( 1 avril, 2010 )

table 1

Vous trouverez ici les articles et billets récement enlevés de la page d’accueil , les liens sont toujours actifs:

 Vint don ma ghénie    Bravo au gagnant   Histouére de sorcier   Le moulin à calottes  Le vin muet    Le corbejheau d’ Balzat   Bave de sautrâ   Le moineau   Le counil  et le groliâ   moué, mon’ endret    Jhuste ine de Jhustine    La lune rousse   Les arbes de Provence   La poule à Colin   Le tortâ sous fiambe    Ol était in jherdrin    Le mârle nègue    Une journée particuliere   Barbezieux – le chatiâ   La perote et le jau   La mérine à Pascalounette   Le mariajhe de Sidounie et d’Arnés .    Les oumiâs t’a Simounet’   GAEC CPP   Le bitouniâ de boun’ ap’tit   Quelques sujets d’actualité  L’aritaghe du père La Beurtelle   Le branle bedoche    Note du weebmaster    La boun’ an-née    Jhabot d’ musset s’éboughe     la crise- qu’é tout ?  L’ébarghement d’ Charve     La saute des beûs   Ine lette à mon député    Les parapuies bieus     Zidore oub ” La Soutane”   Les âbes accoubiés   Chatiâ couvart    In gâs sérieux    Le retour des pue-pue      La Roche Courbon   Les cagouilles de Boun ap’tit    Créme au bié s’pagne    Les nouviâs chatiâs de la Loire   La véye Elie   Les cygnes de la Touvre   François ou bien Henri     Voir & entendre , c’est deux   Candidaturne  L’histouére dau peurzident   Dans la palisse   Bouillie garouyée   La pierre noire   Le ch’vau Pompon  La Geurnuche   Beugnes de garouille & Milla    La pierre a Nocent    Parlange ou patois   Les 2 z’émour en éstatue   Ol é in beû qui z’ou a dit   Un an déjà   La bel ouvraghe   Cendrille & binethiu   Virollet nijh’ra t’y ?   L’almanach du Charentais  In’ oziâ à pieumé : Le pivouéne.  Le temps des mitouardes   Les fornigheats  Manghez dau raliron  L’virautour dau beurdassou d’ Pironville   le milla de Josette  La gagnante du jeu   Réchaudure quymatique   Le deursaghe des beurgauds   La fiame dau souldat’inconnu   2 Beurdassou … Misère !    La gourfoulure à Nono   La vouéture sans peurmis   Le souvenir de goulebenéze   Jhenti d’la vargne    Le fanâ d’ Ebéon   L’éduque des émours    St Martin   Coeur de sorcier   Le millat 2eme buffée   La vermine est sur le patois    Veuille Cheneuye . Le taupas et les fum’rolles  Le revin du pére Lachanson .   La vieille du puits    Pps Noel Paybâtier     Le mérinos en Saintonge   Cadastre Napoléonien    Maît’ Piâre et la drôlesse    La grousse fouére    Le milla-quelques recettes    Nichoirs ou piéges    le capucin    Le ballet du père la chanson    Le jardin de gabriel    Le Biton 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 5 juin, 2009 )

Le corbejheau d’ Balzat

 Ol a t’in osiâ bin particuyier en l’ pays d’angoumois . Ol é le corbejheau ! Pas le corbejheau qu’ol a peurtout en Saintonge : le corbejheau* d’ Balzat ! Ine aspéce râle, autant Balzatois qui n’en n’a l’ar .Thieu qui l’queuneussant z’y disant « Réghis » et jhe salue dont bin raspectueusement l’émit Réghis !.
Nout’ Corbrejheau nous aspyiquait , pas pu tard que l’out’ jhour, qu’ol avit ine fame ( de Vindelle m’en doute )  qui s’ébravaghie pasque qu’ ine morlette se trouvit en grand dangher de se nijher t’en la chérente . Et thielle boune fame d’éspyiquer à Réghis que les beurqueunes peurniant l’éve peur les deus bouts et qu’o fallait pas les thyitter passer en la Chérente .

Nout ‘ corbejheau qu’é outant balzatois que corbejheau , a répounu , le grand câlin : «  Et vous ma boune dame , dans voute baignouére , vous mettez vous ine bonde ? « 

Jhe vous conte thieu pasque les créyences dau monde saintongheais , ol é de l’éthnouloghie paré !  o n’en fait partie , me sembye ! Thieu l’acrère se trouve bourlingué peurtout chez nous otes .

Vour qu’é la varité ? Vouéyons ? Se dit-ou peur les beus otout ?

Si vout’ répons é NON, o s’rit dont rinque peur  les fumelles et jhe voé point point coument al pouriant se nigher peur thiel endret . L’aive peurit tout jhuste z’eu faire in lav’ment . Ine foué rendu à l’oeu al n’aurit pus qu’a s’rentorner de peur vour qu’al é v’nue !
Si vout’ répons é VOUI, o fauri dont qui se nijhiant teurtous , mâles et fumelles peur le creu dau thiu et que l’gassouille s’promeune en l’intastin , sans compter qu’ol a déjha dau monde qui laissant point zeu piace ….et s’ameune dans ine panse et amprés, dans l’oute ( ol a deus pourtaux t’ a passer) qu’al remonte en l’eusophaghe (encouére in portillon) et que la beurqueugne renvoye in grous dégoubiyaghe qui cop’ri la route à la patte d’oie et qu’o rente dans la pire bianche peu z’y copper l’subiet et  la nigher .

Ol é là que n’ont vouét que nout’ courlis corbejheau n’é pas si tant Balzatois qui n’en à l’ar et qu’y ne sembye teurjhou point’ à n’ine de thiés quioches de Vindelle qu’avant fait des quatu-quatus entreur z’eux , quand y ricasse : Et vous mettez vous ine bonde ?

*Corbejheau est le nom charentais de l’oiseau  « courlis  » et notre Balzatois Régis Courlis méritait bien un coup de chapeau ainsi que sa voisine de Vindelle Francine Besson, aprés le quart d’heure charentais reservé aux querelles de clochers et aux contes Balzatois de Chapelot .

Creative Commons License
Le corbejheau d’Balzat by Y Augiron alias Celestin Beurdassou est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 11 mai, 2009 )

Les arbes de Provence

Avant l’sujhet 
Jacques Edmond Machefert  et nout’ grand Maît’ de Saintonghe : Charly Grenon avant apiloté ine histouére, sus ine affeire qu’é la descendance dau cimématographe :  n’in disque vidéo a bireuiller sus la télé oub’ l’informatique  . Thieu disque vidéo vous cause dau grand barde Goulebenéze  [accachez ithiy]

Ol é Cadet qu’é l’peurmier , thiette an née a  n’en garocher ine peur en sus la murette. O faut dire que coume la mûle dau pape , les sottilles z’y feurmighiant . Savau que l’an darnier Célestin , ine de thiés les serés vour qu’o fait bon mangher dehior à la fraîche , à t’invité les Rabistoques à mangher ine goulée . Ol est là que Léocadie ( la Rabistoquette) s’trouvi t’ébobé de vouére in mourciâ de viande thieur d’hior dans in’ enghin à l’aspret . Al s’est éssilé : « Ho! in Barbekiou » et Célestin de répouner : « Et non ma boune, jhe sons point chez les méricains , je thieusons sus la grille , ithiy! »
Qanque Cadet , ente deus moques de « nohat » a volu savouére qu’étout qui dounnait in si biâ goût et ine si boune fieuranghe à thielle enteurcoute, Céléstin , mystarieux coume in revin z’y veursi dans n’ ine envioppe dau queurdi t’agricole , ine grouse pienne main d’affeire :
—   » Ol é d’l'harbe de provence , t’en vouéla de quoué n’en faire ine règhe . Jhe te previns ol é long a lever et o faut quaziment pas d’aive . »
Cadet a attendu qu’o leuve et o l’a point jharmé. Thieu sot s’est fait foute de sa goule d’avouére fait in s’mi de thiés les arbes que Ducros cope en mighettes dans dau chétis bocaux en var !!
O y a rasté sus l’thieur et vouéla Beurdassou qui n’en prends por son grade dans les ételles dau patoué aveuc in : par en d’sus la Murette liméro 6

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 7 février, 2009 )

Candidat-urne

 

Afin que l’ami Jacques Edmond Machefert ne soit pas le seul à subir les représailles de la vindicte politique ( Il parle du  président sans  P majuscule , l’insolent !!! ) je me sacrifie  et lui prend la main pour l’accompagner  sur le bûcher des politiquement incorrects .

Voici ma collaboration :  Candidat – urne  en version audio  . Ne modifiez pas vos réglages sonores , le « pleurage » est volontaire. La traduction Française est dessous le  lecteur MP3

 
Fond sonore :  Marseillaise  engouée  & La valse traditionnelle des Ajhassons de Matha

Candidat – urne ,      de C Beurdassou en 1989

Les notables ne sont pas tous ventripotents , dirons nous en un élan d’humanité .

Mais tous ont  le verbe hautain et les rondeurs des hommes importants .

Les suffrages populaires distribuent des brevets de citoyens choisis, de notabilité , les visages irradient , subitement mis en avant . Ils deviennent orgueilleux sans la moindre pudeur.
Repus de prétention et de condescendance , saoulés de  MONSIEUR LE  si souvent flattés, emplis de suffisance et de complaisances distantes , ils éructent des   MOI JE   sans en être gênés !
Ces vessies gonflées jusqu’à l’explosion , vont s’allonger , s’aplatir, devenir peu de chose , contractant la poitrine et le ventre en une danse endiablé recherchant la minceur.
Ne soyez pas apeurés des faces taciturnes de notables accablés avant les élections ……..

C’est quelles sont bien étroites , les fentes des urnes, pour pouvoir s’y glisser tout enflé d’ambitions!

Publié dans K . Gouille,Non classé par
Commentaires fermés
( 2 février, 2009 )

la palisse de bet d’ajhasse

Jacques Messina  organise une visite  » son et lumiére » au creu de sa palisse  , venez vous otes étout vous y  musser , o sembye bein que l’printemps  y é déjha rendu !!! Ar’trouvez les oeuvres de Bet d’ajhasse dans les Etouéles dau patoué  [acachez ithiy]  Les commentaires étant desormais  fermés  sur tous les articles , vos avis  et mots gentils , donnés sur cet é mail : k-gouille@live.fr  seront transmis  au maître par nos soins .

 

 

Dans la palisse dau voésin….
Dans thieu vieux boésson d’aubépin
Sub’yent biss’s , griv’s et martalas….
(A s’en feir’ peuter l’garguenâ ! )

Dans la palisse mei – z’enfants….
La Fiorestine et son galant …..
Se t’nant ghentiment peur lei dets
En s’bisant de bons côts sus l’bet !

Dans la palisse yâbe m’ébouille !
Cornes – t-au vent ine cagouille
Feit le châgne dreit dans l’égail
Peur étounner lei battégails !

Et dans thielle palisse en fête…
La jholie petite Zuzette ….
Zuzette aux cheveux de biés mûrs
Thieuille bein saghement dei mures…..

Moé… peur en-neûyer le voésin….
( In monsieutrâ ! In Parisien !….)
Debout conteur thielle palisse…
Châ-que sér … beunaise …. JHE PISSE !!!

Jacques Messina

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 7 décembre, 2008 )

Le Mérinos

  Le p’tit pouste se met à hucher ine chansounette de Gheorghe que jhe n’avi point jhameis ar’marqué : Reun a vouére aveuc « quanque jhe songhe  à Feurnande »… non pas ! Mé ine affeire vour qu’ol é quession d’in béitiaire bein à la mode de thiés temps . Thieu gâs d’Brassens grougnait sus in are à feire ponde les grapiâs :

Oh non ! Tu n’es pas à la noce
Ces temps-ci, pauvre vieux mérinos,
On veut te mettre le fardeau
Des plaies d’ l’Egypte sur le dos.
On te dénie le sens civique
Mais calme, fier, serein, magnifique,
Tu traites tout ça par dessous
La jambe. Et puis baste ! Et puis zou
!

Jh’é rinque oyut l’darnier coubiet , et jhe m’seus dit : « Thielle rigouène cause dau Mérinos et ol en é bin quession de thiés temps en Saintonge, dau mérinos , si jh’é la comprenouére d’apion le biton de Brassens nous seugnifie que l’enghance châfré Mérinos se quitte aller por l’d'souc de la jhambe » Thiellés simagrées d’houme poulitique qu’ol é que  thieu langaghe !!. In saintongheois, sans torné amprès la chaudroune te z’ou ari t’envoyé :   Le Mérinos é à min-me pisser .

Mé o feit comb’ de cot que thieu «  mérinos » chet dans les bavass’ries et teurjhau y pisse !. Y doét avoére des enneus d’boudingue. O va fallouère queuneutre qu’étout thieu bétiau . Sus l’dictiounnaire à Piv’teau , o n’en dit :  « pa in frojhe at étai trovai. » Ol aghide tan-répon ! boune ghens !
Tant meu pasque les expiyques de min-me cheyiant tout dret dau roéyaume des stratérestes. Ol arrive en beurné oub’ en misaye, é coume n’on sait point coument qu’ol é v’nu o vaut meu z’ou thiytter por les ghénérations t’a v’ni . Déjha qui l’aurant ine pianette bein gavagnée o vaut meux qui z’éyiant des mots d’oûte part por n’en causer :  Les z’ ouralles nous subyeront rède moinsse en l’purgatouére .

Vouai, mé v’la qu’asteur , in autonomisse Poét’vin châffré Brénne Os ( Brenne o feit méricain creyiez vous pas? ) conte que, à la mairerie de soun’endret, y se trouve marqué en émolé « Bernard Inos » fis de la mère in’os et  y déquiâre que Mére in’os, ol é dau poetevin-séntunjhaes ! Si ol é d’min-me, y n’avant qu’ la thiytté pisser chez eusse , en Poétou , la mére in’ os .
Ol a des espécialistes qui causant otou de la Mérine ! Mé thielle que jhe queuneussons teurtou , en Saintonge ol é o thielle à Nastasie , al a reun à vouére aveuc thieu bétiaire !

Savau de c’qu’al n’en dit…. Larousse : Por al , o s’rait ine ouéye thieu mérinos et ol vré possibye , pasqu’o pisse , ine ouéye !!  Ol a jhustement l’émit Beurnard Maingot qu’a saqué in émolé sus son biog vour qu’ol é point quession qu’o s’trouve dau Mérinos enteur Loire et Gironde ( quasiment pas créyiable , argardez vous min-me: http://angely.over-blog.com/categorie-10376485.html ) mé, rinque de l’ouéye  de race Vendéienne.

De c’qui feit que l’Mérinos pisse bein , vouai , mé pas chez nous ôtes ! Mérinos Saintongheais seugnifiri t-ou imigration quiandéstine ? De quoué n’en avoére des imaghes de sorcelaghe la neu dans les bâlins !!

merinosa.pngLa Cagouille en Saintonghe
                         Le mérinos out’ part !

Jhe sont pas racites nous ôtes, mé ol a des en-mardeurs à suffisance en nout’ endret !

Jh’avons comprenu , asteur que l’Mérinos est un beurlau d’espagne. O s’trouve qu’ol l’a rinque le mâle qui seyisse encorné de bin jholi magnière, coume si les castagnettes étiant pas déjha beun’ assez mirolantes ! , l’ouéye, al n’a point tout thieu l’enriboulaghe sus sa teite d’ouéye , mé o veut pas dire charrette !

Va t’en t’feire foute Pinâ , ol a des Mérinos en Saintonge  et ol é pas des ouéyes .
 O s’peut qu’ol en ayisse chez vous voésins , dans voute coumune, en l’pays bas oub’, cheu l’gabaye, en Aunis tout coume peurtout et jhusqu’ sus les iles, dau dépeu qu’ol a des ponts ! Le Mérinos de Saintonghe ol é in ghoret ! ( aveuc oub’ sans l’raspect ) In ghoret aveuc dau grand poél ! In ghoret t’engora ! , bin jholi mé pas yière grous ! ….. in Couique !!!!, in ghoret d’inde ! Ine aspèce de couique copé por Monsanto oub’ rendu tout dret dau ghénie ghénétique. In couique aveuc dau poel d’ine lonyieure qu’ol l’en a qui peuriant avouére des tresses ! O vous en tape la goule, à vous ôtes otout ! Le Mérinos de Saintonghe s’rit dont in cobaye et jhe vous en doune ine portraiture pasque vous z’ou crériez point, sans thieu , v’la l’bétiau . Y l’a l’oeil bin vissé , paré ! :

merinos.jpg

Tout thieu qu’avant oyut des couiques savant qu’o pisse bell’ment otou et qu’o l’ésame pas teurjhou t’a bon . O feit qu’ les saintongheais avant l’dret de déquiarer :

Le Mérinos va encouère pissé ! Y pouriant’ ajhouter: envouéyez la since !!

( 18 novembre, 2008 )

les fêtes arrivent

   Voéla in  pps  pays bâtier : cartedebouneanne.pps , vous pouvez l’enregistrer bien sur  mais les envois que vous en ferez seront forcement limités   Seuls les amateurs de patois y auront accès !

In cot qu’y l’é sus voute écran o faut : Assilé vout’ mulot ampré l’y , seugué la moude d’empoye !

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 18 novembre, 2008 )

Le mois du gabaye a fermé ses portes

Mis en archives  le 17/12/2008 [ cliquez ici ]

( 16 novembre, 2008 )

Virollet

2008virollet17.jpg
Thielle photo et thieu l’artyke sont de nout’ émit L’Beurdassou d’ Pironville .Qu’y n’en seiye remarcié !
Virollet o lé t’une commune viticole et l’avons rein trouvé d’meu peur mett’ su thiau virautour, o l’orait pu ête pire.

Dans la région Poitou-Charentes, la commune de Virollet, Charente-Maritime compte   238 habitants pour une surface de 100 hectares. L’altitude de son point le plus bas est de 17 mètres, le centre de la commune est à 25 mètres et son point le plus élevé est à 46 mètres. La commune de Virollet est donc impactée par la hausse prévisible de la mer suite au réchauffement climatique !
* impactée n’est pas submergée !! ouf (  autres sources : clic  )

 virollet.jpg  Virollet : la gare & l’usine à chaux
Les Virolletaises et les Virolletais devriant  teurtous aprende à nagher et thieu chai en pyene are  sus l’mitan dau ch’min  fr’a in biâ virautour por les sérdines !

 

 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 9 novembre, 2008 )

L’almanach du Charentais

manach2.jpg L’almanach du Charentais pour 2009  est sorti !  Fidèle à lui même , tel que vous l’avez aimé l’an passé . Avec  quelques textes en patois saintongeais et toutes les rubriques qui accompagnent les saisons d’une année charentaise : Cuisine , jardin , histoire , anecdotes, humeurs trucs & astuces . A noter un superbe hommage à Odette Comandon par son filleul Jacques Messina .

Si vous ne le trouvez pas en kiosque :  Tel: 02 54 83 41 45

Voir aussi le billet almanach charentais 2010 sur le livre 2

 Billet  concernant l’almanach 2011 sur le livre 3

 

12345...7
Page Suivante »
|