réghiounales.

Vouéla de c’qu’o s’é passé in 25 d’avrille 1892 , à la fouére de Mansle , d’amprés Léo  : Ol était sus les 2 heures dau tantôt . Le temps avait torné , o brumassait et à fine force n’ on s’trouvait napi jhusqu’à l’ou ! Tout d’in cot ma mére s’ébravaghit « Oh ! Mon yieu quétou qu’o y a ? Bin sur lés beus venant d’ sauté !!».

En infét,  in brû r’sembiant à thieu là d’ine troupe de cavayiers en grandéssime galop , venait sus nous. En moins de deux minutes , in cent d’beûs t’a déboulé dans thielle ruétte , la « rue des bouviers », de conte le champ d’ fouére . Moun’ émit Zidor qu’étit abrillé aveuc moué , a veulu t’aghidé sa grand’mère peur ar’méte d’apion le p’tit banc, avour al éparait zeu bazar d’affeires à quate sous . L’était vitré d’in sarau roughe à pezas bieus et , n’en doute , thielle penille fut la cause qu’in taureau ar’tardataire boula nout’ zidor et l’arit mis t’à beza si thièques mondes, aveuc des triques de fouére ne z’ou aviant empeuché. Peurmi z’eu , ol avait in dénoumé Jhoubert , y cougna tans’ment sus l’ musiâ dau beu que l’animeau n’en fut  tout’ ébaroui . En l’empougnant peur les cornes , y z’y torsa l’ cou  et le méti t’a bas.

Le monde qu’étiant là n’en melouniant d’raspect et l’apiaudissiant. Le drôle n’avait rinque des biéssures de reun , urusement .
Pôve Zidor peurtant , y s’trouvi marqué d’la poule nègue , y bazit à Bapaume , le 28 d’âout , n’ en  1914.

 * Ringheur, de ringher : ruminer
 * z’ongroués  : Tziganes Hongrois (Roms
)
 * Biâ-vidés : chanfroiserie pour rire du « parler pointu » des scientifiques , bovidés

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 8 juin, 2009 )

Le vin muet

 

LE VIN MUET – paru dans : La Vie Charentaise N° 1042 du 2 Mai 1986, sous la plume à C Beurdassou.

« Célestin , tu vas point t’en raler sans v’ni licher nout’ vin bianc , o te r’montra l’thieur « , dizit thieu l’houme dau pays bas .
Contez pas sus moé por vous dire l’endret , de min-me o f’ra d’tort à peursoune. Et nous vouéla atabyiés d’vant’ ine chopine , à causer dau prix dau lait oub’ dau temps qu’o fait, d’la peine qu’avant asteur tous les copeurs d’achets . Thieu l’houme de songher qu’aut’ foués , le père dau grand’père avait oyut ine beunasse à toucher la seune , o y a d’ça t’in moument !

«  Vous ôtes les Beurdassous , vous êtes sortis d’ithyi et s’est tourjhou dit que toun’ arié gramp’ pé l’Aristide, ol étit in biton !  A de c’qui paraît que thieu l’houme causait tout seul tout au long d’ine jhornée : y causait quant’y beuchait sa veugne , peur les tayaisons  otout , et min-me quant’y l’attachait . Y causait’ aux razins , sa goule n’areutait point . Faut r’queuneutre qu’oute foué ol étit beun aisi ! Asteur, jh’avons pius l’ temps, d’sus qu’thiés les tracteurs , thié-les sulfateuses thiés-les machines à vendangher et voués tu ,dans in coubye d’an-nées, ol aura dans nou veugnes ,les machines à tailler qui v’nant d’z'ou d’inventer! 
 Jh’ouvrajhons sans pus reun dire , jh’avons pu l’temps de reun ! »

̶  A la teune Célestin , jh’areut’rons pas l’ prougrés ! Qu’étou que tu n’en dis de mon vin bianc ?

̶  Jh’en dis reun – jhe nous causons pas ! Y m’dit reun non pius ! Jh’en dis, moé, que ton vin sait pas causer , y l’a torné sauvaghe !  Tu passes de conte tout au long d’ine an-née et tu z’y dis pas in mot . Y dira pu reun à peursoune asteur, ol é dau vin muet !

Creative Commons License
Le vin muet by Y Augiron alias Celestin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 5 juin, 2009 )

Le corbejheau d’ Balzat

 Ol a t’in osiâ bin particuyier en l’ pays d’angoumois . Ol é le corbejheau ! Pas le corbejheau qu’ol a peurtout en Saintonge : le corbejheau* d’ Balzat ! Ine aspéce râle, autant Balzatois qui n’en n’a l’ar .Thieu qui l’queuneussant z’y disant « Réghis » et jhe salue dont bin raspectueusement l’émit Réghis !.
Nout’ Corbrejheau nous aspyiquait , pas pu tard que l’out’ jhour, qu’ol avit ine fame ( de Vindelle m’en doute )  qui s’ébravaghie pasque qu’ ine morlette se trouvit en grand dangher de se nijher t’en la chérente . Et thielle boune fame d’éspyiquer à Réghis que les beurqueunes peurniant l’éve peur les deus bouts et qu’o fallait pas les thyitter passer en la Chérente .

Nout ‘ corbejheau qu’é outant balzatois que corbejheau , a répounu , le grand câlin : «  Et vous ma boune dame , dans voute baignouére , vous mettez vous ine bonde ? « 

Jhe vous conte thieu pasque les créyences dau monde saintongheais , ol é de l’éthnouloghie paré !  o n’en fait partie , me sembye ! Thieu l’acrère se trouve bourlingué peurtout chez nous otes .

Vour qu’é la varité ? Vouéyons ? Se dit-ou peur les beus otout ?

Si vout’ répons é NON, o s’rit dont rinque peur  les fumelles et jhe voé point point coument al pouriant se nigher peur thiel endret . L’aive peurit tout jhuste z’eu faire in lav’ment . Ine foué rendu à l’oeu al n’aurit pus qu’a s’rentorner de peur vour qu’al é v’nue !
Si vout’ répons é VOUI, o fauri dont qui se nijhiant teurtous , mâles et fumelles peur le creu dau thiu et que l’gassouille s’promeune en l’intastin , sans compter qu’ol a déjha dau monde qui laissant point zeu piace ….et s’ameune dans ine panse et amprés, dans l’oute ( ol a deus pourtaux t’ a passer) qu’al remonte en l’eusophaghe (encouére in portillon) et que la beurqueugne renvoye in grous dégoubiyaghe qui cop’ri la route à la patte d’oie et qu’o rente dans la pire bianche peu z’y copper l’subiet et  la nigher .

Ol é là que n’ont vouét que nout’ courlis corbejheau n’é pas si tant Balzatois qui n’en à l’ar et qu’y ne sembye teurjhou point’ à n’ine de thiés quioches de Vindelle qu’avant fait des quatu-quatus entreur z’eux , quand y ricasse : Et vous mettez vous ine bonde ?

*Corbejheau est le nom charentais de l’oiseau  « courlis  » et notre Balzatois Régis Courlis méritait bien un coup de chapeau ainsi que sa voisine de Vindelle Francine Besson, aprés le quart d’heure charentais reservé aux querelles de clochers et aux contes Balzatois de Chapelot .

Creative Commons License
Le corbejheau d’Balzat by Y Augiron alias Celestin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 2 juin, 2009 )

Bave de sautrâ

crachatcoucou3.jpg Photo  : www.ecosociosystemes.fr
  Queuneussez vous thielle affeire , ine aspéce de bianc d’eus t’en neige  encruch’té sus ine piante ? Ol é, ce que , quand jh’étis drôle jhe disais   qu’ol était de la  » bave de saut’râ « *. Les zirous veuliant point z’y toucher . Dans l’mitan , jh’créyiais qu’o s’cachait in jhène sautrâ et en  buffant sus thieu l’assembiaghe o s’trouvait , à des côts qu’o s’en arrache in éfornigheat de bétiau que jhe pouvions point  t’argarder tant s’ment ol é inseugnifiant . Thieu betiaire é pas mé grous qu’ine puze et ol en faurait jholiment peur n’en faire in cent ! (Pas mé qu’oute chouse peurtant ! hammm!)

Voyez vous, dans thielle « bave de sautrâ « , o n’y loghe pas d’ sautrâ , mé ine  varieuté d’ cicadelles  , le pius souvent l’éthiumeuse . Disez pas qu’ol é in veurminier , o faut pas êtes mau-disant : L’hétiumeuse fisse bin in p’tit dans les harbes et sus les jhittes vour qu’al fait soun’ apoue peur n’en supper la séve .  O manghe pas mé qu’ine bisse  et encouère , amprés in repas d’ghoraille !

Vous savez c’qu’ol é dans les familles , ol en a teurjhou qui tournant mal et ol a t’ ine cousine de l’éthiumeuse qui passe grand’ment peur la goule dau monde . O s’dit pis qu’pende en l’paybas, sus ine « cicadelle jhaune » . Ol é peurtant point trop crétien, pass’ qu’ol é pas sa faute si la veugne queurve . Thieu bétiaire s’trouve d’ête endominé . Jhe vous éspiyque : Émaghinez ine jhène cicadelle jhaune , prope sus  sa piâ , en boune santé . Al va feire son  apoue , le peurmier cot, sus in souchot  de boune aspèce , bin vart et bin veurioche . O s’passe reun   , peurtant al fisse   et al z’y supe les sangs . Tout jhuste si ol énarve nout’ biton d’ souchot  . O z’y fait min-me pas ine tane ! Le cot qui seugue , al chet sus in cet yiére ar’coumandabye qu’a chopé toute les maladies dau tonkin, piusse ine : « La fiavéssence »*  ine maladie dourée coume in éstafilo-coq*. Al le fisse  , al z’y boet la séve et vouéla qu’al a chopé le sida des veugnes  . Asteur , peurtout vour qu’al fiss’ra  al beurling’ra la fiavessence ! É tout sa faute ?

Peurtant , nou pouvouères pubyiques avant t’ourdounné l’astarmination  des cicadelles jhaunes : « intérêt natiounal » ! Ol é thieu , oub’ toutes les veugnes qui queurvant.

Ce billet n’a pas valeur d’information scientifique , mais il vous laisse le loisir de consulter des sites spécialisés , par l’utilisation de quelques mots clefs

Vouéla t’ine assembyée d’famille de cicadelles :

A-
  le mâle (bieu) et la fumelle de cicadelles vartes
B-  Cicadelle éthiumeuse
C- Cicadelle des biés (vecteur du WDV)
D-  Cicadelle Jhaune  (vecteur de la flavescence dorée)

cicadelles.jpg

 *Bave de sautrâ : voir le topic de céléstin sur le FORUM
*éstafilo-coq :  mot d’humour pour staphylocoque doré
*Fiavessence oub’ fiame d’éssence :  Flavescence dorée maladie  destructrice de la vigne

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 30 mai, 2009 )

Moénia–Moénâ – Piyerit – Prasse

moenia.jpgPor moé o l’a yerre que le moénia coume châfre dounné à thiel oziâ . Jh’ai ben entendu in coubye de cots « pillerit » mais por  seugnifier « pillards de mangeouére » et o l’a pas que les moénias por thieu ! Pasque thieu là o l’é in ghormand !! Au temps d’aneu le moéniâ é ine aspèce protéghée ! Ol  est portant pas qu’o l’en manque. Ni les tirre-chails ni les carabines à pions paurrons jhamais les pousser bin loin. Faut dire que l’aspèce est pas prêt de s’parde : in coubye de moéniâs fait quate portées por an et o n’en a 7 ou 8 à chaque cot. Coume y vivant ine douzaine d’an-née , o fait qu’in ozia peut n’en douner troés cent quateurvint en ligne drète et qu’o moument d’sa mort y pouriant éte bin pius d’in miyiard de sa descendance !
Les moénias rastant en groupe. Le mâle et la fuméle se rempyiaçant por couer les oeus durant thienze jors . O manghe comb’ d’graines mais otou des vers, des areugnes et d’ôtes p’tites veurmines . Thiés les âcries mangheant les jhénes bourgheons des piantes, d’c’qui fait qu’o fait point piaisi d’les voére dans in jhardin.
Dans les temps vour qu’les ghens fasiant des poélées d’ozias , ol avait des tubyes posées l’ine sus l’ôte qu’étiant maçounées dans lés murs por qu’les moénias nichiant d’dans . Quand les jhénes étiant bin v’nus, in cop d’échale et sus huit dix tubyes , o s’ramassait ine grousse thieuzine qu’o falait mitounner aveuc dés égnons . Des cots t’a s’supper les dets !
O peurmiers biâ jhours , le moénia met à beza les fieures jhaunes qui pouvant s’trouver d’vant l’y . Le jhaune le met en peutrasse et y  les gavagne à grand cot de bet . Thiés les folies z’y passe vit’ment . Va savouére qui qu’o seugnifie ?

O se voit pas souvent , mais in moénia est capabye de chopper des inseuctes en volant. Por les courser o z’y fait faire des vircouets dans les airs, qu’on se d’mande si thieu l’animau a bin toute sa tête ?
De thieu qu’in qu’a pas grous d’mémoire n’ont dit qu’o l’ é ine tête de moénia ! Jhe me d’mande si jh’ai pas d’oubiyier thieuque chouse sus thieu l’ozia ????

moenia2.jpg

Creative Commons License
Moéniâ-mouénâ-piyerit-prasse by Y Augiron Alias Celestin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 26 mai, 2009 )

Counil & le groliâ

grolia.png

 

 

 

In counil voéyiant in grôlia
le subyi et z’y d’manda
coume toé jh’veuri m’asister
et avouére reun à ouvragher !

La grôle z’y répouni d’sa branche
Bin sur , émit’ à la quoue bianche
sus thielle mousse o faut t’roller
por t’endormi et feugnanter.

Nout’ counil s’couchit t’in moument
et poussit de biâs ronfieuments
Mais n’in goupil qui se prom’nit
sans point courser , se le manghit

Mouralité :
Peur nijhasser et couniyier,
 o vaut meux ête bin jhau piacé !

 

Afistolaghe Chérentais  par la Tante Vélina  tantevlina.jpg

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 21 mai, 2009 )

Moué moun’ endret

cagouilletededroite.png

Moué moun’ endret ol é la Saintonghe,
à ch’vau sus deus départ’ments
Ol en a t’in qu’ l’ océyian longhe
l’oute la chérente cope au mitan .
Les ghens d’Aunis sont nos cousins
de par jharmain oub’ d’par le thieur.
thiés d’An-golème dau lémousin
nous fazant  la min-me houneur.

Des deus chérentes jh’abite thielle là
qui sus ine carte, sembye ine monghette.
Jhe seus néssu en l’ pays bas
ine tare chétie s’ol en a p’t ‘ête!
O touche la chérente inférieur,
coume y la châfriant out’foué
nous ôtes jhe sont en postérieur
ce qué pas mé jholi , ma foué !

In thieusinier d’la capitale
a fait mangher t’ aux parisiens
des cagouilles coume o n’en rabalent
sus nou palisses , dans nou jherdrins.
Thiés les cagouilles qu’ol a ithiy
mé gouléyiantes que peurtout 
y les avant noumé  » p’tits gris »
et beurlandé , les fis de loup
que nous ôtes les Chérentais
jh’en manghions à piène goule
à tous les r’pas que l’bon yieu fait
aveuc dau vin bianc por qu’o coule !

Ol é à cause de thieu l’ inseugnifiant
thieu mau- fasant , thieu grand bavard
si peurtout en France, asteur y dizant
qu’ l’saintongheais é in  cagouillard  .  C Berdassou   
  

En émolé sus le PAYSAN CHARENTAIS  dau 20 Juin 1986, mirolé aveuc thielle cagouille éjhoslée de Michel Combeau

Creative Commons License
Moué , moun’ endret … by Y Augiron alias Celestin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 16 mai, 2009 )

La lune rousse

Ol é la peurmiere  lune amprés les Pâcques . Portant , ol é b’sur , coume z’ou dit la léghende , que si thielle  » tête de feusses » teurleuse dans la neu dau mois d’mai, ol é bin sur que les pousses qu’avant débaurées , qu’o seiye des veugnes oub’ des  poumentares,  seiyant thieutes por le yiâ , quanque le jhour se leuve  . 
Jhe disons, en biâ français que « la lune les a roussis », de vour thieu châfre de : lune rousse . La mouveise, qu’ol é  thielle lune là ! Pisque n’on vouet rinque  sa goule en la neu et à  l’aubette , jhustement o min-me moument où les jhènes ghitounes sont mises à bezat por le yiâ !!!! Songhez , in biton, sortant des bâlins t’à la prime , acabassé d’vouére que  les patates sont melées, gavagnées : y teurche le salopiaud  qui z’ou a feit et qu’étout  qui vouet : La jhau , qui teurleuse :  la Lune !  La chétie!!!  Y teint la coupabye.
Ol aboute beun , o peux pas s’dédire , mais  étou la poule qu’à pouné l’eu oub’ l’eu qu’a douné ine poule ? Si la lune se vouèt, ol é  qu’o y a pas in nuaghe ! et que  quant’ ol a pas d’nuaghe , la neu s’ afrédzi , pas de courtouére  sus la chaudroune por garder l’châ , pas de « couvarte ».  Le yiâ vint d’ là,  et :  a-yieu  les  ghites de prom’loghes.  O peurait tout aussi beun se faire t’au moument d’la nouvelle lune, si la neut’ é  dégaghée , et bin que jhe la vouéyissons point, thielle lune ! O pourait b’ se faire  otout o moé d’Mars dans thiés les conditions,  mais o risque pas , pasque pasqu’o l’a reun de débauré . 

Alors fasez pas d’arfliéction sus la lune,  bande de mau-disants  et fasez putou fiamber in ciarghe por que les nuaghes rastant sus vos patates, les neus d’la peurmiére lunaison amprés les Pacques.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 15 mai, 2009 )

Jhustine au super marché

 Dépeu ma p’tite enfance, ol’a teurjhou eu des marchands peur nous z’apporter tout c’qu’o f’lait peur mangher. A châ p’tit, y sont teurtous bazis. Coume ol é pas quession que jh’aye m’trainer à St Jean en bicyquiette, jh’ai d’mandé à ma jhène vouésine si o la dérangherait de m’emmener faire mes coumissions en même temps qu’elle. Oh ! Al é bin gentille bouneghens et al m’a dis qu’o s’rait anvec piaisi. Jh’ai dis, de toute façon, jh’vous payerais ine portion d’l’essence qu’vous dram’rez.
Vous parlez d’ine expèdition ; jhe sont arrivés su ine grande piace anvec des autos coume jh’en avais jhamais autant vu. Jh’dis : » jh’arions meu fait d’veni pu d’boune heure, pace qu’avec in monde pareil, o va pu rester grand choûse m’en doute. » 

  »Oh, o risque reun qu’al m’réponds ! jh’allons coumincer peur prenre chaquine un chariot ».

M’ameune au balet et jh’coumince à tirer su ine de thiés beurouettes. Reun à faire peur la désencrucher ! jh’arriai emm’né tout l’pilot et l’ballet anvec ! Lolotte, ol é coume thieu qu’jhappeule ma voisine, s’rameune et sacque ine pièce d’in’ euros dans ine fente su ine aute beurouette et o vint tout seul. Jh’ai fait d’même, mais jh’dis:
«  Ol é bin biâ tout thieu, mais jh’ai reune ach’té et v’la déjha des sous d’partis ! »
«  Faut pas vous inquiéter qu’al dis, vous la r’prenrez au r’tour. Bon qu’al dit, quand vous z’arait fait vous empiettes, vous peurait r’veni vous mette dans l’auto en m’attendant,  jh’ai pas feurmé les portes. »

Fi d’ghiarce, jh’ai manqué en cheire de thiu quand jh’seu rentrée dans thielle usine. Quand jh’songhe à l’épiciére, quand jh’étais drôlesse, même les pastilles étiant cachées dans les tiroirs. Eh bin là, tout a portée des oeils et d’la main. En  un mitant, ol’avait au moins deux tomb’rées d’oranges ! Moi qu’en raffole, jh’en ai pris ine douzaine. Jh’cheurche peurtout, peursoune peur payer ! jhe d’mande à in gars qu’était à coûté ; qui dis, « on paye pas éthiy ». Là, jh’ai compris peurquoi o l’avait tant d’monde ; o d’vait ête ine jhornée bourse ouverte ; sans payer ! bin jh’ai dis, jh’fait coume les z’autes, jh’rempyi ma beurrouette. Vous peuvez pas vous imaghiner coument qu’ol é mal aghencé peur sorti d’thieu labyrinthe ! Peur  couminçer, jh’trouvais pas la sortie. Enfin, quand z’y seu arrivé, ol’ avait pien d’monde à la queu leu-leu qu’attendiant d’vant ine chattière. Jh’étais queurvée, et jh’avais pas envie d’attende piantée là pendant ine demi heure. M’v’là partie en songheant qu’o d’vait bin ête coume dans les palisses, o d’vait beune avouére ine musse. Pas manqué, à in’ endret, un passaghe avec peursoune peur ghéner. L’probiême, ol’était pas assez larghe peur la beurrouette, alors me v’là lancée à vider mon charghement peur l’passer d’l’aute coûté. Mes paures enfants, v’là in subiet qui s’déquianche à vous en peurcer les tympans. Jh’ai eu tellement pour que me v’là partie en courant. Jh’ai pas été loin ! o y a deux grands gars qui m’avant empougnée en m’traitant d’voleuse. Ol’ a fait  jholi, et tous les mondes qui r’guadiant. O n’en à f’lu des éspyiquations avant qui m’relachiant, mais ol’ a f’lu payer. Jh’ai décharghé la mouéttié de la beurrouette pace que jh’avais pas assez d’sous peur tout payer.
In cot dh’ior, astheur, pu moyen de r’trouver l’auto à Lolotte dans tout thieu pilot d’enghins. Trois tours de la piace que jh’ai fait anvec thielle salop’rie d’beurrouette qui v’lait jhamais torner d’au coûté que jh’v’lais. In cot trouvée l’auto, jhe mets mes affaires dans l’coffre et jh’me mets en devoir d’récupérer moun’ euro. Jh’ai eu bia tirâgner d’toutes les façons, gratocher anvec mon coutâ, reun à faire peur  sorti thiette pièce d’son creux. Ah, jh’étais pas d’bon pouél . Et dire qu’ol é thiés les là qui m’traitiant d’voleuse qu’imaghinant des pièghes de même. Heureusement qu’Lolotte est arivée peur attrapper ma pièce. Peur tout vous dire, jh’me d’mande encore coument qu’al a pu faire !

I sont malins quand même, thiés jhènes générations astheur ! ol a reun qui les arrête 

  Jhustine , alias Guy Chartier    jhustineguychartier.jpg                                        

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
12345...14
« Page Précédente  Page Suivante »
|