( 25 mars, 2009 )

Les âbes accoubiés .

 

Ol é ine manie qu’avant thieuque jherdrinier chez nous ote et minme in p’tit mé pius loin , que d’accoubié dés âbes enteur z’eux . Pas peur n’en feire in ménaghe à deuss coume o convint  dans l’monde conv’nabye:  dés foués , ol é troés et minme mé !!

lesabesaccoubies.jpg

 Sus la portraiture o s’trouve  3 figuiers d’aspèces  en dispart qui sont torsés coume ine quoue de ch’vau . Ol a otout les frâgnes de Prignat  qui fazant bibé le jhus d’ l’entendoir à mé d’in  !!! Qu’étout qui feit vivoché thieu qu’é sus ine gougne bazie dépeu l’passaghe de la couméte ???? S’ri tout possibye que le jhènot ‘y doune t’à manghé  ???
Nous vouésins dau Médoc  s’piaisant à feire thiés accoubiaghes enteur des aghers panachés (jhe cré qu’ol é l’sicomore ) et coume ol a des mâles et des fumelles chez thiés les âbes (les fragnes otout )   jhe veuris bin savouére   ça qui fazant la neut’ , doét eite dau prope !!!!!

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 21 mars, 2009 )

Chatiâ couvart

In chatiâ dau pays-bas , asteur . Thieu é dau 17éme ! Point dau 17 éme rondis’ment , beurnes en siâ, dau 17 éme siéque ! Un chatiâ d’enteur Loire et Ghironde , pianté en thieu si émabye «  val d’antenne » et « au thieur de la Saintonge » O faut se biber les sang et o faut s’athiucher l’entendement peur savouére quétout thieu b’soin des soué-dissant éssientifiques de boutiquer des nouvelles parouésses vour naçouné zeu édyisse . Jhe cré qu’ol é qui savant pas que jh’avons déjha des endrets à nous ôtes vour que jhe sont fiaroux d’eite néssus , d’eite les fis d’nous pères et mères qu’étiant dépeu leu pius jhènes an-nées, des bitons et des bitounes dau val d’Antenne , des payis batiers , des saintongheais vour des payiautiers et combes d’oute endrets les pius agrâlants qu’o seyissent ! Mé asteur , teurché donc le val d’antenne oub’ la saintonge en thielle imaghe de l’enteur Louére et ghironde vour que thiés les déranghé des borne et des quioture veulant nou parqué !!!! Le chatiâ dau pays bas en quession se châfre chatiâ couvar (château couvert) Ol é pas en thiel endret que les papiss vinront vinront abryé Benoit , l’y qui veuri que l’monde seyian découvart !!!! Bireuillez vous vour qu’é Clermont Ferrand entre Louére et Ghironde ? Et bin Chatiâ couvar ol é pas possibye ! Y s’trouve au pien mitan dau vieu marai d’ Migron en chérente maritime

entreloireetgironde.jpg

Thieu l’endret se trouvi , en les vieux temps, le siége d’une armée des seigneurs d’ Authon Ol é d’là qu’o vint , m’en doute le châfre « château couvert », de thielle couvarture militaire . Ol en a in’ ote de chatiâ qui s’apeule otout « couvart » à Jaunay Clan et les savant’ en istouére Pouét’vin disant que la couvarture militaire à batisé l’chatiâ. Mé jhe m’ minfi de thiés les bitons instructionné d’la teite …..d’autan mé pouét’vin !!!!

Y l’é biâ thieu chatiâ , paré ! Antant biâ qu’éti jholie sa maîtresse , au mitan des années 14 cent . La feuye de Jhean d’Auton , qu’ol a marié in biton d’oléron : l’éthiuyé de la Gombaulière . Pernelle , la dam’selle dau marais. Thielle fame motié sorcelle motié fade qui dounait des alle au anghuiye por qu’al voliant jhusqu’en les écuelle de soun houme parti en yière !!! Jhe vous z’ou cont’ri in’ oute cot .

Ine oute fame de thieu chatiâ : Veuve Charlotte de Céris, amprés eite rasté au cachot de Brouaghe au long de 22 an-née a fini peur n’en bazi . Ol éti ine bitoune , t’en répond !

 

ccouvert2.jpg

Sus la muraille, aveuc , in biâ cadran soulaire de 1866 , ol é gossé en la piare thiés les biâs mot bin  finau :

« Comme une ombre lègère, ainsi passent nos jours. Rien ne peut sur la terre en arrêter le cours. »

Peur n’en queneut’ mé : www.chateau-couvert.com

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2009 )

pue pue oub’ dube

puput3.png             Dube  oub’ pue pue ,

Si vous disez pupute ,vous n’en causez coume fazant les occitants et les catalans : En chérentes jhe disons le mé souvent , ine pue pue vour ine dube (à moinse qu’o séyisse sus la cote vour y bouévant dau Thé et vour qu’o paurit feire « Pue pute » ) . Thieu châffre à cause de thieu si agralant fieuranghe qu’o l’éssame dau nic . Thiette Marie Ghorette ne ghençe point les beurnes que les jhènes  y fazant  .  A de c’qui parait qu’o feit poure au maufésant qui veuriant les mangher . Ol é portant in’ osiâ agralant aveuc pien de piume mirolé et n’in jholi toupet sus la teite  ! Vouai , mé les jhupon et les cotiyon  fazant pas la propeurté  . O s’peut d’eite bein peinturé et mal pomadé !! Beurne en siau !

Les pue pue sont rendu les peurmières  chez nous ôtes, avant le coucou ,  le mé souvent. Aveuc les arondelle , al fazant point l’printemps , mé al l’tirant en l’dar!  En avriye o  poun’ra jhusqu’à ine demie dozaine d’eu gris aveuc dau brun qiaire qui s’trouvant peutassé de bianc . Faura les coué 18 jhors , ol é maîtresse pue pue qui z’ou feit avoure que Monsieur é charghé de teurché le manghé . Les jhènes  dénigheant dans une punaisie de pauriture, quant y z’avant ine lune .

Thieu monde allant s’lavé, m’en doute et r’trauvant in sentiment mé ar’sembiyant à zeu piumaghe ! Creyiez me que les bet allant n’en chopé des sautrâ , des gheurlé , des parpaiyons , des mouches , jhusqu’à des  loches et des lumas en mussant peurtout dans les creu et les fende , à teurché dau larve. Les larve, thieu z’eu convin et thiélles qu’al s’en feriant peuté l’ jhabot , ol é les larves de fum’rolles .
Les dube , ol é nos mouette à nous ôtes , en l’pays bas , des oziâ d’min- me , ol a point d’prix !!! Darnière nouviâté : Ol a ine arondelle de rendu dau dépeu le 11 de mars - é tout pas biâ , thieu ??

 

     puput3.png

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 6 mars, 2009 )

La Roche Courbon

Laissons  Pierre Loti* nous accueillir  : « Je m’en suis allé par toute la terre. Entre mes longs voyages, je revenais comme un pèlerin ramené pieusement par le souvenir, me disant à chaque fois que rien des lointains pays n’était plus reposant ni plus beau que ce coin si ignoré de notre Saintonge. »

tri006.jpg 

Thieu biâ chatiâ , le mé jholi de thiau long  a été châfré peur nout’ grand houme : « Le château de la belle au bois dormant » Qui pourait crére que thiés les jherdrins sont des jherdrins sus pilotis !!! Et portant  si le chatiâ é jhuché sus le chail  , la vour qu’avant l’y, o se deursait in chatiâ fort, les bas sont fagnoux et dont bin marécaghoux . Vouére la romance dau bouil biut

rcourbon2.jpg  Nout’ chatiâ d’la Loire à nou z’ote  (entour loire et ghironde ) se trouve dont sus la coumune de St Porchaire- 17250, dans la partie la mé Saintonghaise qu’o séyisse. Dans lé vieux temps  o s’é dit : Saint Porcher  , ol é por thieu que les ghens qui z’y rastant sont les Saint-Porcherois et les Saint-Porcheroises .  O s’é  dit otou l’épine , au noument de la terreur.

*Pierre Loti : écrivain saintongeais né  Louis Marie Julien Viaud académicien Français . Goulebenéze l’évoquait en ses termes : Éternel voyageur de la mer , oubliant pour toujours madame Chrysantème,  chantre de Ramuntcho et chantre du soleil……………

Dans le même  « Bonjour Saintonge » , Goulebenéze écrivait aussi de La Roche Courbon :  C’est un conte de fée à l’abri des poternes – d’un manoir de légende, austère mais charmant : stalactites d’argent suspendues aux cavernes- La roche Courbon de la belle au bois dormant !

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 5 mars, 2009 )

La cagouille

Gaston Navarre dit Boun ap’tit

 

bounaptit.jpg

Le plus  charentais (16)  des bardes de saintonge .

    A un point tel , que , vous l’entendrez dans son « monologue » ci dessous , pour lui , il y a : les Charentais et …. les Poitevins ! Ce qui n’empêche absolument pas les unions et la descendance partie vers la capitale  .

 Vous allez découvrir Biâ-beso (Joli ventre) le charentais , sa poitevine d’épouse la Biâ -besote* et les « cagouilles grises » . Tout ce petit monde voyage vers la capitale  et vous découvrirez « coment’in pezan charentais cope le subiet a n’in monsieur » Ce qu’il résume  dans un humour bien traditionnel   » as tu entendu siffler ce merle « 

Un témoignage ou nos patoisants d’universités trouveront au moins autant de vrais enseignements que dans l’élaboration de cartes ,  les tracés de frontières , l’invention de graphies . Cette  belle page de notre folklore  est réalisée grâce à la prise de sons  de R. Carmin   et  du fond sonore offert par Mc Key . Le montage est de C Rabistoque .

 

Pour trouver  une cassette audio de Boun ap’tit , reinseignements à :
 k-gouille@live.fr

* Beso,  pour ventre  se trouve aussi sous la forme enfantine de   »bezou »  et aussi «  bezol »  (le l  final étant souvent muet) . voir les fornigheats et bien sur « besot » ce qui explique « biâ-besote »

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 3 mars, 2009 )

Crème au bié s’pagne

Bié s’pagne (Blé d’Espagne) , dési  otout garouille  oub’ maïs en Français

Por empyi 5 gâges coume des pots t’à ventouse , o faut :
100g de farine de bié s’pagne , la moutié d’in lite de lait, 100 g de sucre, in gousâ d’ vanille ine piâ d’citron , in bout de cannelle  et   …… dau pineau .  Les pots à ventouse sont point d’obyigatoére ……

Dans in p’tit d’lait fret , fazez in mélanghe bin brassé aveuc la farine de bié s’pagne  et thiyttez z’ou d’couté . Fazez prenre le bouil au rastant d’lait aveuc le sucre, la piâ d’citron , le gousâ d’vanille et la cannelle.

Ol é à thieu moument qu’o faut meite otout le mélanghe lait et pis farine et torner aveuc ine thiuyiere en boés et thieu à p’tite fiambe , jhusqu’a qu’ol  épaississe. Sortez vout’ casterole dau feu et ouyez me thieu aveuc ine boune lichée d’ pineau , vouére deusse.

Asteur , o faut sorti le chifraye qu’avant laissé l’citron et l’goussât d’vanille  et bin sur le boé d’cannelle . Varsez thielle crème en les gâges  et…….. boune ap’tit……..  quant o s’ra frédezi  , au ras d’l'ève , en l’poué .

ventouses.jpg

 

 

 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 26 février, 2009 )

Neuvicq

Astour qu’ol en a t’in qu’a dézi : qu’en veurtu dés pouvouéres qui z’y sont « conférés » (thieu mot me piait yière , jhe creyi qu’ol était les ch’vau oub’ les bauriques qu’étiant férés ) , allons z’y don por conférés  à l’unanimité par  rinque l’y mime , le monde dau pouétou chérentes , si y z’avant pardu le trait d’z'union , rastant  astour en  enteur loire et gironde , ol en a qu’aviant dit enteur « beurtagne et pirené » mé y deviant rin queuneutre  ! Ol é in’ endret coume in oute et o s’paurait qu’ol aboute meu aveuc la réghion qu’é à mime de s’afistolé de thiés temps   et vous savez bin  qu’o  paye et qu’o subventioune bin rède meu quanque les thiultures  lichant l’thiu des réghions politique .

De c’qui feit que nou biâ chatiâ Chérentais se trouvant enteur loire et gironde astour , et y sont don des CHATEAUX DE LA LOIRE !!! ( Y n’en avant jhamei été si proche )

Z’ou maritant t’y pas ??? Ol é peur quoué   jh’allons leu feire ine jholie piace , su enteur 16 et 17  , et peur le peurmier  cot vouéla thieu de Neuvicq.

 

neuvicqlechateau.jpg

Bâti  au XV éme sièque à mime le rastant d’in chatiâ qu’éti  déjha t’abrazé , thieu é in loghi sus troé jhauteur , jhuché sus ine cave vouté . En d’dans , ol a des éstatues qui tenant les f ‘nêtes : d’in couté St Roch , son cheun et sa trique, de l’oute , ol a deux parsounaghes à mimes de s’pautrigné et de s’liché la goule ! Jhe comprenons meu de c’que St Roch  veuri feire de sa trique de vime ………

Le peurchain cot , jhe causerons d’in ote chatiâ de la Loire…………….  en Chérentes

( 23 février, 2009 )

La Véye Èlie

veyeelie3.jpg         Si Germaine  Morand Elie est née à Saintes en Novembre 1887, c’est en l’année 1964  à plus  80 ans que naquit  la patoisante  dite « La véye Elie  » .  Ses textes et ses inspirations  sont poignants de  simplicité . Ils sont de véritables témoignages d’une façon de vivre , d’une époque , d’un état d’esprit et d’une langue . Mais de quoi , de qui parle t’elle donc ?

De la Saintonge , des Saintongeais , en Saintongeais

Ecoutez la Véye Elie  vous conter sa vie et sa jeunesse,  » tout au long d’ine an-née «   en Saintonge :

Remerciements  à la famille de R. Carmin † pour la participation et l’aide si spontanée !

La bande son  est une réalisation VDS ( Voix de Saintonge ) . Si vous souhaitez vous  procurer le 33 tours neuf avec  17 autres  titres  de La véye Elie . Faites vous connaître : K-gouille@live.fr

( 17 février, 2009 )

Les cygnes de la Touvre

ganachaudleojpg.jpg 

LÉO GANACHAUD

Né à Ambérac, ce paysan , comme il a écrit s’honorer d’être , a transmit , sans gloriole ni suffisance , un témoignage de son temps, plein de simple réalisme et de sensibilité . L’important de son travail est rassemblé dans  « Souvenirs & Espoirs d’un paysan Charentais » puis dans  » lée bitons chérentais « , deux ouvrages parus jusqu’  en 1949 aux éditions COQUEMARD  et bien sur épuisés . Une ré-édition très confidentielle  en fac-similé en a été réalisée en 1988 par  » le vent d’coté » .

Léo Ganachaud à témoigné de la vie au siècle naissant, relatant des événements tel le passage du roi Alphonse XIII à Angoulême, en patoisant  avec humour, sur la façon dont il fut verbalisé pour avoir renversé l’étalage d’une commerçante . Relatant son enfance , les contes et les légendes qui l’ont émerveillé. Mais aussi  la panique des boeufs ,  les premières machines agricoles , les cantonniers et les bitons charentais….. et tant d’autres choses !

La légende des cygnes, dite ci dessous  par Célestin dans l’ambiance aquatique des sources de la Touvre, lui vient de l’un de ses aïeux qui avait été au service des ducs d’Angoulême , comme leveur de nids de cygne  !!! 

.

Retrouvez Léo Ganachaud sur Les étoiles du patois avec  » La Jeantouse«   un de ses contes  en patois qu’il dit  « les contes du père Jean-Jean. »

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 16 février, 2009 )

FRANCOIS ou bien HENRI

henry.jpg       [  La pierre à Nocent    ]       francois.jpg

Dans son billet   F . H écrit d’un site en bordure de Charente  :

« offre un spectacle d’une puissante beauté , dans une végétation  de serre humide , entre le plus beau ruisseau du royaume de notre roi François et les abris sous roche du Cognacien supérieur »

Et voila la chasse lancée . Historiens , géographes et érudits de Saintonge apportent le démenti : Cette phrase est de Henri IV ! La sauce est prise et la polémique ronfle  dans les encyclopédies  . Les couriels se bousculent , précisant des « distinguo » du genre : la phrase est :  le plus beau ruisseau de mon royaume /le plus beau fossé du / de mon royaume .
Pas de couriel pour évoquer la poésie de l’article , pas de clin d’oeil pour l’indication de ce site , pourtant , j’ai croisé à deux reprises des promeneurs qui y pénétraient, ce qui me semble très dangereux d’ailleurs  et illégale !!!. Laissons aux intellectuels le plaisir de trouver le royaume  de notre fleuve et esperont que , pour   eux aussi , celui des cieux  leur appartient !!!!
Beaucoup d’entre nous vous remercie ,  vous qui avez signé F H ! ????…………..
 

    F H ……….François  Henri !!!????

 

 

                                                                                 

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
1...34567...14
« Page Précédente  Page Suivante »
|