( 6 novembre, 2008 )

Lé Jèrriais? Tch’est qu’ch’est?

Mis en archives le 18/12/2008 [ cliquez ici]

 

 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 28 octobre, 2008 )

Le temps des mitouardes

ga1039.gif Voéla qu’é rendu le temps des mitouardes et o se conte pus belle chouse à thiau sujhet. Ol é  porquoué , jhe vous en é gossé ine , coume out’foué les payibâtiers, dans ine jhoute rabe rôghe. Ol étit avant qu’al  thytiant noute Saintonghe por le nouviâ monde et qu’al s’acoubiyant’ aveuc des  giromons méricains : « Les alowine », qu’avant  en la piace de folkiore , au creux d’z'eu teite ,  in gousset por z’y saquer d’l » érghent.

mitouardea.png

ga1039.gifL’émit’  Beurdassou  a mis en  émolé ine conterie dans  les étoéles dau patois  vour ol é quession de thielle affeire . [….Thielle de la Mitouére ! Les saintongheais disiant « Mitouarde ». Asteur ol a peursoune qui n’en cause . Ol é ine istoére pardue , d’in pays pardu ! Thiélle de la dame aux chats, thielle de la fade d’Antioche …].. O va feire meulouné les éspecialites de l’étnouloughie   et , si thielle varsion l’eu conveint point , y z’avant qu’a feire l’envoyure d’ine ôte!

 

 

( 27 octobre, 2008 )

Les fornigheats

 Cont’rie de noun’ endret : 

Dans la grande foret aux châgnes vieux coume l’monde , ol at bin dau mystère. Les ghens de mon pays y allant quan-qu’o poussent thiés les biâs champignons ou bin por y teurcher d’l'ayant por nos ghorets.( sauf vout’ raspect )  Y n’y allant point coume y allant au veugnes : O faut, por thiel endret savouére se protégher ! Les sarpents y avant zeu roéyaume et por qui s’éyant peurdus , o faut meitte en sa pôuche ine grouse gousse d’ail qu’a t’in biâ sentiment. Voéla de c’qui peut , à ine lieu à l’entour , les appouranti . Si tu risques pus reun aveuc thiés les sarpants , o faut t’garder otou des brigants ensauvés. Y s’cachant des ghens d’arme au pius profond dau boués et y n’en sortant la neu por teurcher à mangher. Mais le jhor, o vaut meu avouére in bon robillou, des cots qu’ol en aurait in ou deus sus ton ch’min .

O y at otou thiés leus qui mangheant les chrétiens, de conte thiés beitiaire, o faut pas t’en sauver : Mé qu’tu cours et pius qu’y t’attaquant ! Vaut  meu avoére coppé ine trique qu’a t’ine cafôrche et qui ne piéghe pas. Gosses les buts de thielle fôrche en les appointuchant por que les deus euils dau loup queurviant en in min-me cot.
Ne va point ‘en les boés si t’as reun a y feire ! L’endret é trop casuel.  Raste sus les routins et ne vas pas t’saquer en thiés les tailles trop bourrus, thiés les grousses palisses qu’ol é ine sargaille d’épines nègues et d’ariantins, là vour qu’les viornes s’enrollant sus les branches et que l’frégon fait queurver la palenne.
Tu t’éral’rais la piâ, tu te queurv’rais les euils, min-me in cheun paurit point n’en sorti.
Et si ol é de min-me, ol é pas por reun !!
En thiés les mitans vivant ine aspéce de créatures d’ine ôte endret. Y sont grous coume reun, avant les fesses coume ine gouse d’ail, le bezol bin renfyé é grous autant qu’ine peurne, z’eu têtes sembye t’ine nouzille ! Ha, sont pas embarassants ! O s’ paurait de n’en t’nir in coubye dans ine main.  S’fasant des galoches dans des nâ de peurnelles, zeus thiulottes sont coppées en d’la piâ d’langrotte et zeus p’tits ghilets t’en feuille de yierre peut point jhameis  leu cacher in’embouraille qui bronze sus la ceinture. Z’avant sus l’calas in bounet qu’é troés foés trop larghe et qui zeu raballe l’épale. Les bounes feumes s’arnachant dans d’pius jholies gueneuilles : des cotyions en piumes de jhacot et des corsaghes d’ales de papillons qu’al’cousant aveuc dau fil d’arentelles, et pis des couéffis !! qu’al’ sont des fieures de tréfye. Thiés les êites s’ap’lant des fornigheats.  S’fasant des loghes en pilos d’boés pauri  et y vivant sans enneuiller peursoune dans thiés les ronsiers.
Si o s’trouve que thieuqu’in vint les éffouraché en zeu roéyaune, malheur à l’y. Y pourra pu s’en défeire. Les Fornigheats se cranpounant à ses chauses, se saquant dans ses bots, dans ses pouches, se mussant’ en son cagouet et grattes te – secoues te, y voulant pas t’lâcher !
Y t’labourant la piâ à grand cots d’épine négue . Ol est point qui seyant des chéti  créyatures, non ! Ol é pas por piaisi qui t’fasant dau mau, y sont en peutrasse quand o s’trouve in de nous ôtes por gavagner zeu endret. Vaut meu les thyiter eite !
Aveuc tes grous bots, si t’ébouye ine maison de thiés les fornigheats , thiés les là qui z’y rastant vinront logher chez toé et por les foute de hior , tu peux teurjhou auber . Y mangh’ront  ton fricot, por dormi dans ton lit  y t’pouss’ront dans la v’lène ! Y reveuil’ront ta feume o pien mitant d’la neu en z’y pinçant l’grous bout. Y chatouye’ront  tes drôles por l’d’souc des pieds et y pass’ront la neu à ghiguer sus la tabye,  menant in grand raffut et bouévant ton potét.
Quan-que l’soulail vinra et que les jhaux huch’ront, dans l’cabinet t’à linghe, zeus y s’endormiront. Toé, por embaucher, tu s’ras pas bin allant ! O dur’ra pas troés jhors avant qu’tu seiyes vassé. Coument feire asteur por s’en débarasser ?

Vouéla de s’qu’o m’a dit in houme a qui ol’é arrivé et qu’a oyut dau mau por pouvoére les chasser :

Quan-qui sont v’nus chez moé, jhe creyiais de v’nir fou et jh’é tout ésseuyié por les appourantir, jh’les ai coursé tôte ine neu à cots d’manche de ghensour . Jh’ai gavagné mon meubye sans jhamais les joinde, jh’ai queumé la pendule, ésquinté l’cabinet’!  Thiés les fournigheats avant l’yiabe en la piâ. Y coursant, y sautant, à créire qu’o les amuse. Si jh’en avis as’ment empougné in, jh’l’ari t’éssarti.  Ine de thiés les veurmines s’é bein saqué sous l’lit a  feire la pantomime, jhe m’seus mis d’croup’ton aveuc ine trique por le décanigher. O s’en a trouvé quate ou cinq por se jhucher sus m’n’échine et m’enfoncer d’in cot des épines négues dans les jhottes dau bas.
Jh’é teurché in moyen por les faire s’arracher d’chez moé et jh’y seu t’arrivé ! Qui qu’o faut feire ?

Feis mangher à ta borgheoése des monghettes à châ r’pas. Quan-qui vinront, la neu por z’y pincer les feusses, m’en doute qui s’arrach’ront si y v’lant pas étouffer !
Couche tes drôles aveuc zeux chauses , et dau temps qu’les fornigheats s’ront là , o faut surtout pas qui s’déjhobrant les pieds . D’ici a pas long temps o devrait s’dégagher in de thiés sentiment …… o les f’ra bin thiuler !
Quan-que tu vas teurché à bouére, tirre dont dau vin peuté ou bin dau vin eigeurzi, y s’ront bin moins gormand !
Le jhor quan-qu’y dormant, va quéri l’violouneux et feis z’y d’jhouer des ghigues tote la jhornée. A thieu branle, o va les soubrer, y tinront pas long temps. Les fornigheats f’ront coume chez moé, y s’en iront sans reun dire à peursoune .
Torjhour, le meu, o l’est bin sur de pas aller les provoquer.
Quan-que tu vas dans les boés, seugue  beun les routins  et ne vas point t’saquer en thiés tailles trop bourrus, thiés les grousses palisses, qu’o l’est ine grande sargaille d’épines bianches et d’ariantins…………… et  mon histouére é a sa fin !

                                                                                           Céléstin Beurdassou 1983

( 13 octobre, 2008 )

Manghez dau ralirons !

campagnols.jpg
Photo  P Péronneau avec son aimable autorisation

 Pour profiter  du texte , cliquez sur l’ illustration . Pour revenir:    alt+ fléche gauche

Voici une petite chanson anticléricale de Goulebenéze créée en 1905 à l’époque de la mise en place de la loi de séparation des églises et de l’État. Elle est dédiée à Émile Combes, le maire de Pons instigateur de cette loi, ami de la famille Poitevin : Marc-Eugène Poitevin, le père de Goulebenéze, était Vice-président du Conseil Général de la Charente-Inférieure, le Président étant Combes. Et Goulebenéze et son père étaient dans le camp des « mécréants », bien entendu.
Dans cette chanson, sur l’air de Cadet Rousselle, les curés sont comparés à des « ralirons » (des campagnols) et les bonnes sœurs à des souris blanches. Il se trouve qu’à cette époque il y eut une invasion de campagnols dans les champs de notre pays charentais.

Cette chanson finalement n’est pas bien méchante, et tous les curés d’un certain âge que je rencontre au cours de mes pérégrinations saintongeaises me font part de leur admiration pour mon grand-père. Ils ne lui tiennent pas rigueur de ses positions laïques, anticléricales et républicaines.
Je suis désolé pour les nostalgiques de la soutane et de la messe en latin (j’en connais au moins un) qui risquent de grincer des dents. Je leur promets de réciter deux « ave » et trois « pater » pour me faire pardonner. Quant à Célestin, qui a ouvert son blog à cette chanson, il y a longtemps que les flammes de l’enfer lui sont promises.

Pierre Péronneau (Maît’ Piârre)

( 9 octobre, 2008 )

Le 1er virautour de l’ile

virautour.jpg

 

Bin l’bonjhour à vous.  Thiaut virautour s’trouve à l’entrée d’l'ile d’Oléron,  o dé être in des promiers: o i a trois cabanes, i en é pris que deux, lé bin jholi et l’nous souhaite la binvenue au pays des eûtres.

L’Beurdassou d’Pironville.

 

( 1 octobre, 2008 )

Les segrets dau milla

Une photographie est une oeuvre protégée par le droit d’auteur ( art.L 112-2 du CPI)sdc10714.jpg
Photo SEFCO BLOG - Péronneau, avec l’aimable autorisation de l’auteur

Le mé gouléyant des millas d’Saintonge , ol é thieu là  de Josette Brun !
Por n’en queneutre le segret ( peut être ),   argardez dont les émolés teurleusants, mirolés de tout pien de potraitures , qu’ol en a feit Maît’ Piarre en fazant in clic sus : 

 [SEFCO BLOG]

( 29 septembre, 2008 )

Concours de transcription

Une photographie est une oeuvre protégée par le droit d’auteur ( art.L 112-2 du CPI)
sdc10691.jpg

Mme Isabelle Bon  accompagnée de sa maman , avec Charly Grenon.

Le prix de transcription du conte « Vieille Chenille » a été attribué à Isabelle Bon , par les jurés : F Julien-Labruyère, Directeur des éditions du Croît vif, Pierre Péronneau Jacques Duguet , Jacques-Edmond Machefert et  Charly Grenon.

François Julien- Labruyére mécène de ce jeu , lui a remis le prix bien mérité du concours : le livre »Goulebenéze le Charentais par exellence » regroupant  les oeuvres complètes d’Evariste Poitevin.
Paul Guinard , jeune concurrent de 16 ans a particulièrement été remarqué  par le jury .
Merci a tous les participants qui se sont impliqués dans ce jeu par de bien agréables transcriptions  . Voici celle  d’Isabelle Bon , l’heureuse gagnante :

 Il s’appelle Edmond, mais on le surnomme « Monmon ». Maintenant, il est seul, tout seul à venir s’asseoir sur la pierre. On dit la pierre, en réalité, il s’agit d’un banc de pierre. Deux petites soutenant une grosse, qui vu son grain, ne peut venir que des Chaudrolles entre Cherves et Saint-Sulpice. Impossible de la confondre avec celle de Saint-Même.
Combien de fonds de culottes se sont-ils usés dessus, malgré les raccommodages, ravaudages et rapiéçages ? Et des jupes de vieilles… rien de jeune là-dessus !  Que du vieux… que des vieux qui se sont assis-là !
Le matin, pour ne pas gêner les femmes qui préparent la soupe « Sortez-vous de là le père, laissez-moi la place, allez donc avec ceux de votre âge ! » il va s’asseoir sur la pierre. L’après-midi, après la sieste, quand l’ombre recouvre la pierre, il va pour bavarder avec l’un ou avec l’autre ; des fois il se retrouve tout seul ; alors il marmonne contre la bru, le gendre, et même le gouvernement.
Que faire d’autre ?
Monmon n’est venu s’asseoir sur la pierre que lorsque son dos ne voulut plus se courber et qu’il lui fut impossible de vaquer à ses occupations habituelles. Le temps qu’il se relève de sa pierre, appuyé sur son bâton, l’averse est passée. Ah ! il ne faudrait pas vieillir…
Maintenant, le vieux du village, c’est lui, il n’y en a plus d’autres. Il aime dire « Il n’y a plus d’ancien, même pas moi, mais il se pourrait bien que je sois le plus vieux des jeunes.
Bombe X était encore là avec lui il y a quinze jours. Maintenant il est parti pour le grand repos certainement retrouver le Grand Charlot, pour lui dire sa façon de penser. Il ne pouvait pas le voir en peinture et n’a jamais voté pour lui. S’il a été surnommé Bombe X c’est la faute du général : en 1968 quand De Gaulle fit exploser sa bombe H la même année que la jeunesse s’est révoltée contre lui, notre Bombe X vociférait comme un sauvage : «  espèce de grand corniaud ! voilà où mènent les militaires à faire crever les gens avec ces bombes qui mettent l’économie du pays en miettes ! vas-tu arrêter ? Depuis ta Bombe A te voilà rendu au H faudra t-il faire défiler tout l’alphabet pour que tu partes du gouvernement ? Vivement la Bombe X et que le front populaire revienne ! »
Depuis ce temps là, les gens l’on surnommé Bombe X.
Mais Monmon qui le retrouvait sur la pierre à longueur de journée ces derniers temps préférait l’appeler  « Vieille chenille ». Mon pauvre ami ! Malheur à celui qui aurait osé faire allusion à ces événements politiques ! Alors « Vieille chenille » était pour lui un bon subterfuge  pour ne pas le vexer !
Voilà donc Monmon à bout de souffle, fatigué, tremblotant de tous ses membres, désemparé et esseulé sur sa pierre.
Dans sa vieille tête, ses pensées se bousculent ; des flashs de sa jeunesse lui reviennent : quelques images de filles dont il ne se souvient même plus le nom, un coup de fusil qui claque et le casque d’un soldat qui s’ensanglante ; un français ? un allemand ? qu’elle importance ?
Il revoit aussi « Pompon » le cheval : il fallait siffler pour le faire pisser. Une poussette, sa bru, un essuie-mains accroché à son tablier. Des souvenirs du passé, des choses d’autrefois…
Il n’y a donc plus d’avenir ? Vraiment rien à espérer ? Rien à attendre ?
Comment est « Vieille chenille » maintenant ?
Il tourna la tête, regarda vers la droite, où Bombe X s’asseyait autrefois… pas de Bombe X, pas de « Vieille chenille »… il ne vit personne… rien, plus rien !

Et puis, tout à coup, sur le lilas d’Espagne, tout à côté, deux yeux le fixaient ; deux petits yeux noirs sur une chenille toute pimpante  lui donnèrent l’illusion de revoir son ami. Il en fut tout chaviré.

- « Vieille chenille » ? interrogea-t-il.

Et c’est à ce moment-là qu’il entendit une petite voix  :

- Allez viens !… Viens donc 

 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 25 septembre, 2008 )

Tourte couasse

tourtecouasse.jpg

Ine tourte couasse  in 25 septembe , au Breuil aux moines ! Pas d’quoé feire s’émoyer les parigots . Thieu l’osiâ é fou peurdu , couér en pien mitan d’la chasse . Si paré qu’o seri  à cause de la réchaudure quymatique,  qu’o leu assileri la reproductouére ! Et Rabistoque d’en piacrer ine réfection  vicé en bireuillant la Rabistoquette :
La réchaudure quymatique o poque rinque les tourtes … pas les pigheounes , a c’que jh’n'en  vouéyions !
Encouére ine oucasion de feurmer sa goule de pardu . al z’y en dounera la souvenance  de soér dans les balins,   à l’hotel du thiu torné !

//////// ………\\\\\\\\\

 Suite à vos demandes  ,voici une traduction en langue ordinaire !
Une palombe en cours de couvaison , un 25 septembre , au Breuil aux moines ( RD5188 ,  après La Voute – Pays bas Charentais ) pas de quoi émouvoir un Parisien !
Cet oiseau est inconscient des risques qu’il y a  à couver en pleine période de chasse ! La rumeur dit que c’est le réchauffement climatique qui leur excite l’instinct de reproduction .
Et Rabistoque de placer une allusion égrillarde en désignant du regard sa tendre et chère Rabistoquette «  Léocadie !!! » :
—  »
Le réchauffement climatique , ça n’agit que sur les palombes , pas sur les pigeons femelle , d’après ce que j’en sais ! »
Encore une occasion de se taire bêtement perdue , elle le lui rappellera ce soir , dans les draps , à l’hôtel du « dos » tourné !

( 24 septembre, 2008 )

Les beurgauds

beurgotse.png

Ar’queneusez ine varité : Thielle paugne , ol é la meune !  Ine ment’rie asteur :  Thiés les bétiaux avant feit in apou sus mes déts  pasqu’y  sont  deursés par in qui s’y queuneu en deursaghe de beurgauds ! 
Sus le p’tit dét  ,vouéla in beurgaud d’tare , sus le pouze in beurgaud des champs  , jhuché sus l’index  aveuc les poéls biancs d’in ‘ ancien,  voéla le beurgaud des boés !  Por n’en finir , sus l’dèt d’l'annâ,  ol é le beurgaud  tant aimé d’Odette Comandon : le beurgôt rôghe !! min-me si y l’a rinque le thiu de rôghe.

cherpentiere.png L’y ol é le grous beurgaud négue oub’ abeuille chérpentière , y méqueuneu son  deurseur !

Pisqu’ol é quession de paugne , jh’en peurfitte por déçi ine rigouène de quenaille à Célèstin qu’é asteur grand’p'pa , ol é a feire au cru des menottes  de thiellés meugnounes p’tites feuilles. ( Rigouène dau pays bas saintongeais Beurville – Cougnat …)

En chatouillant le creux de la main  :        La p’tite font vour in’ osiâ vint boére
En secouant l’extrémité du pouce :           Thieu là l’a voyu
En secouant l’extrémité de l’index :          Thieu là l’a choppé
En secouant l’extrémité du majeur :         Thieu là l’a pieumé
En secouant l’extrémité de l’annulaire :    Thieu là l’a feit thieur
En secouant l’extrémité de l’auriculaire :  Et l’p'tit riquiqui qui  voudri n’en manghé , y l’ara reun du tout !
O coute pas grous d’érghent et les quenailles fazant de bein jholies risettes !!!

( 20 septembre, 2008 )

La fiame dau souldat’ inconnu

Le 6  de nouvembe 1921,  ine chéti t’argagnasse  fasi piâcré sus l’piron in émolé qu’éti parafé Henry Bottant. Aveuc in châffre de min-me  La Ribotte o l’agrâlait m’en doute . Maît’ Piarre méti le det d’ sus en 2008 et voéla thielle histoére  

Monsieu le thiuré de Saint Rouman en Saintonghe se trouvit tout deurnièr’ment de passaghe à Paris.
« Faut que jh’aille vouer la tombe dau souldat inconnu », décit thieu brave houme.
Coume y peunadait*  au jherdin des Thuileries, s’en trop savouer vour y l’allait, y d’mandit à ine jheune feuye qu’avait l’ar bein convenab’lle :
« Dizait-me dont le pu court ch’min si vous piait peur aller à l’Arc de Triomphe, jhe veuris vouer thieu pouélu inconnu ».

D’vinez dont ce que thielle drôlesse y a répounu :

« Si vous eites bin saghe, jhe vous zou dirai au promier d’ l’an ! »

Sarviteur

*Le Piron et peut être l’auteur, note « Coume y d’vallait au jherdrin »  . Peunader = se promener sans but, à rapprocher de notre adjectif penaud  &  d’vallait ( dévaller )  sortir de la vallée ( par monts et par vaux) Il y a en ce cas une idée de rapidité peu coutoumière aux Saintongeais… même curé de Saint Romain !

Beurnençiâ d’ gâs déçit Mamie Échauguette, a tout reun d’ôte por vous feire ricasser que thiellés istouéres de mauprope . De c’qui feit qu’ol é in patoé qu’al  a bein comprenu !!!
Mé thieu Henry Bottant , qui qu’o s’trouvi d’eite ?

12345...7
« Page Précédente  Page Suivante »
|