( 1 avril, 2010 )

table 1

Vous trouverez ici les articles et billets récement enlevés de la page d’accueil , les liens sont toujours actifs:

 Vint don ma ghénie    Bravo au gagnant   Histouére de sorcier   Le moulin à calottes  Le vin muet    Le corbejheau d’ Balzat   Bave de sautrâ   Le moineau   Le counil  et le groliâ   moué, mon’ endret    Jhuste ine de Jhustine    La lune rousse   Les arbes de Provence   La poule à Colin   Le tortâ sous fiambe    Ol était in jherdrin    Le mârle nègue    Une journée particuliere   Barbezieux – le chatiâ   La perote et le jau   La mérine à Pascalounette   Le mariajhe de Sidounie et d’Arnés .    Les oumiâs t’a Simounet’   GAEC CPP   Le bitouniâ de boun’ ap’tit   Quelques sujets d’actualité  L’aritaghe du père La Beurtelle   Le branle bedoche    Note du weebmaster    La boun’ an-née    Jhabot d’ musset s’éboughe     la crise- qu’é tout ?  L’ébarghement d’ Charve     La saute des beûs   Ine lette à mon député    Les parapuies bieus     Zidore oub ” La Soutane”   Les âbes accoubiés   Chatiâ couvart    In gâs sérieux    Le retour des pue-pue      La Roche Courbon   Les cagouilles de Boun ap’tit    Créme au bié s’pagne    Les nouviâs chatiâs de la Loire   La véye Elie   Les cygnes de la Touvre   François ou bien Henri     Voir & entendre , c’est deux   Candidaturne  L’histouére dau peurzident   Dans la palisse   Bouillie garouyée   La pierre noire   Le ch’vau Pompon  La Geurnuche   Beugnes de garouille & Milla    La pierre a Nocent    Parlange ou patois   Les 2 z’émour en éstatue   Ol é in beû qui z’ou a dit   Un an déjà   La bel ouvraghe   Cendrille & binethiu   Virollet nijh’ra t’y ?   L’almanach du Charentais  In’ oziâ à pieumé : Le pivouéne.  Le temps des mitouardes   Les fornigheats  Manghez dau raliron  L’virautour dau beurdassou d’ Pironville   le milla de Josette  La gagnante du jeu   Réchaudure quymatique   Le deursaghe des beurgauds   La fiame dau souldat’inconnu   2 Beurdassou … Misère !    La gourfoulure à Nono   La vouéture sans peurmis   Le souvenir de goulebenéze   Jhenti d’la vargne    Le fanâ d’ Ebéon   L’éduque des émours    St Martin   Coeur de sorcier   Le millat 2eme buffée   La vermine est sur le patois    Veuille Cheneuye . Le taupas et les fum’rolles  Le revin du pére Lachanson .   La vieille du puits    Pps Noel Paybâtier     Le mérinos en Saintonge   Cadastre Napoléonien    Maît’ Piâre et la drôlesse    La grousse fouére    Le milla-quelques recettes    Nichoirs ou piéges    le capucin    Le ballet du père la chanson    Le jardin de gabriel    Le Biton 

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
( 12 mars, 2009 )

pue pue oub’ dube

puput3.png             Dube  oub’ pue pue ,

Si vous disez pupute ,vous n’en causez coume fazant les occitants et les catalans : En chérentes jhe disons le mé souvent , ine pue pue vour ine dube (à moinse qu’o séyisse sus la cote vour y bouévant dau Thé et vour qu’o paurit feire « Pue pute » ) . Thieu châffre à cause de thieu si agralant fieuranghe qu’o l’éssame dau nic . Thiette Marie Ghorette ne ghençe point les beurnes que les jhènes  y fazant  .  A de c’qui parait qu’o feit poure au maufésant qui veuriant les mangher . Ol é portant in’ osiâ agralant aveuc pien de piume mirolé et n’in jholi toupet sus la teite  ! Vouai , mé les jhupon et les cotiyon  fazant pas la propeurté  . O s’peut d’eite bein peinturé et mal pomadé !! Beurne en siau !

Les pue pue sont rendu les peurmières  chez nous ôtes, avant le coucou ,  le mé souvent. Aveuc les arondelle , al fazant point l’printemps , mé al l’tirant en l’dar!  En avriye o  poun’ra jhusqu’à ine demie dozaine d’eu gris aveuc dau brun qiaire qui s’trouvant peutassé de bianc . Faura les coué 18 jhors , ol é maîtresse pue pue qui z’ou feit avoure que Monsieur é charghé de teurché le manghé . Les jhènes  dénigheant dans une punaisie de pauriture, quant y z’avant ine lune .

Thieu monde allant s’lavé, m’en doute et r’trauvant in sentiment mé ar’sembiyant à zeu piumaghe ! Creyiez me que les bet allant n’en chopé des sautrâ , des gheurlé , des parpaiyons , des mouches , jhusqu’à des  loches et des lumas en mussant peurtout dans les creu et les fende , à teurché dau larve. Les larve, thieu z’eu convin et thiélles qu’al s’en feriant peuté l’ jhabot , ol é les larves de fum’rolles .
Les dube , ol é nos mouette à nous ôtes , en l’pays bas , des oziâ d’min- me , ol a point d’prix !!! Darnière nouviâté : Ol a ine arondelle de rendu dau dépeu le 11 de mars - é tout pas biâ , thieu ??

 

     puput3.png

Publié dans K . Gouille par
Commentaires fermés
( 11 février, 2008 )

Ficaire (harbe aux fis)

 ficaire.jpg

Ol é quasiment l’printemps thiés jhors et nou bons saintongheais qu’avant esseumés dans les villes zou savant p’teite pas, mais de thiés temps ol l’a déjha thieuques céts d’ veugne qui pieurant emprès la taillerie et si les coucous sont point’ encoére fieuris, pas mé que les torcous , les fieures qu’ol a de pius promeloghes en l’pays bas, ol est « l’arbe aux fis » dont ol en a ine portraiture de conte .  Thielle piante, qui s’piait beun dans nou tarres mouillées se dit outout , des cots :« ghirons » Les anciens avant yère torjhou déçi « harbe aux fis » à cause qu’o détaurnait les fis des beurqueugnes, soé dissant ! Jh’ en ai queuneussu por châfrer thielle affeire « d’épinard de buch’rons » Thiés les bitons n’en manghiant les feuilles sans les feire thieur et rin que les jheunes ! A de c’qui parrait qu’ol a grand’ment des vitamines C et qu’ les apoticaires n’en fasiant mangher les boutons d’fieures, de cont’ l’ éscorbut . Minfiez vous-en ,thielle piante est vrimouse !!! et minme poéson !!!!. O se déçit otout , v’nez pas me d’mander coument qu’o faut feire, jh’y queneu reun , qu’ol est ine affeire qu’al gârit les momoroïdes (p’teite à cause dau nom latin). Avant d’en feire des catapiasmes causez z’en don in p’tit aveuc vout’ cilugein ! Jhe seus responsabye de reun ……..Le véritabye nom t’en Français n’en est FICAIRE et en la langue de Monseigneu Lefébvre , d’amprès Quiquidécit qu’est in gas qu’a d’l’ instruc o s’rait : Ranunculus ficaria, ficaria ranunculoïde.

Souv’nez vous qu’en feuvrier fieuri la feuveriere et qu’aveuc thieu biâ soulail………..

A bintout m’en doute, pasque des piantes , o va n’en avoére , à n’en feire des ghéarbots . Por finir, ine devinouére : qu’étout la piante qui pue la mais ……………?……….La piante des piés !!!!

 >TRADUCTEUR EN LIGNE<

Publié dans Non classé par
Commentaires fermés
|