( 11 mai, 2009 )

Les arbes de Provence

Avant l’sujhet 
Jacques Edmond Machefert  et nout’ grand Maît’ de Saintonghe : Charly Grenon avant apiloté ine histouére, sus ine affeire qu’é la descendance dau cimématographe :  n’in disque vidéo a bireuiller sus la télé oub’ l’informatique  . Thieu disque vidéo vous cause dau grand barde Goulebenéze  [accachez ithiy]

Ol é Cadet qu’é l’peurmier , thiette an née a  n’en garocher ine peur en sus la murette. O faut dire que coume la mûle dau pape , les sottilles z’y feurmighiant . Savau que l’an darnier Célestin , ine de thiés les serés vour qu’o fait bon mangher dehior à la fraîche , à t’invité les Rabistoques à mangher ine goulée . Ol est là que Léocadie ( la Rabistoquette) s’trouvi t’ébobé de vouére in mourciâ de viande thieur d’hior dans in’ enghin à l’aspret . Al s’est éssilé : « Ho! in Barbekiou » et Célestin de répouner : « Et non ma boune, jhe sons point chez les méricains , je thieusons sus la grille , ithiy! »
Qanque Cadet , ente deus moques de « nohat » a volu savouére qu’étout qui dounnait in si biâ goût et ine si boune fieuranghe à thielle enteurcoute, Céléstin , mystarieux coume in revin z’y veursi dans n’ ine envioppe dau queurdi t’agricole , ine grouse pienne main d’affeire :
—   » Ol é d’l'harbe de provence , t’en vouéla de quoué n’en faire ine règhe . Jhe te previns ol é long a lever et o faut quaziment pas d’aive . »
Cadet a attendu qu’o leuve et o l’a point jharmé. Thieu sot s’est fait foute de sa goule d’avouére fait in s’mi de thiés les arbes que Ducros cope en mighettes dans dau chétis bocaux en var !!
O y a rasté sus l’thieur et vouéla Beurdassou qui n’en prends por son grade dans les ételles dau patoué aveuc in : par en d’sus la Murette liméro 6

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 6 mai, 2009 )

La poule à Colin

Thielle chanson dau folkiore  d’ nou provinces d’Oïl a t’oyu in biâ succés otout , chez nou cousins dau Quebec  ( Le lanlire) . Al  décit peurtout la min-me istouére : Thielle de Colin , de Martin , d’ine poule  , du thiuré et d’ la meisse gavagnée !!! . As’ment , al é teurjhou en Français et thieu , ol a bouqué Céléstin Beurdassou qu’en a don  boutiqué ine varsion chérentaise . 

La poule à Colin ( Varsion t’à Céléstin  )

Ar’frain :
Entends tu bin mon jhabraye  – z’ou comprends tu en patoé
Entends tu bin mon jhabraye  – z’ou comprends tu en patoé

Colin a t’ine poule nègue pounnant des eûs rouquins
Colin a t’ine poule nègue pounnant des eûs rouquins
al s’a-t- enfoui pounner dans la crèche à Martin

Ar’frain :

Martin pianta sa forche au pius gras de ses reins
Martin pianta sa forche au pius gras de ses reins
 n’en fazit’ in salmis por dimanche au matin

Ar’frain

Les ghens de la parouésse y’ avant fait trempine
Les ghens de la parouésse y’avant fait trempine
jhusqu’à nout’ vieux thiuré – qui s’lichait les babines

Ar’frain

N’en trouva le jhus si bon qui z’y pionghea in det
N’en trouva le jhus si bon qui z’y pionghea in det
dau det jhusqu’à la pougne et d’ la pougne jhusqu’au bet

Ar’frain :

I n’en fit parde la meisse à tous ses parouéssiens
I n’en fit parde la meisse à tous ses parouéssiens
à toutes thiés veuilles geurneuilles-qu’en avant grous besouin

Ar’frain

A tôtes thiés veuilles geurneuilles-qu’en avant grous besouin
A tôtes thiés veuilles geurneuilles qu’en avant grous besouin
de nin-me cèsse l’istouère-de la poule à Colin

Ar’frain  1 cot , amprés les musiciens  serinant enteur z’eux : y finirons peur débaucher!

Et por thiés  qu’avant pas la losse  caillée et qui veurant « chanter la poule » n’en vouéla la musique ! à vous ôtes asteur .

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 5 mai, 2009 )

le « sous fiambe »

sousfiambe.jpg

 Oub’ por n’en causer coume les anciens et coume o disait Goulebenéze : Le tortâs sous fiambe !
Thieu qu’o pigossait sa « Mélinâ Veuscouette » aveuc in çarneuil de calas .
Ol é pas n’in gateau et ol é point dau pain , o s’tint’ enteur les deuss . Out’foué, les fames qui faziant la fornée , quanque le four s’trouvi d’eite à min-me d’achaler et qu’ol avait encouère in biâ breiseau , aprochiant dau rougheau in p’tit de pâte appiatuchée , larghe coume ine bolée, sus in det d’épais .
Quaziment de rang o se fazait in bord, coume ine cagouille bordée et amprés ol é le mitan qui enfiait mé que l’bezot d’in mouéne , et thiau, à des cots , jhusqu’à la peutance. En reun de temps l’ sous fiambe est thieu . Raste pu qu’a l’éssujher aveuc l’encoisson d’ine dorne.
Out’foué , coume dans l’histouére à Mélinâ écrissée por Evariste Poitevin , o se manghait aveuc ine gousse d’ail oub’ n’ in calâ .
Asteur dans nout’ monde de ghormants, o faut sorti l’raziné oub’ les gratons et min-me…. misère de yieu : du nu-nu t’é là ! ( sans feire de pubyicité )

Thiés qui sont d’ boune mâche et qu’avant pas poure d’aller d’z'eux pieds en pienne neut’ à l’urée d’la foret d’ Jharnat peurant m’en mangher zeu contant, le 29 d’aout’ . O s’ paurait qu’o s’en trouve t’au menu , si l’four à pain d’la Parisière s’est pas abrasé avant thielle samprée neut’.

 torts.jpg  Jhe vous cause là , de la sortie nocturne de l’association «  rando du pont du gat » peur n’en faire la propagande ( o manghe pas d’pain …ni d’ tourtâ ! ) Peur d’ôtes peurçissions, ar’gardez dont les annonces [acachez ithyi]

 

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 27 avril, 2009 )

Ol était in jherdrin

 

Pastiche de la Chanson « Il y avait un jardin » - Paroles et musique de Georges Moustaki

Thieu é ine chanson pour les drôles copés d’sang et d’thiulture des an-nées mondialistes a qui peursoune songhera t’a dire que nou provinces étiant des jherdrins.

Ol était in jherdrin que nout’ pays d’Saintonge
Teurleusant’ au soulail – coume o z’y fazait bon!
Non – ol était point ine istoère ni in songhe
ol était l’ paradis vour viviant nou bitons

Ol était’ in jherdrin de veugnes et pis de biés
et de pianches de luzarne por cacher les’ émours
aveuc dau cresson poussant’ en les fousiés
et des pabous fieuris por miroler nou jhours

Ol était’ in jerdrin qui dounait c’qu’o fallait
le bouére et le mangher por les quates seisons
sous l’ombe des boés oub’ les harbes mouillées
n’ont peuvait’ y teurcher des panais d’moussirons

Ol était in jherdrin vour que jh’étions bin ureux
i l’était conséquent por tout in soulâ de ghens
ol était en thielle beurce qu’aviant néssus nou vieux
et les pères de z’eu pères et tout thiés de z’eu sang

Asteur thieu biâ jherdrin s’ri tout in’ cémentière
vour que s’ront enrochies nous darnieres traditions?
Étou en thieu jherdrin qu’aviant pianté nou péres
Qu ‘ mourinant nou racines jhusqu’à la peurdition ?

 12 Mars 2009

Creative Commons License
ol était in jherdrin by Y Augiron alias Céléstin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 27 avril, 2009 )

Le marle nègue

merleg.png

On dit marle nègue, portant o l’a rinque l’mâle qui seyisse nègue . La marluche é  gris brun  aveuc la gorghe et l’jhabot in p’tit mé kiaire . Le marle , l’y a t’in bet jhaune et ine lunette jhaune oranghé . Thieu bet l’y vint jhaune quant’y l’a in an, pas avant . O l’a in marle qué râl o l’é le marle bian , de c’qu’é ine mau formence, presqu’ine maladie . Le monde veuriant savouére vour qu’é thieu marle bian ; fazez m’y songher , o s’pourait que jhe  vous z’ou dise !
Thieu bétiau manghe sus la sol , y s’éboughe en courant et en fazant des saut’ries. O l’é in gormant  d’âchets et y teurpeugne por les feire sorti avant d’les chopper d’in cot bet , por les  sorti d’terre  y tirrâgne  à la douce , pyianghement  et o manque jhameis !! Le pius souvent les marles volant au ras dau sol et  sus des p’tits randons .  Y fazant leu nics en les palisses oussitoût qu’ les frets sont sus zeux fins .  La mârluche ( o s’dit otout mârlette ) va couer thienze jhors de temps , les  cinq-six oeus qu’a l’a pounu . Thiés oeus se trouvant d’eite bieu-vart et pijhassés d’maron . Le Marle la rempyiace por couer de moument t’en moument.
Les marluchons thyittant le nic amprés ine douzaine de jhors et y s’fazant abeucher troés s’maines . Amprés débrouille-te, pasque les marles pouvant feire  mé de troés portées por an.
Les marles sont coume les baignassous , y s’fazant  vrâler et creyez me qui z’aimant l’soulail ! Por thieu , y gonfiant les piumes,  min-me sus la tête vour qu’al sont d’bout , y restant tapés sus la sol aveuc les alles écartées et l’bec  badé .

Quand in marle s’appoue à découvert  y baisse les alles le mé qui peut et y garde la quoue deursée , torjho prêt à décanigher . Si y manghe des p’tites veurmines, y l’é otou gormand de fruits rôghes et pis d’geurnes .
O s’dit des provarbes à son sujhet : o va d’marles en bisses et de bisses en reun mé o l’é por dire o va de mal en pis .
On dit otout : Chantes biâ marle ! Et preuve que l’marle est in bon ghibier pisque la ricouène dit : à défaut d’marles mangh’rons des grives ! o s’dit , o s’dit, mé quétout qu’o s’dit pas ?

merled.png

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 22 avril, 2009 )

Une journée très particulière

bujolierc30.jpg

Le samedi 18 avril 2009, au musée des Bujoliers de Saint Césaire Noël Maixent, le maître des lieux, et son complice Pierre Péronneau, petit-fils de Goulebenéze, accueillaient les visiteurs. Il s’agissait d’inaugurer un grand tableau de Goulebenéze, peint par Raymond Carmin, et remis au musée par les filles de ce dernier.

Le matin, parmi la cinquantaine de visiteurs, on notait la présence de personnalités : Jean-Louis Monget (chef de cabinet du maire de Saintes) et son épouse, Jacqueline Fortin, présidente de la Sefco, Pierrette et Josette, les filles d’André Tarin (1), de nombreux patoisants, et bien entendu Magali et Nadège Carmin. Après une rapide visite du musée et l’inauguration du tableau, Noël a offert le pineau.
Le repas à l’auberge des Bujoliers fut animé par les patoisants présents : Châgne dreit (Régis Courlit), Nono Saute Palisse (Bruno Rousse), Jhustine (Guy Chartier), la Mounette (Monette Foucaud), la Nine (Danièle Cazenabe), Célestin Beurdassou (Yany Augiron) , Alain Gautreau et Châgnu ( Roger Maixent ).
Puis, pour ceux qui le souhaitaient, l’après-midi fut consacré à la visite de lavoirs autour de Burie, St Césaire et St Bris des bois, sous un très beau soleil.
Les participants ont été ravis de cette journée. Ceux qui ne connaissaient pas le musée ont été agréablement surpris par ce lieu magique, et ont promis de revenir pour en faire une visite plus approfondie.

  1. André Tarin tenait le rôle de Birolut dans la Mérine à Nastasie du Docteur Jean. Et ses filles, l’une après l’autre, ont tenu le rôle de la Bascouette.

Site du musée des Bujoliers : http://www.saintbris-saintcesaire.com/page0006.html

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 9 avril, 2009 )

Barbezieux , le chatiâ

barbezieuxsthilaire.jpg

Thieu é l’rastant d’in biâ chatiâ qu’ol a t’oyut déjhà en thiel endret t’au onzieme siéque , I ne fut pas bin long à dev’ni ine fort’resse , et aveuc 100 an née de mé , quate grousses tours qui sarviant d’loghera étiant aux encoinssons et troés pourteaux feurmiant thieu renfeurmi . Ol a rinque la pourte d’Archiat qui n’seyisse point abrassée jusqu’à pu reun . Thielle qui sarvait d’cachot était la Chavaroche , le chat’let ,de vour qu’o raste quasiment pus reun , dounait sus l’villaghe .
Dans les années trente (onze cent ! Pardine ), en thielle piace, in chéti pointu châfré Alduin III , qui s’trouvi d’ en eite le coumendant , é athiulé peur in gas d’cougnat : thieu biton de Bardon . Tout thieu pasque le chenassier d’ Barbezieux  z’y a pris sa fame en ine ésselé , et au grandésime gallop , l’a empourté chez l’y . O coumençait beun !!!
En thiès temps déjhâ , les enghyais lorgniant sus l’ bâti , ol oyut point d’cesse , a c’qui preniant la benasse et sans feire enchéri l’prix , pisque ol eux  z’a suffi d’foute le peurpriyétaire dehiors, a grands cots d’sâbe
En quatorze cent dix set, les états d’Saintonghe , assembiés t’à Pons , se foutant en peutrasse et envoéyant in biton d’ Saint Jhean d’Angel’y aveuc ine dozaine de gouyats , le désit Barbazan peur abrasé les enquiots . O fut vit’ment torché . A de c’qi paraît que , en thiés temps , les foussiés des douves sarviant de cémentieres peur enrochir les ghens chopés peur la peste.
Les Larochefoucauld alliant’en dev’ni les maît’ dépeu la yière de cent ans et ol é dans la tour de la pourte d’Archiat qui fazant t’in loghera .

La gabelle déquianche in charivari pas possibye , les sangs dau monde ghiquiant coume d’ine yichouére . Le va-d’vant des révoltés , Bouchard (in gas d’Puymoreau ) n’en aura , quieuque temps amprés le cagouet copé et le monde dirant que Bouchard é débouché !
Les ghens de la r’lighion réformée aviant in tempye en 1550 à Barbezieux et y foutant à bezat l’éyise Saint Mathias.
Sus la fin de thieu sièque , les croquants avant l’d'sus des ghens d’armes dau chatiâ , qu’y sont teurtout seugnié t’a bianc coume des cannets .

Vouéla t’ine conterie de l’istouére de thieu biâ chatiâ , qu’ol é d’azard qu’in ragaton ( in pourteau ) de la piace forte de Babezieux . Si o vous peupine d’en queuneutre in p’tit de mé voyez dont ithy :

Peur les affeires de gabelle =     [acache me dont ]
Peur l’histoére historique du chatiâ =     [
acache me dont ]
Peur vouére jholiment de cartes poustales sus Barbezieux =   [
acache me dont ]

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 8 avril, 2009 )

Batistain Geurluchâ

 

           batistain.jpg

 

Batistain Geurluchâ  est né en Juin 1926.  Amateur de traditions, de patois et de folklore,  il s’enregistre lui-même et produit un 33 et un 45 tours vinyle sous le label de sa propre maison d’édition « Voix De Saintonge  » (VDS). Très vite il se consacre à la diffusion sonore des grands bardes de notre Saintonge, mais aussi de Vendée et des Deux-Sèvres. Les chants et musiques de danse n’échapperont pas à son microphone. C’est sur les foires et marchés qu’il continuera à patoiser devant et avec les foules en proposant ces réalisations phonographiques .

Avant lui, c’est un moyen d’expression et de diffusion qui s’est éteint, laissant la place à d’autre formats, le compact disque en détrônant le vinyle et la bande magnétique  en laissant la place au fichier Mp3. Batistain Geurluchon  nous a quitté lorsque Raymond Carmin s’est endormi dans le sol de son pays Buriaud  le 22 avril 2008.
C’est avec plaisir, qu’entre 16 & 17 permet à Batistain de faire un dernier pied de nez aux techniques modernes du son, puisque nous le retrouvons dans « ine lette à mon député « , en version MP3 , avec une préparation et un fringant  habillage réalisé par Rabistoque.

 

Le 18 Avril  à 11 heures, la maison de la mérine  du musée des Bujoliers et les Saintongeais feront une fête en l’honneur de Raymond Carmin, car le voile tombera, qui cache un portrait   réalisé par Batistain Geurluchâ - Raymond Carmin , où frémissent  déjà et encore, les moustaches d’Evariste Poitevin. Un repas amical   prolongera cette événement, à l’auberge des Bujoliers. Contacts : 05 46 91 98 11 ou  fontdouce@wanadoo.fr

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 2 avril, 2009 )

les parapuies bieus

 

Les parapuies bieus   -  (sur l’air du complet gris de Line Renaud)

Quand jh’étais drôle ol a bin longtemps
Anvec ma veuille grand’mère
Tous deux jhe menions les vaches aux champs
Dau coûté d’la riviére
Et peur nous z’abeurier dau soulail, dau grand vent
Al avait tout l’temps
In’ enghin épatant
Peur les beurghères d’antan
Qu’n’on vouet pu d’thieu temps.

Darriére son grand parapuie bieu
Sûr que jh’étions pas malhureux
Et quant’ o mouillait coume vache qui pisse
Nous sacquions darrière la grande palisse
Le vent peuvait teurjhou bûfer
Y risquait pas d’nous dérangher ,
Qu’o mouille ou beun qu’o fasse grand fret
O y avait pas d’meilleur endret.

Ol avait otout des mouments
Qu’ peur soulagher leus méres
De toutes jhènes drôlesses de thyinze ans
Alliant faire les beurghéres
Et peur les faire bisquer, tous les drôles bin souvent
Bin vite s’ameniant
Darriére thiés parapuies
Ol était l’paradis
Dans tout nout’ pays.

N’en a tout’ oyu des amoureux
Darriére thiés grands parapuies bieus
Ol é là qu’jh’ai qu’neussu ma beurghére
Al était la pu belle de la terre
Et si l’temps s’tornait au fret
Jhe la serrai d’in p’tit pu prés
Jh’en avons fait, bin des envieux
Darrière son grand parapuie bieu.

Mais les temps avant bin changhé
On ne vouet pu d’ beurghéres
Thiés paures drôles avant biâ teurcher
Y a pu qu’des fils de fer
Et bin moué, voyez vous
Y m’en mets s’en d’ssus d’ssous
Thieu diabe de progrés !
Pace qu’o fait des an-nées
Qui raballe sans arrêt
Les chouses que jh’aimais.

Jhe regrette nous biâs parapuies
Anvec leu beurghéres si jholies
Dans les prés quand o s’am’nait l’printemps
Ol était coume des fieurs dans les champs
Astheur, tout thieu, ol é bazi
Disparus thiés biâs parapuies
Mais sûr qui trouv’rant jhamais meu
Que thiés les biâs parapuies bieus.

Astheur, tout l’été t’à Rouéyan
Eparées su la piaghe
Al s’grâlant l’darriére et l’d’vant
Ol é un vrai carnaghe
Al sont coume des toumates
Melées coume des patates
Nègues coume des taupas
Coume o leu manghe la piâ
Al s’graissant d’la poumade de su tout l’charcois.

Nous z’autes jh’avons thieuque chouse de meu
Jh’avons noute grand parapuie bieu
Et su l’sabye quant’ o s’met à grâler
Sous soune ombe, jh’sons benézes bin au frais
Si vous v’lez v’ni nous z’y r’trouver
Vous z’arez pas besoin d’teurcher
Pace que de thieu long à sept yieues
Ol’ a pas d’autes grands parapuie bieu.          

    jhustineguychartier.jpg   Jhustine , alias Guy Chartier

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 25 mars, 2009 )

Zidore oub’ la soutane

 

Ine histouère de r’lighion de Maît’ Piârre

I s’app’lait Zidore, mais le monde, au villaghe, l’appeliant « La soutane ». Quant-il était drôle, il était teurjhou saqué à l’éyise, et dépeux thieu temps, o y at pas passé : tous les dimanches, et minme dans la s’maine, i va-t-à la meisse. O faut dire que l’ vieux thiuré est d’ l’ancien temps, i porte encoère la soutane et dit la meisse en latin.
Zidore disait qu’ol était jholi in thiuré en soutane, qu’ol était coum’ in uniforme et que coum’ thieu ol était éisit à r’queuneutre. In biâ jhour, le vieux thiuré partit-t-à la Maison de r’traite de Voiville, à coûté d’ Saintes, et o n’en arrivit in nouviâ : in grand gâs, qu’avait jhoué d’aut’ fouès au Stade Rochelais, qu’était jhât coum’ le popyion dau père Lagrolle et larghe en proportion. Mais i l’était en civil, i l’avait pas d’ soutane, in thiuré moudarne m’en doute ! O zi fazit pas piaisit-t-à Zidore, mais i décit reun, i l’avait pour de thieu grand biton.
Mais à la meisse dau dimanche, ol était ine aut’ affeire, finis les dominus vobiscum et les pater noster, le thiuré causait pointut ! Et thieu, Zidore i zou supportait pas. Le latin i zou compeurnait pas beun, mais ol avait pas d’importance, ol était en latin qu’o fallait dire la meisse, et pas auteurment. I disait :
« Avant jh’avions l’agnus dei, jh’étions contents de zou entendre, asteur ol est quession de l’ignâ ! O m’ fait penser à des côt’lettes ! ».
Le dimanche d’amprès, le thiuré couminçait à fare son sarmon
voure ol  était quession de l’ève qu’avait été teurvirée en vin, et qu’ol’ intéressait les pézants qu’étiant là, qui se d’mandiant coument Jhésus avait pu fare ine affeire de minme, quand le pourtau de l’éyise duvrit anvec in grand brut, et Zidore apparut, habeuillé d’ine soutane, et huchiant des Deo gratias et des Dominus vobiscum, au grand étounement des ouailles. Le thiuré partit d’in randon, attrapit Zidore prr’ la soutane, et le foutit dhoère, voure thieu paur’ sabiâ fazit-t-in éparit su la piace dau villaghe. O fait qu’ les bitons qu’étiant  à minme de bouère au café dau père Utrope (qu’a l’ pu bon vin bian dau canton, in sauvignon qu’est néssu dau couté d’ Brr’ville), sortiant prr’ vouère thieu drigail. Ah ! mes paur z’enfants ! Zidore à piat ventr’, la soutane rel’vée su son caleçon-t-à fieurs … Ol est dépeux thieu temps qui l’avant baptisé « la soutane ». Asteur, i va pu à la meisse au villaghe, i va-t-à la chapelle Saint Martin, dau couté de Jhuicq,  là voure les intégriss’ causant en latin et s’habeuillant-t-en soutane  !
Le nouviâ Pape, Benoît XVI, piaisait à Zidore. Il  était pas coum’ thiéllés-là d’avant, des arbigheois qu’aviant pas l’air bin catholiques ! Thieu-là, il  aime beun les intégriss’, mais il aime pas les préservatifs ! Ol est-t- in bon chrétien.

O faut vous dire que Zidore avait marié la Mariette, et qu’en dix ânnées , i z’aviant fait onze drôles : les dorniers étiant des beussons.
« Les préservatifs, qui disait, jh’en veux pas, ol est interdit prr’ l’éyise, et les pilules otout ! Les drôles, i v’nant pac’ que l’ Bon Yeu les a voulus ! ».
O fait que l’ monde disiant qu’i l’était « bon-t-à reun », sauf à fare des drôles. Mais la Mariette en était r’saziée de thiellés « gueurnes d’en-neût » qu’arriviant tous les ans.   Al était ine jholie drôlesse aut’ fouès, asteur a  r’sembiait au fanâ d’Ébion, qu’est pu groû dans son mitan que dans l’ jhât et dans l’ bas. Peur se rajhèn’zi , a portait des cotyons au-dessus dau  jh’neuils, et a se fazait deux jholies tresses su l’calâ, qui descendiant le long des oum’rolles. Mais o la rendait pas mé agralante !
A s’était mis à prend’ la pillule, et dépeux troués z’ans, o naissait pu d’ drôles. Tout le villaghe zou savait, excepté Zidore. Et quant’ le monde, prr’ se fout’ de li, li d’mandiant coument-t-il avait fait prr’ arrêter d’avoèr des qu’nailles, i répounait : « Jh’ai in segret ! ».
In biâ jhour, Émile, Ernest et Natole, troés chétis mau-créants qui créyant en reun, qu’allant jhamais à la meisse, qu’avant teurjhou la pire salée et qui sonjhant qu’à mangher et à bouère, invitèrent Zidore chez le père Utrope, et amprès quat’ à cinq vârres de vin bian d’ Brr’ville, i li d’mandant : « Allez, dis nous ton segret ! ».
« Eh beun vouélà qu’o répounit Zidore. Quant jh’ fazons nous p’tites z’affeires avec Mariette, ine foés prr’ semaine, le sam’di au sèr sitoût baguezon cheit (1), que  jhe sons saqués dans les bâlins, que jh’ nous sons accoubiés et qu’ol aboute bin coum’ o faut, dès que jhe sens qu’o coumince à bouillit là-d’dans, jhe zou sors peurcipitament , avant qu’o bronze ! Les savants dizant qu’o s’appeule le coïtus interruptus. O peut pas êt’ mauveis pus qu’ol est dau latin ! Ol est ine méthode efficace ».
Les z’aut’ se copiant le vent’ de rire. Ernest, qu’est le pu chéti des trois, li répounit : « Vouais, ta méthode a l’est coum’ le Pape … al est infaillib’ ! »

 (1) Sitoût baguezon cheit : vieille expression saintongeaise pouvant être traduite par crépuscule.

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
123456...14
« Page Précédente  Page Suivante »
|