( 1 juin, 2016 )

Charentais’ries juin 2016

Publié dans Articles par
Commentaires fermés
( 18 juillet, 2012 )

Le Biton , chanson en hommage au grand Simounet’

Image de prévisualisation YouTube

LA NINE POULLIGNAC 2012

 

LE BITON  pastiche de la chanson LE FACTEUR

Compositeur : Bradtke Hans

Expression patoise Célestin

 

 Nout’ biton est peurti
de thiés Chérentes tant’ aimées

 Nout’ patoué s’est envolajhé
Qu’étout qui vinra nous l’ conté
En copant o travers des târes
o pien mitant d’la benase de Saint Piâre
Y pataujhe asteur la chenau
enfâgné aveuc l’émit Goule de bot

 Aveuc l’y ine chétie gouélette
thieu l’ oziâ tant aimé , la bianche fouéssette
avour qu’ soun’ âme nous a thiyté
o creux d’ soun’ épale, é v’nu s’appouée.

 Qu’étout qu’y fait l’grand Simounet ?
mais vour qu’y gallope, ou étou dont qu’y l’é ?
A t’y encruch’té aveuc l’y
tout les biâs mots de nout’ biâ pays ?

 Ol’a pus d’treille sus les meisons
peursoune beurdasse les Mornaçons
minme pus d’areugne dare les relojhes.
O raste des mots en nout’ endret
qui savant nous causé de toué
Les entends tu , la vour qu’tu lôjhe ?

 Vour dont étit thieu grand biton
qui nous contait si bin à sa façon
in biâ endret , o creux d’in sonjhe
vour qu’o fieuri le patoué de Saintonjhe ?

 

 

 

Publié dans Articles par
Commentaires fermés
( 6 septembre, 2008 )

Le millas d’la Mounette

D’abord, o faut rassembier d’la farine de bié et d’garouille, d’au suque, d’au cougnat, d’la sau, de l’heule, deux thuillérées à soupe d’ beurre, deux thuillérées à soupe d’heule, deux œus, in lite de lait. Pis in cofina pour zou mélangher et in piat d’ cuisson.
Coummencez par beurrer vout’piat, farinez-le anvec une thuillère à café d’ farine d’bié et saquez-le au frais, coum’ thieu vout’millas s’décol’ra meu ! Méttez à chauffez vout’four à chaudeur mouyenne.
Asteur veursez in grand varre de lait dans vout’ cofina, mettez neuf cuillèrées à soupe de farine d’garouille anveuc cinq thuillérrées d’farine de bié et six thuillérées d’suque en poudre. Ajhoutez a thieu, les oeus, l’heule, l’beurre fondu, 1 pincée d’sau, 3 cuillérées à soupe d’cougnat et brassez-zou.
Foutez m’en l’raste d’au lait à chauffer anvec le beurre et quand o bouille, veurser zou tout cha-p’tit, tout cha-p’tit, en zou mélangeant ben coum’o faut. Coulez thielle crème épèsse dans vout’piat beurré, pis saquez- zou dans vout’ four chaud, por fini’ d’zou fare thieure. Sultout, veillez beun à thielle cuisson , dés qu’thieu millas est un peu jauni autour, sortez-le d’au four. L’millas s’raformit’ en r’freuédissant. Au moument d’zou sarvir, por zou mangher, copez n’en des tranches.
Si vous v’lez mé l’agrémenter et si os’ en trouve à la saison, moulinez m’dont un bol de fraises ou d’ frambouèses anvec deux thuillèrées de crème frache et deux thuillèrées d’suque. Sarvez vos tranches d’millas anvec de thieu jholi coulis roughe ! O m’est avis qu’vous autout, vous vous en luch’rez les ballots !
Vous peuvez autout rempiacer l’cougnat por un paquet d’au suque vanillé et deux thuillérées de rhoum ambré, mais thieu o l’est pu un vrai millas charentais !
Rapp’lez-vous qu’ vout’millas , n’en s’ra qu’meilleur s’ il est fait la veille!
La Mounette

( 13 janvier, 2008 )

Matinée Goulebenéze

Mis en archives (cliquez ici )

|